Après les EAU, Abbas met en garde les pays contre d’autres normalisations
Rechercher

Après les EAU, Abbas met en garde les pays contre d’autres normalisations

Dans une démonstration rare de réconciliation symbolique, le Hamas et le Jihad palestinien ont assisté à une réunion des leaders palestiniens à Ramallah

Le chef de l'Autorité palestinienne  Mahmoud Abbas lors d'une réunion conjointe des dirigeants palestiniens suite à la normalisation des liens entre Israël et les Emirats arabes unis (Autorisation : Wafa)
Le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une réunion conjointe des dirigeants palestiniens suite à la normalisation des liens entre Israël et les Emirats arabes unis (Autorisation : Wafa)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) a de nouveau condamné l’accord de normalisation conclu jeudi entre les Emirats arabes unis et Israël, lors d’une réunion conjointe avec les dirigeants palestiniens organisée mardi soir. Il a vivement recommandé aux autres pays de respecter l’Initiative de paix arabe de 2002 qui avait conditionné les liens avec l’Etat juif à la création d’un Etat palestinien.

« Nous considérons que nous avons reçu un coup de poignard dans le dos et nous le rejetons absolument », a déclaré Abbas, en évoquant l’accord.

Israël et les EAU avaient annoncé la conclusion d’un pacte, jeudi après-midi, définissant l’établissement de relations normalisées entre les deux pays.

Dans le cadre de cet accord – qui rend plus solide un lien préexistant mais secret qui s’était forgé en raison d’une animosité partagée à l’égard de l’Iran – Israël s’est engagé à suspendre son plan d’annexion d’environ 30 % de la Cisjordanie.

Si les responsables des Emirats ont répété que l’accord était une avancée qui permettait d’envisager la création d’un Etat palestinien en stoppant le projet d’annexion, Abbas a critiqué ceux pour qui « la question palestinienne commence et se termine avec l’annexion ».

« On a tenté de faire passer ça, ce rejet de l’annexion, comme une grande réussite aux yeux du monde », a dit Abbas.

« Vous ne pouvez pas parler à notre place… La Palestine parle pour elle-même. C’est elle qui dira ‘oui’ ou ‘non’, » s’est exclamé Abbas. « Vous n’assumez pas la responsabilité de la cause palestinienne, nous seuls, Palestiniens qui nous trouvons ici, parlerons au nom de la cause palestinienne. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...