Annexion de la Cisjordanie : Tsahal continue de se préparer aux conséquences
Rechercher

Annexion de la Cisjordanie : Tsahal continue de se préparer aux conséquences

L'armée se prépare à un regain massif des tensions, a rapporté la Douzième chaîne d'information dimanche soir

Un Palestinien marche à côté de pneus en feu au cours d'affrontements avec les forces israéliennes à l'entrée nord de la ville cisjordanienne de Ramallah, le 14 février 2020. (ABBAS MOMANI/AFP)
Un Palestinien marche à côté de pneus en feu au cours d'affrontements avec les forces israéliennes à l'entrée nord de la ville cisjordanienne de Ramallah, le 14 février 2020. (ABBAS MOMANI/AFP)

A tout juste deux semaines d’une possible annexion israélienne de certaines zones encore non précisées de la Cisjordanie, l’armée israélienne se prépare à toute une série de scénarios de conséquences régionales potentielles. Tsahal va même jusqu’à envisager une grande vague d’attaques terroristes, alors que le gouvernement ne l’informe pas exactement de ce qu’il a en tête.

L’armée se prépare à un regain massif des tensions, a rapporté la Douzième chaîne d’information dimanche soir. Elle s’attend même à un « état de guerre » potentiel qui serait caractérisé par une recrudescence des attentats suicides à la bombe, comme pendant l’Intifada.

L’accord de coalition entre le Likud et Kakhol lavan stipule que le Premier ministre Benjamin Netanyahu peut présenter une proposition d’annexion au cabinet ou à la Knesset à partir du 1er juillet. Netanyahu a promis de le faire à cette date, même s’il subit la pression constante de tous les bords, notamment des responsables d’implantations en Cisjordanie, pour repousser la décision.

Dimanche, la Douzième chaîne a indiqué que des officiers hauts gradés de l’armée chargés des préparations « travaillent dans le brouillard ». De fait, ils n’ont pas reçu de détails sur l’ampleur envisagée de l’annexion prévue.

Des soldats israéliens montent la garde à proximité de la scène d’une possible attaque à la voiture bélier autour de l’implantation d’Halamish en Cisjordanie, le 29 mai 2020. (Abbas Momani/AFP)

On ne sait pas précisément ce que Netanyahu a décidé quant à l’ampleur de l’annexion. Des officiels du Bureau du Premier ministre ont suggéré différents scénarios ces dernières semaines. Cela pourrait correspondre à une annexion qui inclurait la Vallée du Jourdain, représentant presque
30 % de la Cisjordanie. Il pourrait aussi y avoir un scénario plus limité avec l’application de la souveraineté sur les implantations israéliennes, environ 3 % de la zone.

La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a déclaré aux journalistes que l’équipe américano-israélienne chargée de tracer et de délimiter les frontières précises du plan de paix de Trump était encore au travail. Cette carte servirait de base pour prendre des décisions.

Selon la Douzième chaîne, ce manque de clarté a conduit Tsahal à se préparer à un large éventail de décisions israéliennes. Tsahal s’attend aussi à des réactions à la fois en Cisjordanie et régionalement.

Le reportage a mis en avant trois scénarios qui ont le plus retenu l’attention de l’armée.

Le premier scénario verrait des manifestations massives des Palestiniens. Dans le deuxième scénario, il y aurait des attaques à l’arme à feu en Cisjordanie, et, dans le troisième cas de figure, un retour des vagues d’attentats suicides à la bombe comme cela s’est vu pendant la Deuxième Intifada en 2000 et 2004. Ce troisième niveau, a expliqué la Douzième chaîne, est considéré comme une « guerre » dans les scénarios de Tsahal. Cela correspond aux attentats à la bombe dans des restaurants et de bus et d’autres actes terroristes majeurs. Selon Tsahal pourtant, la violence palestinienne « n’ira pas jusque-là » – au niveau de la « guerre » – notamment parce que 200 000 Palestiniens dépendent de leur revenu d’Israël. Ils ne veulent pas que l’économie cisjordanienne soit détruite.

Un homme palestinien lance un pneu lors d’affrontements avec des soldats israéliens dans le village cisjordanien de Qusin à proximité de Naplouse, le 5 juin 2020. (AP/Majdi Mohammed)

Le reportage expliquait également que l’armée avait prévu des plans alternatifs au cas où l’annexion se passerait relativement calmement.

Certains pensent que la réponse palestinienne sera silencieuse. Environ 200 000 Palestiniens gagnent leur vie soit en Israël ou par les liens commerciaux avec les Israéliens, et les conditions économiques en Cisjordanie sont relativement bonnes. Tsahal pense qu’une flambée massive de la violence nuirait avant tout à l’économie palestinienne.

Alors que l’accord de coalition laisse à Netanyahu le choix de procéder à l’annexion sans ses partenaires de coalition de Kahhol lavan, l’administration Trump aurait demandé au Premier ministre d’obtenir le soutien de ses partenaires du centre pour s’assurer le soutien de Washington.

La Treizième chaîne a indiqué qu’une réunion avait eu lieu dimanche avec Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, le président de la Knesset Yariv Levin et l’ambassadeur américain David Friedman sans un accord sur comment procéder à l’annexion.

Selon le reportage, Netanyahu et Levin, du Likud, ont présenté plusieurs idées aux centristes Gantz et Ashkenazi en évoquant plusieurs options d’annexion. Ils ont discuté d’un plan avec ou sans la vallée du Jourdain, avec seulement les implantations israéliennes et d’autres scénarios.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre de la Défense Benny Gantz, dirigent une réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 7 juin 2020. (Marc Israel Sellem)

Citant un officiel resté anonyme, le reportage a indiqué que le Premier ministre n’a présenté aucune carte détaillée.

Selon la chaîne, alors que Netanyahu milite pour une annexion plus large, Gantz et Ashkenazi n’ont « pas envie d’actions très larges », surtout si les Etats-Unis cherchent à calmer le jeu.

Les différentes parties doivent encore se rencontrer ce lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...