Amsterdam nie avoir cessé de verser les indemnités liées à la Shoah
Rechercher

Amsterdam nie avoir cessé de verser les indemnités liées à la Shoah

"Ces informations sont fausses. Ce n’est en aucun cas l’intention du gouvernement hollandais," a écrit l’ambassade des Pays-Bas en Israël

Un survivant de la Shoah montre son bras tatoué par les nazis. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un survivant de la Shoah montre son bras tatoué par les nazis. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas a démenti des informations parues en Israël alléguant qu’il avait cessé ou considérait de cesser de verser les paiements des indemnités aux survivants de l’Holocauste vivant en Israël.

Irgoen Olei Holland, l’association regroupant les citoyens hollandais qui ont immigré en Israël, a informé mercredi ses membres du démenti du ministère des Affaires étrangères à la suite de la publication lundi dans des médias israéliens de ces informations.

« Ces informations sont fausses », a écrit dans un communiqué, posté sur son site internet et envoyé par Irgoen, l’ambassade des Pays-Bas en Israël.

« Ce n’est en aucun cas l’intention du gouvernement hollandais de mettre un terme à ces paiements. »

Cependant, le communiqué de l’ambassade déclare également que la réduction d’un paiement complémentaire, le WUV, est discutée.

Ce paiement est attribué par le conseil des avantages sociaux et des retraites du gouvernement hollandais aux récipiendaires dans le besoin au cas par cas, en supplément des pensions spéciales versées à tous les survivants de l’Holocauste des Pays-Bas.

La discussion sur la réduction des paiements WUV est le résultat de fonds supplémentaires que les survivants de l’Holocauste en Israël ont commencé à recevoir en juin 2014, est-il écrit dans le communiqué.

Mais, toujours sur le sujet du WUV, « aucune décision définitive n’a été prise et les discussions sur ce sujet sont en cours avec les autorités israéliennes », selon le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...