Rechercher

Après une nuit de recherche, le terroriste de Tel Aviv a été retrouvé et abattu

Caché dans une mosquée, le Palestinien de Jénine n'avait pas "d’affiliation organisationnelle claire" ni de casier judiciaire selon le Shin Bet

Des soldats israéliens fouillent les lieux d'une attaque terroriste, dans laquelle deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées, rue Dizengoff, au centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit: Noam Revkin Fenton/Flash90)
Des soldats israéliens fouillent les lieux d'une attaque terroriste, dans laquelle deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées, rue Dizengoff, au centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit: Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le terroriste qui a perpétré l’attaque meurtrière à Tel Aviv hier soir a été tué dans une fusillade au petit matin vendredi à la suite d’une chasse à l’homme de plusieurs heures à travers la ville côtière.

L’homme, identifié plus tard comme étant Ra’ad Hazem, 28 ans, originaire de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, a été tué par des agents de l’unité antiterroriste de la police de Yamam et du service de sécurité du Shin Bet après avoir été retrouvé caché près d’une mosquée à Jaffa.

Selon une source sécuritaire citée par le quotidien Haaretz, le Shin Bet a localisé Hazem à leur arrivée à la mosquée grâce aux images des caméras de surveillance.

Aucune victime israélienne n’est à déplorer suite à la fusillade qui a permis de le neutraliser.

Selon le Shin Bet, Hazem n’avait pas « d’affiliation organisationnelle claire » ni de casier judiciaire.

Le service de sécurité a déclaré que l’enquête sur l’attaque se poursuivait.

« Après une longue et difficile nuit d’activité de la part de la police, du Shin Bet et de Tsahal, nous avons réussi ce matin – avec une coopération opérationnelle et de renseignement – à mettre un terme à cette chasse à l’homme et à abattre le terroriste dans un échange de tirs », a déclaré vendredi matin le commissaire de police Kobi Shabtai.

« Nous avons souligné hier soir que peu importe le temps qu’il faudrait, nous trouverions le terroriste, mort ou vivant », a déclaré Shabtai. « Et quand nous l’avons trouvé ce matin à Jaffa, il a fallu que les forces du Yamam et du Shin Bet réagissent rapidement. »

« Nous avons opéré le long de deux voies principales, opérationnelle et de renseignement, et ce matin, nous avons pu mettre fin à cette opération. »

« Nous maintenons l’état d’alerte de haut niveau de la police israélienne dans toutes les régions et tous les secteurs, y compris la garantie du bon déroulement des premières prières du vendredi du Ramadan », a-t-il ajouté. « Nous réagirons par déploiement face à tout cas inhabituel comme nous l’avons fait à Tel Aviv et nous traquerons quiconque blesse ou tente de blesser des citoyens d’Israël. »

Le Premier ministre Naftali Bennett a félicité les forces de sécurité pour avoir retrouvé et tué l’agresseur.

« Nous maintenons une vigilance maximale, à Tel Aviv et dans tout le pays, par crainte de nouveaux incidents ou d’attentats », a-t-il déclaré.

« Toute la nation d’Israël pleure le chagrin des familles des personnes tuées et prie pour la santé des blessés. Notre guerre contre le terrorisme meurtrier est longue et dure. Nous gagnerons. »

Bennett devait organiser une évaluation de la situation avec des responsables de la sécurité plus tard dans la journée, a indiqué son bureau.

Des policiers et secouristes s’activent sur les lieux d’un attentat terroriste rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Deux personnes ont été tuées et plusieurs ont été blessées jeudi soir lorsque Hazem a ouvert le feu sur un bar du centre de Tel Aviv, la dernière éruption de violence à frapper Israël ces dernières semaines.

La fusillade a eu lieu dans la rue Dizengoff, transformant une zone bondée de gens en ce jeudi soir dans les bars, restaurants et cafés, en une scène de chaos et de panique.

L’attaque a commencé lorsque le tireur s’est approché d’Ilka, un bar populaire disposant d’une grande terrasse extérieure, et a ouvert le feu.

