Rechercher

Après que des assaillants ont tenté de couper sa barbe, ce député haredi a peur

"J'ai réussi à repousser l'homme et il n'a pas atteint ma barbe, mais si les ciseaux étaient entrés dans mon œil ?", déclare Meir Porush

Shalom Yerushalmi est analyste politique pour Zman Israël, le site en hébreu du Times of Israël sur l'actualité israélienne.

Meir Porush, vice-ministre de l'Education, à l'ouverture du centre de crise du ministère, en préparation du début de l'année scolaire, le 31 août 2017. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Meir Porush, vice-ministre de l'Education, à l'ouverture du centre de crise du ministère, en préparation du début de l'année scolaire, le 31 août 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une semaine après avoir été attaqué dans une rue de Jérusalem, le député de Yahadout HaTorah Meir Porush dit qu’il est toujours inquiet pour sa sécurité.

« J’ai peur », a-t-il déclaré à Zman Yisrael, le site jumeau hébreu du Times of Israel, dans sa première interview depuis l’incident de lundi dernier. « J’ai toujours peur. Ce n’était pas facile ».

Lors de l’attaque, deux assaillants ont coincé Porush, 66 ans, alors qu’il quittait son domicile à Jérusalem. Les deux hommes, qui auraient été tous deux en tenue ultra-orthodoxe, se sont approchés du législateur sur des scooters électriques.

L’un des hommes s’est approché du législateur et lui a demandé s’il était Porush, qui a répondu en confirmant son identité. L’agresseur a ensuite essayé de lui couper la barbe, mais Porush a pu le repousser et n’a pas eu besoin de soins médicaux.

Porush a déclaré à Zman Yisrael que la police n’a pas encore localisé et arrêté ses agresseurs, mais il garde l’espoir qu’ils seront arrêtés.

« C’était [juste avant] Yom Kippour et ensuite c’était Shabbat », a-t-il dit. « Il n’y a eu que quatre jours [de travail]. J’espère qu’ils les rattraperont bientôt ».

Moins d’une semaine après que l’attaque ait eu lieu, Porush était encore craintif en se remémorant l’incident.

« Ils sont venus vers moi avec des ciseaux », a-t-il raconté. « Qu’est-ce que c’est ? Mon costume a encore un trou dû aux ciseaux. J’ai réussi à repousser l’homme et il n’a pas atteint ma barbe, mais si les ciseaux étaient entrés dans mon œil ? Que se serait-il passé ? »

Un trou dans le costume du MK du Judaïsme unifié Meir Porush fait par un agresseur qui a tenté de lui couper la barbe le 13 septembre 2021. (Courtoisie)

Porush a déclaré que dès qu’un des hommes a confirmé son identité, il « a sorti des ciseaux de quelque part et est venu couper ma barbe. C’était affreux. Il n’a rien dit, il s’est juste approché de moi. Je suis costaud et j’ai réussi à le repousser, mais il n’a pas eu l’air perturbé et a même réussi à attraper ma barbe. »

Le législateur ultra-orthodoxe a déclaré qu’il pense que l’homme avait été « effrayé par les cris. J’ai crié de toutes mes forces et j’ai vu qu’il avait peur. Puis il est remonté sur son scooter électrique et s’est enfui ».

La coupe de la barbe est considérée comme une attaque particulièrement humiliante et dégradante pour les hommes ultra-orthodoxes, dont beaucoup gardent une longue barbe pour des raisons religieuses. Pendant la Shoah, les soldats nazis humiliaient les hommes juifs en leur coupant la barbe en public.

Porush a déclaré qu’il ne sait pas si l’homme qui l’a attaqué était lui-même vraiment ultra-orthodoxe, bien que des informations indiquent qu’il l’était. « Comment pourrais-je le savoir ? Il portait un casque pendant tout ce temps et il ne l’a pas enlevé. »

Des extrémistes ultra-orthodoxes ont attaqué Porush par le passé. En 2018, alors qu’il était vice-ministre de l’Éducation, il avait été attaqué par une foule en colère de résidents ultra-orthodoxes à Beit Shemesh en raison de son soutien aux lois israéliennes sur le recrutement qui avaient augmenté le quota d’hommes ultra-orthodoxes devant servir dans l’armée. Des vidéos de l’incident montrent Porush en train d’échapper à plusieurs dizaines d’hommes qui l’ont poursuivi hors du quartier et ont endommagé sa voiture.

Mais le député a déclaré qu’il ne sait pas qui serait motivé aujourd’hui pour l’attaquer de la sorte.

« Il n’y a pas de tension au sein de la communauté haredi contre moi », a-t-il déclaré à Zman Yisrael. « Il n’y a pas de bagarres en cours. Il n’y a pas de panneaux d’affichage contre moi dans les rues. Il n’y a pas de sujet de controverse majeur sur la table. Je ne sais vraiment pas pourquoi ils m’ont attaqué de la sorte ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...