Après enquête, le Danemark renonce à financer certaines ONG palestiniennes
Rechercher

Après enquête, le Danemark renonce à financer certaines ONG palestiniennes

Israël a présenté des preuves à Copenhague qu’il finançait des groupes en lien avec le terrorisme ou promouvant activement le boycott d’Israël

Anders Samuelsen, (deuxième à partir de la droite), ministre des Affaires étrangères du Danemark, rencontre des représentants de l'industrie israélienne de haute technologie à Jérusalem (Crédit : autorisation Yossi Zwecker)
Anders Samuelsen, (deuxième à partir de la droite), ministre des Affaires étrangères du Danemark, rencontre des représentants de l'industrie israélienne de haute technologie à Jérusalem (Crédit : autorisation Yossi Zwecker)

Le Danemark va cesser le financement de plusieurs organisations non gouvernementales palestiniennes et revoir les critères d’aide pour d’autres qui sont liées à des activités anti-israéliennes.

Israël a salué cette décision comme une victoire et exhorte les autres gouvernements européens à faire de même.

Le ministère danois des Affaires étrangères a fait cette annonce vendredi, indiquant qu’il mettrait en place un processus de vérification plus rigoureux concernant le transfert de fonds aux ONG palestiniennes.

« Il est important que nous soyons certains que l’aide danoise aille au bon endroit », a déclaré le ministre danois des Affaires étrangères, Anders Samuelsen.

Samuelsen a déclaré qu’à la suite d’une enquête, la plupart des fonds affectés seront restitués aux caisses du gouvernement danois. Il a ajouté que de nombreuses organisations recevant actuellement un soutien danois ne seront plus subventionnées.

« C’est une décision bienvenue, morale et d’une cruciale importance. Les ONG palestiniennes qui ont des liens avec des organisations terroristes reconnues internationalement et qui promeuvent le boycott d’Israël ne devraient pas recevoir de financement des gouvernements européens », a déclaré Gilad Erdan, ministre israélien des Affaires stratégiques.

Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, et Roni Alsheich, à gauche, à la Knesset, le 12 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« J’appelle tous les autres gouvernements européens à exercer la même responsabilité morale et à prendre des mesures similaires », a-t-il déclaré.

La décision est intervenue après que le Danemark a entamé un réexamen de ses pratiques en mai dernier, après une réunion au cours de laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exhorté Samuelsen à cesser le financement des ONG palestiniennes impliquées dans l’incitation anti-israélienne ou qui promeuvent le boycott de l’Etat juif.

Netanyahu a donné à Samuelsen une liste d’organisations qui reçoivent des fonds danois qui, selon Israël, sont liées à la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël.

Cela fait également suite à l’annonce des Nations unies de retirer son soutien à une association de femmes de l’Autorité palestinienne baptisée du nom d’une terroriste notoire, précisant que cette association était « offensive » et glorifiait le terrorisme.

L’association de Cisjordanie a été nommée en l’honneur de Dalal Mughrabi, qui a pris part au massacre de la route côtière en 1978. Mughrabi et plusieurs autres terroristes du Fatah ont atterri sur une plage près de Tel Aviv, ont détourné un bus sur la route côtière israélienne et ont tué 38 civils, dont 13 enfants, et en on blessé plus de 70.

Des Palestiniens avec des affiches et des T-shirts représentant Dalal Mughrabi, une terroriste du Fatah responsable du massacre de la route côtière en 1978, qui a tué 38 Israéliens dont 13 enfants, pendant une manifestation à Ramallah, le 16 juillet 2008. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

« La glorification du terrorisme, ou les auteurs d’actes terroristes odieux, est inacceptable quelles que soient les circonstances » a déclaré le communiqué de l’ONU. « L’ONU a appelé à plusieurs reprises à la fin de l’incitation à la violence et à la haine, car cela représente l’un des obstacles à la paix ».

La décision de l’ONU est intervenue quelques jours après que le ministre norvégien des Affaires étrangères a condamné l’Autorité palestinienne (AP) pour avoir donné le nom de Mughrabi à l’association, exigeant que ce nom soit retiré de la façade du bâtiment et que les fonds versés pour sa construction lui soient restitués.

Le Premier ministre a déclaré qu’Israël maintiendrait la pression sur les pays et les organisations à ce sujet.

En avril, Netanyahu a annulé à la dernière minute une rencontre avec le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, après le refus de ce dernier d’annuler une réunion avec “Breaking the Silence” – que Netanyahu accuse d’être un groupe dont le but consiste à faire juger des soldats israéliens pour crimes de guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...