Après l’attentat de Jérusalem, des députés critiquent Netanyahu
Rechercher

Après l’attentat de Jérusalem, des députés critiquent Netanyahu

Les députés de l’opposition demandent la séparation avec les Palestiniens, et accusent le Premier ministre de ne pas prendre les mesures nécessaires pour empêcher les actes terroristes

Omer Bar Lev, député de l'Union sioniste, pendant la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice à la Knesset, le 13 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Omer Bar Lev, député de l'Union sioniste, pendant la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice à la Knesset, le 13 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Suite à l’attentat mortel de vendredi à Jérusalem, des députés de l’opposition ont critiqué samedi la gestion du conflit avec les Palestiniens du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et ont appelé le gouvernement à travailler à une solution de deux états afin de permettre à Israël de mieux se défendre.

« Nous sommes en pleine vague terroriste, que nous ne remarquons pas réellement, mais les incidents terroristes sporadiques se produisent quotidiennement », a déclaré Isaac Herzog, chef de l’Union sioniste et de l’opposition.

« Au final, la question est de savoir si nous pouvons changer la réalité, a dit Herzog. Même dans ces jours difficiles, nous devons penser au-dessus de la mêlée, et tirer parti des opportunités historiques de nous séparer des Palestiniens. »

D’autre part, Omer Bar-Lev, lui aussi député de l’Union sioniste, a accusé Netanyahu de ne pas prendre les mesures nécessaires pour empêcher les attaques terroristes, et a affirmé que les dirigeants israéliens n’agissaient pas dans le meilleur intérêt des citoyens. « Le gouvernement abandonne les habitants d’Israël en capitulant totalement devant les habitants de Cisjordanie », a-t-il dit depuis Rehovot, dans le centre du pays.

Hadas Malka, 23 ans, garde-frontière, a été tuée dans une attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 juin 2017. (Crédit : autorisation)
Hadas Malka, 23 ans, garde-frontière, a été tuée dans une attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 juin 2017. (Crédit : autorisation)

« Le gouvernement de droite ne fait pas tout ce qui est possible pour empêcher de telles attaques », a-t-il ajouté.

Zehava Galon, présidente du Meretz, parti de gauche, a accusé le Premier ministre de ne pas avoir de plan concret pour gérer le terrorisme palestinien. « Le Premier ministre Netanyahu n’a pas de solution à la réalité des attaques terroristes à Jérusalem », a dit Galon.

« Sa conception, selon laquelle il est possible de ‘gérer le conflit’ avec les Palestiniens à feu doux s’est effondrée encore et encore. Cinquante ans de contrôle sur des millions de personne, et nous voyons que ce feu a lieu sur des barils d’explosifs, et le prix est élevé. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...