Après la fusillade, les communautés noire et juive de Jersey City s’unissent
Rechercher

Après la fusillade, les communautés noire et juive de Jersey City s’unissent

Environ 250 familles dans le besoin ont bénéficié d'une initiative caritative commune organisée pendant les fêtes pour collecter de la nourriture et des jouets

Le rabbin Moshe Schapiro montre un jouet à un enfant lors d'une initiative de charité à Jersey City, N.J., le 23 décembre 2019. (Crédit : Benny Polatseck/JTA)
Le rabbin Moshe Schapiro montre un jouet à un enfant lors d'une initiative de charité à Jersey City, N.J., le 23 décembre 2019. (Crédit : Benny Polatseck/JTA)

JTA — Toute la journée de lundi, des volontaires se sont activés dans le Mary McLeod Bethune Life Center du quartier de Greenville à Jersey City. Ils ont apporté de nombreuses boîtes de pretzel challah, de soupe, de houmous, de dinde et de chocolat. Des camions ont déchargé des palettes de nourriture et de jouets pour les vendeurs juifs avoisinants.

Treize jours plus tôt, et seulement quatre pâtés de maison en bas de l’avenue Martin Luther King, deux assaillants étaient entrés dans le supermarché casher, tuant trois personnes lors d’une fusillade avec la police dans ce quartier afro-américain avec une communauté hassidique en forte croissance. (Les tireurs avaient abattu un officier de police avant de prendre un van jusqu’au supermarché.)

Lundi, l’émotion était encore forte et partagée par la population locale. Des volontaires noirs et juifs travaillaient ensemble pour une opération de charité pendant la deuxième nuit de Hanoukka et deux jours avant Noël.

La nourriture et les cadeaux ont été distribués à des centaines de familles locales dans le besoin.

Des hommes juifs orthodoxes en deuil lors de l’enterrement de Leah Mindel Ferencz qui a été tué dans un magasin casher qui se trouvait sur le site d’une fusillade à Jersey City, dans le New Jersey, le 11 décembre 2019. (AP Photo/Eduardo Munoz Alvarez)

« Nous échangeons depuis la tragédie du 10 décembre et nous efforçons de trouver des moyens de travailler ensemble en tant que communauté », a déclaré Pam Johnson, une organisatrice de l’événement et responsable du Mouvement de coalition anti-violence à Jersey City. « Nous voulons nous assurer que nous envoyons un message clair de solidarité, que nous sommes tous ensemble dans ce drame ».

L’initiative est née d’une rencontre informelle entre les responsables de la communauté juive et des officiels locaux. Dès lundi, avec l’aide de Masbia, un réseau de cuisines proposant des soupes dans Brooklyn, une poignée de vendeurs de nourriture casher, deux entreprises de jouets possédées par des Juifs et une organisation à but non lucratif se sont associés pour organiser en vitesse ces donations.

« Beaucoup de belles paroles ont été prononcées, et oui – l’unité, l’unité – mais nous voulions trouver un moyen de véritablement montrer à la communauté que dorénavant, l’unité signifie plus que des mots », a déclaré Benny Polatseck, qui s’est porté volontaire pour l’événement. « Il doit y avoir une prise de conscience plus forte dans la communauté orthodoxe que nous vivons ensemble dans la communauté. Nous devons mieux nous connaître et nous fréquenter ».

Environ 40 cartons de soupe, 12 de chocolat, 20 de houmous, 60 de tranches de dinde et 30 cartons de pudding sont arrivés sur des palettes, principalement en provenance de Kayco, une entreprise de nourriture casher. Pretzel Challah de Yoni, qui se situe dans la ville voisine de Saddle Brook, a livré 300 miches de challah et de ciabatta. Le Conseil de l’agglomération contre la Pauvreté juive a fourni un grand nombre de kit de préparation du pain contenant de l’huile, de la farine, du bicarbonate de soude et d’autres ingrédients de base. Toys4You a apporté des poupées, des jeux de construction et de ballon.

Lundi, des familles ont fait la queue dans le quartier pour recevoir les provisions. Johnson a estimé que 250 familles ont bénéficié de l’initiative. Une équipe de 10 volontaires de toute la communauté était présente pour aider à la distribution, en restant jusqu’à après 20 heures.

« C’était vraiment génial – c’était plus que génial », a réagi Chesky Deutsch, un organisateur de l’initiative qui vit à Greenville depuis deux ans. « Nous sommes venus dans cette communauté, et je vois ces gens chaque jour, je vois que certains d’entre eux sont vraiment dans une situation de besoin désespérée. Je pense à eux, et donc c’était incroyable de pouvoir vraiment faire quelque chose pour eux ».

Chesky Deutsch et Pam Johnson ont tous les deux expliqué que des résidents noirs et juifs de Greenville partageaient des priorités en
commun : protéger leurs enfants et faire que le quartier reste abordable. Ils ont prévu de se rencontrer dans les prochains jours pour voir comment ils peuvent continuer à travailler ensemble. D’autres quartiers dans et autour de New York comptant des résidents afro-américains et juifs ont connu des tensions inter-ethniques dans le passé, tensions qui dans l’ensemble n’existent pas à Greenville, selon Chesky Deutsch.

Des premiers intervenants nettoient la scène de la tuerie qui a fait plusieurs victimes dans un marché casher, le mercredi 11 décembre 2019, à Jersey City, N.J. (AP Photo/Kevin Hagen)

« Est-ce que cela vient de notre travail en commun sur la politique
publique ?, s’est demandé Chesky Deutsch. Est-ce que cela vient de notre travail en commun afin de trouver des moyens de soutenir réellement la communauté ? Nous devons encore percer ce mystère. Le sentiment général des deux côtés est que nous voyons seulement des bonnes choses positives à travailler ensemble ».

« Greenville, à Jersey City, devrait être un exemple de comment une communauté ne se contente pas de coexister, mais nous vivons en harmonie les uns à côté des autres », a-t-il ajouté.

D’après Pam Johnson, il n’y avait aucune tension particulière entre les noirs et les Juifs à Jersey City. Les craintes de la communauté noire concernant l’embourgeoisement ne visent pas directement les Juifs, c’est un phénomène qui va bien au-delà de la communauté juive en développement. Elle espère que l’initiative de charité conduira les résidents de Greenville à travailler ensemble sur un programme d’intérêt commun qui dépasse leur origines ethniques.

« Des événements comme celui d’hier témoignent de l’unité forte qui règne dans notre communauté tant qu’elle donne le sentiment à tout le monde que l’on pense à eux et que leurs cris sont entendus », a commenté Pam Johnson. « Si nous sommes unis en tant que communauté, nous pouvons demander et forcer nos élus à mettre en place une politique efficace ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...