Dix personnes ont été transportées d’urgence à l’hôpital voisin Ichilov avec des blessures par balle, dont deux qui ont par la suite succombé à leurs blessures, a indiqué l’hôpital. Les deux victimes étaient toutes deux des civils d’une vingtaine d’années.

L’hôpital a déclaré vendredi matin qu’il avait pris en charge huit autres blessés, dont un homme dans un état critique toujours confronté à « un danger immédiat pour sa vie ».

Selon l’hôpital, trois autres qui étaient dans un état critique « n’étaient plus en danger » et étaient soignés dans des unités de soins intensifs, après avoir été opérés.

Les quatre autres ont été répertoriés comme étant légèrement à modérément blessés.

Alors que la rue se remplissait d’ambulances et d’équipes de sauveteurs, la police et les soldats ont recherché le tireur.

La chasse à l’homme, qui a duré près de neuf heures, a compris au moins 1 000 policiers et renforts de Tsahal ratissant la zone à la recherche de l’agresseur. Les unités d’élite ont été réquisitionnées après l’attaque à Tel Aviv. En plus de l’unité Yamam, les unités d’élite Sayeret Matkal ont été dépêchées sur les lieux de l’attentat pour participer aux recherches du tireur.

Des soldats israéliens fouillent les lieux d’une attaque terroriste, dans laquelle deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées, rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Tout au long de la nuit, la police a demandé au public de ne pas s’approcher du lieu de l’attaque, la foule rassemblée dans la zone rendant difficile le travail des policiers. La police a demandé au public de rester à l’écart de la rue Dizengoff, de se confiner et de ne pas se montrer aux fenêtres. Ils ont fait du porte-à-porte de maison en maison, à la recherche de tout individu suspect.

Les dirigeants israéliens avaient fait savoir qu’ils craignaient une nouvelle flambée de terrorisme palestinien au cours des dernières semaines et se sont engagés à le réprimer tout en essayant d’éviter d’exacerber la colère palestinienne pendant le mois sacré du Ramadan.

La fusillade a rompu un calme tendu qui s’était installé depuis le 28 mars, lorsqu’un Palestinien a ouvert le feu dans la banlieue de Tel Aviv, à Bnei Brak, tuant cinq personnes. Des attentats perpétrés quelques jours auparavant à Hadera et Beer Sheva par des Arabes israéliens soupçonnés d’avoir été inspirés par l’État islamique ont fait six morts.

Il n’y a pas eu de revendication de responsabilité pour l’attaque, mais le groupe terroriste du Hamas l’a qualifiée d’« opération héroïque » qui constitue une « réponse naturelle aux crimes d’Israël contre le peuple palestinien ».

Il a juré que la « résistance » contre Israël « se poursuit et s’intensifie », sans assumer explicitement la responsabilité de l’attaque, notant son opposition aux pèlerins juifs visitant le mont du Temple pendant la fête de Pessah, qui coïncide avec le Ramadan cette année.

Un responsable du Jihad islamique a également salué l’attaque.

Des membres de l’équipe israélienne de sauvetage et de récupération de Zaka nettoient le sang du site d’une fusillade à Tel Aviv, Israël, le jeudi 7 avril 2022. (Crédit : Ariel Schalit)

Les émissaires étrangers ont rapidement condamné l’attaque.

« Horrifié de voir une autre attaque terroriste lâche contre des civils innocents, cette fois à Tel Aviv. Prions pour la paix et condoléances aux victimes et à leurs familles ; cela doit cesser », a tweeté l’ambassadeur américain Tom Nides.

Tor Wennesland, l’envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient, s’est dit consterné par l’attaque et a condamné le Hamas pour l’avoir célébrée.

« Il n’y a pas de gloire dans la terreur. Ces actes doivent cesser maintenant et être condamnés par tous », a-t-il tweeté.

L’ambassadeur de l’Union Européenne, Dimitar Tzantchev, a qualifié l’attaque d’« épouvantable ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...