Rechercher

Après le rétablissement des relations avec Ankara, Herzog espère « aller plus loin »

Lors d'un échange téléphonique, le président turc a remercié Herzog pour sa "contribution majeure" au rétablissement des relations bilatérales

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, indique le chemin au président Isaac Herzog lors d’une cérémonie de bienvenue, à Ankara, en Turquie, le 9 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Burhan Ozbilici)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, indique le chemin au président Isaac Herzog lors d’une cérémonie de bienvenue, à Ankara, en Turquie, le 9 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Burhan Ozbilici)

Le président Isaac Herzog et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus par téléphone, vendredi, quelques jours après l’annonce du rétablissement de relations diplomatiques complètes, après des années pour le moins tendues.

Les dirigeants ont évoqué l’accréditation des ambassadeurs et la reprise des vols israéliens vers la Turquie, selon un communiqué publié par le cabinet du président.

Herzog a également félicité Erdogan pour sa médiation entre Moscou et Kiev, soulignant sa « contribution essentielle » à l’accord pour l’exportation du blé ukrainien et ses récentes rencontres avec le président russe Vladimir Poutine et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Erdogan, à son tour, a remercié le président Herzog pour sa « contribution majeure » au rétablissement des relations bilatérales, selon le compte-rendu des autorités israéliennes.

Après cet échange téléphonique, Herzog a publié sur Twitter une photo d’Erdogan et lui, prise lors de son voyage à Ankara en mars dernier, exprimant son souhait « d’aller plus loin ».

Depuis sa prise de fonctions, Herzog a joué un rôle diplomatique actif dans les relations d’Israël avec la Turquie.

Le président Isaac Herzog et le président turc Recep Tayyip Erdoğan devant le complexe présidentiel à Ankara, le 9 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

En annonçant la reprise de relations diplomatiques complètes, mercredi, le cabinet du Premier ministre Yair Lapid en a grandement crédité Herzog.

« Le rétablissement des relations diplomatiques s’inscrit dans la continuité des efforts déployés tout au long de l’année écoulée, de la visite diplomatique du président Herzog à Ankara à celle des ministres des Affaires étrangères à Jérusalem et Ankara », indique le communiqué.

Après l’annonce faite ce mercredi, Herzog a déclaré espérer qu’au-delà des avantages économiques, l’accord favorise également « l’amitié entre les peuples israélien et turc ».

Le président Isaac Herzog rencontre le président turc Recep Tayyip Erdoğan devant le complexe présidentiel à Ankara, le 9 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le nouvel accord, qui met fin à plus d’une dizaine d’années de tensions avec Ankara, devrait contribuer au développement des « relations économiques, commerciales, culturelles et au renforcement de la stabilité régionale », tout en présentant un potentiel intéressant pour les deux pays.

Israël a longtemps été un allié de la Turquie, avant qu’une opération commando contre le navire Mavi Marmara, à destination de Gaza, ne fasse 10 morts en 2010 parmi les militants turcs qui avaient attaqué les soldats israéliens montés à bord.

Dirigeant turcs et israéliens s’étaient alors livrés à des échanges amers, Erdogan qualifiant Israël de pays « tueur d’enfants » et le Premier ministre israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, accusant Erdogan de tuer des civils kurdes.

Le long travail vers la reprise des relations diplomatiques a commencé en mai 2020, lorsqu’un avion d’El Al a atterri en Turquie, pour la première fois depuis 10 ans, dans le cadre d’une opération d’acheminement de fournitures médicales, au plus fort de la pandémie de COVID-19.

Dans les mois qui ont suivi, la Turquie, confrontée à un certain isolement régional, à des difficultés économiques et à un président potentiellement hostile à la Maison Blanche, s’est montrée de plus en plus ouverte.

Israël, jouissant de relations de bonne qualité avec les rivaux de la Turquie et désireuse de s’assurer qu’Ankara ne ferait pas volte-face, a patiemment attendu.

La coopération retrouvée entre Israël et la Turquie, ces derniers mois, s’est illustrée lorsque les forces de l’ordre des deux pays ont travaillé ensemble pour déjouer un complot iranien sur le sol turc, en juillet.

Les forces de l’ordre turques ont suivi puis interpelé les agents iraniens sur le point d’enlever et tuer des touristes israéliens à Istanbul, en représailles à l’assassinat d’une personnalité militaire iranienne de haut rang en mai, que les autorités iraniennes ont attribué à Israël.

Lazar Berman et Ash Obel ont contribué à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...