Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Andriy Yermak : « seul Israël peut nous équiper contre les drones iraniens »

Le chef d'état-major de Zelensky affirme que Kiev veut toujours des armes israéliennes et qu'il ne comprend pas pourquoi Netanyahu ne s'est pas encore rendu sur place

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Andriy Yermak, chef de cabinet du président ukrainien Volodymyr Zelensky (Crédit : présidence ukrainienne)
Andriy Yermak, chef de cabinet du président ukrainien Volodymyr Zelensky (Crédit : présidence ukrainienne)

Un haut fonctionnaire proche du président ukrainien Volodymyr Zelensky a exprimé mardi sa frustration face au refus persistant d’Israël de fournir une assistance militaire à son pays, déclarant qu’il espérait recevoir des technologies israéliennes pour combattre les drones iraniens déployés par la Russie dans le cadre de l’invasion de Moscou qui dure depuis 16 mois.

S’exprimant depuis Kiev, Andriy Yermak, le chef de cabinet de Zelensky, a déclaré que « personne d’autre qu’Israël ne peut fournir d’équipement pour lutter contre les attaques de drones iraniens », mais il a refusé la demande du Times of Israel de donner des détails sur la technologie spécifique réclamée à Israël.

Yermak a exprimé sa frustration quant au fait que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’ait pas ouvertement soutenu l’Ukraine, et a fait valoir que les contrats d’armement entre la Russie et l’ennemi israélien, l’Iran, devraient motiver Israël à se joindre à la lutte.

« Nous pouvons voir le dictateur du Kremlin [le président russe Vladimir Poutine] prendre des photos de famille avec des dirigeants iraniens et ensuite cet armement iranien est utilisé contre nous et contre vous », a déclaré Yermak à des journalistes israéliens depuis le bureau du président ukrainien. « Je ne sais pas ce qu’il faut de plus. »

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, Israël n’a pas ménagé ses efforts et a exprimé sa solidarité morale et humanitaire à l’égard de ce pays en difficulté, mais a refusé de lui fournir des armes. Israël s’est efforcé de maintenir de bonnes relations avec Kiev et Moscou, en conciliant son affinité avec la position de l’Ukraine et ses préoccupations en matière de sécurité vis-à-vis de la Russie en Syrie et de l’Iran.

« Notre position est fondée à 100 % sur des principes. Nous n’oublions jamais que nos amis et frères israéliens ont le même ennemi que nous – je ne sais pas pourquoi les politiciens israéliens ne sont pas d’accord », a déclaré Yermak, en se concentrant sur l’Iran et en passant sous silence le réseau complexe de considérations sécuritaires d’Israël à l’égard de la Russie.

Un habitant assis devant un bâtiment détruit par des drones russes de fabrication iranienne après une frappe aérienne sur Bila Tserkva, au sud-ouest de Kiev, le 5 octobre 2022. (Crédit : Sergei Supinsky/AFP)

« Je ne comprends pas pourquoi nous avons eu jusqu’à présent le plaisir d’accueillir de très nombreux dirigeants mondiaux en Ukraine, mais pas le Premier ministre israélien », a-t-il ajouté.

En février, le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen s’est rendu à Kiev, où il a rencontré son homologue Dmytro Kuleba et Zelensky.

L’endiguement d’un Iran nucléaire et de ses alliés terroristes étant sa priorité depuis une quinzaine d’années, Netanyahu a toujours veillé à ne pas isoler la Russie, qui contrôle l’espace aérien de la Syrie, ce qui permet aux Israéliens de mener des frappes aériennes contre les forces soutenues par l’Iran et les positions du Hezbollah à la frontière septentrionale d’Israël.

Les anciens Premiers ministres Naftali Bennett et Yair Lapid, qui ont tous deux exercé au début de l’invasion russe, ont été parmi les premiers à envoyer de l’aide humanitaire à l’Ukraine, et Lapid a également condamné l’agression russe.

« Je pense qu’il ne suffit pas de maintenir le dialogue entre les représentants de nos gouvernements », a déclaré Yermak mardi. « Je pense qu’il est possible d’élever ces relations à un niveau supérieur. »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky pendant une visite à Varsovie, en Pologne, le 5 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski, file)

Yermak, qui a indiqué que son « père est juif », a déclaré que la riche histoire du judaïsme ukrainien rendait « naturel » le fait que « nous soyons amis et partenaires dans nos relations entre l’Ukraine et Israël ».

L’ancienne Première ministre israélien « Golda Meir est née à quelques pâtés de maisons de l’endroit où je vous parle à Kiev », a-t-il déclaré au Times of Israel, ajoutant que « deux présidents et trois Premiers ministres d’Israël sont nés en Ukraine », parmi d’autres politiciens et personnalités publiques.

Comme de nombreux dirigeants ukrainiens, Yermak a passé sous silence l’antisémitisme ukrainien et les antécédents de violence à l’encontre des communautés juives qui ont motivé de très nombreux émigrés ukrainiens à fuir en Israël.

Le nazisme joue un rôle symbolique important dans la lutte de l’Ukraine contre la Russie. Les deux pays se considèrent comme des victimes des atrocités commises par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et Poutine a accusé l’Ukraine d’abriter des nazis pour justifier l’invasion de son voisin occidental.

Le président russe Vladimir Poutine participe à une cérémonie à Moscou le 12 juin 2023. (Crédit : Gavriil Grigorov/Sputnik/AFP)

Vendredi, Poutine a tenté de renforcer ce discours en rejetant la judéité de Zelensky, affirmant qu’il n’était « pas juif » et qu’il était « une honte pour le peuple juif ».

Poutine a ensuite ajouté que Zelensky était « un homme avec du sang juif » avant d’ajouter qu’il « couvrait ces monstres, ces néo-nazis, par ses actions ».

« Il ne s’agit pas d’une plaisanterie ni d’une tentative d’ironie, car aujourd’hui les néo-nazis, disciples d’Hitler, ont été mis sur un piédestal en tant que héros de l’Ukraine », a ajouté Poutine.

Yermak a déclaré que Zelensky ne commenterait pas la déclaration de Poutine, mais il a lui-même qualifié ces remarques d' »offensantes et dégoûtantes ».

Il a tenté d’évoquer le patrimoine juif ukrainien pour justifier le soutien d’Israël à l’Ukraine, mais a refusé de répondre à la question de savoir si le soutien d’Israël était considéré comme essentiel ou s’il s’inscrivait plutôt dans le cadre du renforcement d’une large communauté de nations soutenant moralement et matériellement le pays.

« Ce n’est pas seulement l’amitié qui unit nos deux nations. Le soutien d’Israël est important à tous points de vue. Il est important pour notre peuple, qu’il soit juif ou non », a-t-il déclaré.

L’ancien dissident soviétique et ministre israélien Natan Sharansky, qui était présent lorsque Yermak s’exprimait, a déclaré que bien qu’Israël doive soutenir l’Ukraine, « il y a des pages sombres dans notre histoire commune. Certains les ont reconnues et tentent de les surmonter, tandis que d’autres essaient de les utiliser à mauvais escient ».

La Première dame ukrainienne, Olena Zelenska, est actuellement en Israël dans le cadre d’une tournée internationale visant à mobiliser un soutien humanitaire en faveur de son pays. Avec son homologue israélienne, Michal Herzog, Mme Zelenska a rencontré lundi une série d’experts médicaux et psychologiques en Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.