Ari Fuld, avant de mourir, a empêché le terroriste de poignarder une vendeuse
Rechercher

Ari Fuld, avant de mourir, a empêché le terroriste de poignarder une vendeuse

La vidéo de sécurité montre le résident d'Efrat, le sang coulant dans son dos, en train de poursuivre Khalil Jabarin et de sauver Hila Peretz

Hila Peretz, une vendeuse de falafels, a déclaré le 17 septembre 2018 qu'Ari Fuld lui avait sauvé la vie lors d'un attentat terroriste au carrefour du Gush Etzion un jour auparavant. (Capture d'écran : Dixième chaîne)
Hila Peretz, une vendeuse de falafels, a déclaré le 17 septembre 2018 qu'Ari Fuld lui avait sauvé la vie lors d'un attentat terroriste au carrefour du Gush Etzion un jour auparavant. (Capture d'écran : Dixième chaîne)

Ari Fuld, l’Israélien tué dimanche par un terroriste palestinien en Cisjordanie, a poursuivi son agresseur après avoir été poignardé mortellement, l’empêchant d’attaquer une employée du centre commercial et peut-être lui sauvant ainsi la vie.

Les images filmées par les caméras de sécurité du centre commercial au carrefour du Gush Etzion, publiées lundi, montrent Fuld, avec le sang qui coule sur son dos et qui poursuit Khalil Jabarin, 17 ans.

Fuld, résident de l’implantation voisine d’Efrat et père de quatre enfants, a été conduit d’urgence dans un hôpital de Jérusalem, mais a été déclaré mort peu après.

Hila Peretz, une employée du magasin de falafels, a déclaré à la Dixième chaîne de télévision lundi qu’elle avait vu Jabarin poignarder Fuld devant le magasin quelques minutes après avoir servi l’adolescent palestinien.

Ari Fuld (Crédit : Facebook)

« Je lui ai servi le falafel ; sa main a touché la mienne », a raconté Peretz au sujet de la rencontre glaciale. « Il est sorti, s’est éloigné et s’est assis sur la rambarde à l’extérieur de la pizzeria. Il est resté assis là pendant au moins 40 minutes ».

« Il n’éveillait pas la méfiance », a-t-elle ajouté, « parce que c’était un enfant ».

Puis, a-t-elle ajouté, elle l’a « vu sortir ce gros couteau qui brillait au soleil, et tout à coup il l’a plongé dans le cœur [d’Ari Fuld] ». (Jabarin a poignardé Fuld par derrière, comme le montrent les vidéos de sécurité.)

Ensuite, Peretz a précisé que Jabarin a commencé à courir vers elle avec le couteau levé. Elle s’est enfuie en courant, en criant « terroriste », a-t-elle dit.

« Le terroriste était juste derrière moi », se souvient-elle. « J’ai commencé à descendre les escaliers en courant, mais il a sauté pour essayer de se mettre devant moi. L’homme qui a été tué m’a vraiment sauvé la vie. »

Elle a ajouté à propos de Fuld  : « Ce n’est pas qu’un héros. Il a donné sa vie pour moi. »

כשהוא פצוע ומדמם: כך הציל ארי פולד עובדת בחנות מדקירת המחבל

כשהוא פצוע ומדמם: כך הציל ארי פולד עובדת בחנות מדקירת המחבל • לתיעוד המלא שהביאו Yossi Eli ושי שפיגלמן ולריאיון של Almaz Mangisto עם אלמנת הנרצח >> https://www.10.tv/news/172564

Posted by ‎חדשות 10‎ on Monday, 17 September 2018

Le mari de Peretz, Moti, a déclaré dans une interview lundi que le geste de Fuld a sans aucun doute sauvé la vie de sa femme.

« [Quand Jabarin] l’a vue, il a levé le couteau pour la poignarder », a-t-il expliqué à la Dixième chaîne. « Ari s’est levé et a commencé à le poursuivre et à le maîtriser, comme un lion ».

« Fuld l’a sauvée et elle lui doit la vie », a-t-il ajouté. « Nous ne l’oublierons jamais, Hila ne l’oubliera jamais ».

Jabarin, qui est soigné dans un hôpital de Jérusalem, aurait été légèrement blessé lundi par les tirs de Fuld et d’un deuxième civil israélien.

Jabarin avait tenté de mener une attaque similaire en Cisjordanie deux jours auparavant, a rapporté la chaîne Hadashot.

Jabarin s’est rendu au Tombeau des Patriarches à Hébron vendredi dernier avec un couteau dissimulé sous ses vêtements, mais le nombre élevé de forces de sécurité israéliennes à l’entrée du lieu saint l’a dissuadé de tenter une attaque, indique le rapport.

Hila Peretz, une vendeuse de falafels, a déclaré le 17 septembre 2018 qu’Ari Fuld lui avait sauvé la vie lors d’un attentat terroriste au carrefour de Gush Etzion un jour auparavant. (Capture d’écran : Dixième chaîne)

Deux jours plus tard, il choisissait un nouvel endroit : le centre commercial Hadarim au carrefour du Gush Etzion, en Cisjordanie, au sud de Jérusalem. Selon le rapport, il est arrivé au centre commercial ce matin-là, a caché un couteau dans la salle de bain au deuxième étage et a commencé à surveiller la zone.

Hadashot a rapporté que Jabarin a été arrêté deux fois ce matin-là par des agents de sécurité d’un supermarché voisin après avoir éveillé leurs soupçons. Toutefois, comme il n’était pas armé, le jeune homme de 17 ans n’a pas été arrêté.

Il est ensuite retourné aux toilettes, a récupéré son couteau, a mangé le falafel, puis a poignardé Fuld dans le dos sur le trottoir devant le restaurant.

Le site d’information Ynet a rapporté lundi soir que des dizaines de personnes étaient arrivées sur une colline près d’Efrat et prévoyaient d’y installer un avant-poste illégal en mémoire de Fuld.

Les parents de Jabarin ont dit qu’ils avaient averti Israël et l’Autorité palestinienne dimanche matin que leur fils s’était disputé avec eux sur la question d’aller à l’école avant de partir de chez eux, et que celui-ci pouvait éventuellement commettre une attaque.

Suite à l’attaque, les soldats de Tsahal se sont rendus au domicile de Jabarin avant l’aube, lundi, pour prendre les mesures nécessaires à sa démolition et interroger les membres de sa famille.

Le fils d’Ari Fuld pose les mains sur la dépouille de son père à ses funérailles à Kfar Etzion le 17 septembre 2018. (Gershon Elinson/FLASH90)

L’armée israélienne a déclaré plus tôt que les forces de sécurité israéliennes prévoyaient d’arrêter des membres de la famille Jabarin pour enquêter sur les informations dont ils disposaient au sujet de ses plans avant qu’il ne perpétue l’attaque. Aucune arrestation n’a encore été effectuée.

Fuld était un ardent défenseur d’Israël bien connu et un militant de droite. Son assassinat a ébranlé les mouvements pro-israéliens et les militants l’ont qualifié de fervent partisan de l’État juif. Sa mort a été fermement condamnée dans tout le spectre politique israélien. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, aurait également dénoncé la violence en réaction à l’attaque, bien que le quotidien de l’AP ait déformé les faits…

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...