Anti-israël : Un responsable allemand voudrait faire interdire Kuwait Airways
Rechercher

Anti-israël : Un responsable allemand voudrait faire interdire Kuwait Airways

Christian Lange a fait appel à la chancelière après un jugement du tribunal de Francfort ayant statué que le transporteur n'avait pas à prendre à bord un Israélien lors d'un vol en 2016

Photo d'illustration d'un avion de Kuwait Airways avant le décollage de l'aéroport de Berlin-Tegel en Allemagne au mois de septembre 2014 (Capture d'écran: YouTube)
Photo d'illustration d'un avion de Kuwait Airways avant le décollage de l'aéroport de Berlin-Tegel en Allemagne au mois de septembre 2014 (Capture d'écran: YouTube)

Un responsable allemand du département de la Justice a vivement recommandé vendredi au gouvernement de révoquer les droits d’atterrissage de Kuwait Airways, en réponse à l’interdiction des citoyens israéliens à bord des avions du transporteur national de l’état du Golfe.

Christian Lange, secrétaire d’Etat parlementaire au département, a personnellement fait appel à la chancelière Angela Merkel dans une lettre qui prône l’interdiction des opérations du transporteur aérien en Allemagne, disant que la discrimination affichée par Kuwait Airways est intolérable, a fait savoir Reuters.

« Nous ne pouvons pas dire ‘Plus jamais’ lors d’une cérémonie de commémoration mais garder le silence lorsque des militants en Allemagne appellent au boycott d’Israël ou, dans ce cas, lorsque des avions refusent de transporter des citoyens israéliens », a dit Lange, se référant aux cérémonies organisées lors du récent anniversaire des pogroms nazis contre les Juifs du 9 novembre 1938.

« Le gouvernement allemand, tout particulièrement, doit établir clairement que nous rejetons cette forme de discrimination et de haine et que nous nous tenons aux côtés de nos amis israéliens », a-t-il ajouté.

L’appel de Lange survient après un jugement rendu par un tribunal de Francfort jeudi qui a établi que Kuwait Airways n’avait pas eu l’obligation d’embarquer un Israélien à bord d’un vol en 2016 en partance de Francfort et qui incluait une escale à Kuwait City parce que l’entreprise aurait dû en supporter les conséquences dans son pays d’origine.

La cour a noté que le transporteur n’avait pas le droit de passer des contrats avec des Israéliens, selon les règles du boycott par le Koweït de l’Etat juif.

Les magistrats ont indiqué ne pas avoir évalué si « cette loi a un sens », mais que le transporteur aurait fait face à des répercussions qui « n’étaient pas raisonnables », notamment des amendes ou des peines de prison pour les employés.

Vendredi dans la matinée, le ministre-adjoint aux Affaires étrangères allemand Michael Roth a confié au journal Die Welt que l’ambassadeur de son pays avait été sollicité pour évoquer le problème avec les autorités koweïtiennes.

« Il m’est incompréhensible que, dans l’Allemagne d’aujourd’hui, un passager ne soit pas autorisé à embarquer dans un avion en raison de sa nationalité », a dit Roth.

Le ministre allemand des Transports, Christian Schmidt, a également critiqué Kuweit Airways, a fait savoir Reuters.

« Cette affaire exige des contacts au niveau ministériel », a commenté Schmidt au journal Bild dans un entretien qui devait être publié samedi.

« Nous ferons tout ce qui est possible dans la mesure de nos moyens juridiques pour empêcher quelque chose de similaire à l’avenir », a ajouté Schmidt.

Le citoyen israélien, qui a été identifié dans les registres judiciaires sous le nom d’Adar M., un étudiant vivant en Allemagne, avait porté plainte contre Kuwait Airways après que l’entreprise a annulé sa réservation pour un vol joignant Francfort à Bangkok, qui incluait un arrêt à Kuwait City.

Cette annulation était survenue à quelques jours du départ de M. au mois d’août 2016, lorsqu’il avait fait savoir qu’il était en possession d’un passeport israélien. Le transporteur aérien lui avait offert de réserver un vol sans escale vers Bangkok auprès d’une autre compagnie.

L’homme avait refusé cette offre et porté plainte, demandant une indemnisation pour discrimination présumée. Il avait également insisté sur le fait que le transporteur aurait dû l’accepter comme passager.

Le tribunal a rejeté l’élément de discrimination, statuant que la loi allemande couvre la discrimination sur la base de la race, de l’ethnie ou de la religion, mais pas de la nationalité.

Le Conseil central des Juifs allemands a condamné ce jugement, disant qu’il est « insupportable qu’une compagnie étrangère basée sur des lois nationales profondément antisémites soit autorisée à être active en Allemagne ».

Un avocat du passager israélien a qualifié le verdict de « profondément choquant ».

« C’est un jugement embarrassant pour la démocratie et pour l’Allemagne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...