Armée : ce sont des gardes privés qui ont tué 2 Palestiniens armés de couteaux
Rechercher

Armée : ce sont des gardes privés qui ont tué 2 Palestiniens armés de couteaux

La police militaire met fin à l’enquête, l’officier a agi de manière appropriée ; la police israélienne n’enquêtera pas non plus

Le checkpoint de Qalandiya, près de la zone industrielle d'Atarot, entre Jérusalem Est et la Cisjordanie, le 7 avril 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le checkpoint de Qalandiya, près de la zone industrielle d'Atarot, entre Jérusalem Est et la Cisjordanie, le 7 avril 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le frère et la soeur palestiniens éliminés lors d’une tentative d’attaque sur des gardes frontières israéliens au point de passage de Qalandiya en Cisjordanie la semaine dernière ont été tués par des gardes civils et non les forces israéliennes, a déterminé une enquête de l’armée.

Puisque les forces de sécurité n’ont pas tiré les couprs de feu mortels sur Maram Hassan Abu Ismail, âgée de 23 ans, et son frère Ibrahim Saleh Taha, âgé de 21 ans, l’unité d’investigations de la Police Militaire a annoncé dimanche qu’elle allait arrêter son enquête sur l’incident.

Abu Ismail avait lancé un couteau sur les forces israéliennes avant d’être abattue, selon les miliaires israéliens.

Selon des rapports initiaux, l’incident du 27 avil a été examiné par des enquêteurs de la police de Jérusalem.

Pourtant, plus tard dimanche, selon la Radio de l’amée, la police a déclaré qu’elle n’enquêterait pas non plus sur l’incident, puisque les tirs qui ont tué Abu Ismail et Taha ont été tirés par un garde d’une société privée.

La Police militaire a déclaré que l’officier de la Police aux frontières surveillant le point de passage de Cisjordanie très actif à ce moment-là a respecté le protocole de l’armée et les procédures d’interpellation en tirant des tirs de sommation alors que le frère et la sœur approchaient des gardes au point de contrôle de manière suspecte.

Le garde privé a tiré quelques secondes plus tard.

La semaine dernière, la porte-parole de la police Louba Samri a déclaré que les forces de sécurité au point de contrôle ont repéré Abu Ismail marchant vers les gardes avec sa main cachée dans son sac et la main de Taha dans son dos, tenant quelque chose.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...