Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Arnon Bar-David appelle à des élections et menace de se joindre aux manifestations

Netanyahu "a conduit Israël au bord du gouffre", selon le chef de la Histadrout, qui dénonce les politiques de division et la conduite économique ; "le pays ne peut pas continuer ainsi"

Le chef de la Histadrout, Arnon Bar-David, annonçant une grève générale pour protester contre la refonte judiciaire, lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 27 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le chef de la Histadrout, Arnon Bar-David, annonçant une grève générale pour protester contre la refonte judiciaire, lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 27 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Arnon Bar-David, le chef de la puissante organisation syndicale de la Histadrout, a appelé samedi le Premier ministre Benjamin Netanyahu à assumer sa responsabilité et son incapacité à empêcher les massacres perpétrés par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël et à convoquer des élections législatives d’ici la fin de l’année, avertissant que le syndicat pourrait se joindre aux manifestations anti-gouvernement.

Le gouvernement Netanyahu « a provoqué un désastre en Israël », a déclaré Bar-David lors d’une conférence dans la ville de Beer Sheva, dans le sud du pays, comme l’ont largement rapporté les médias israéliens.

« Il nous a conduits au bord du gouffre, à un endroit où nous n’aurions pas dû être (…) Nous sommes dans une impasse, et il n’y a qu’une seule issue : des élections », a déclaré Bar-David. « Il doit assumer la responsabilité de ce qui s’est passé et prendre les décisions qui le concernent. Si j’étais Premier ministre, je démissionnerais. »

Le Likud, parti de Netanyahu, s’en est pris à Bar-David, déclarant qu’il était « honteux qu’au milieu de cette guerre, alors que la nation réclame l’unité, le président de la Histadrout, Arnon Ben-David, ait choisi de faire de la petite politique qui divise la nation et affaiblit l’effort de guerre ».

Netanyahu a été critiqué pour son refus d’assumer la responsabilité du 7 octobre, alors que pratiquement tous les autres dirigeants militaires et civils qui ont joué un rôle dans les événements l’ont fait. On s’attend également à ce que de nombreux hauts fonctionnaires démissionnent une fois la guerre terminée, alors que Netanyahu a fait savoir qu’il n’avait pas l’intention de le faire. Le Premier ministre s’est opposé à l’ouverture d’une enquête sur les défaillances qui ont permis l’attaque du Hamas tant que la guerre se poursuivra.

Le chef du syndicat a demandé à Netanyahu de fixer une date pour des élections anticipées et a averti que le syndicat – qui serait en mesure de bloquer une grande partie de l’économie – se joindrait aux manifestations si le Premier ministre tentait de s’accrocher au pouvoir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans son bureau, à Jérusalem, le 5 février 2024. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le mouvement de protestation qui a déferlé dans les rues d’Israël pendant une grande partie de l’année 2023, dans le cadre des efforts de refonte du système judiciaire largement controversés du gouvernement Netanyahu, est resté largement silencieux depuis le 7 octobre, mais a récemment commencé à reprendre de la vigueur alors que la guerre s’éternise, que de nombreux otages sont toujours aux mains du Hamas et que les opposants au Premier ministre l’accusent de prendre des décisions fondées sur des considérations politiques.

Bar-David a toutefois déclaré qu’il ne serait pas prudent de procéder à des élections législatives maintenant, compte tenu de la guerre en cours et du risque d’escalade dans le nord du pays, mais il a ajouté qu’il faudrait convenir d’une date pour de nouvelles élections « à la fin de l’année, en décembre – d’ici là, la guerre pourra être gagnée ».

« Le pays ne peut pas continuer ainsi (…) L’État d’Israël a besoin d’un redémarrage », a-t-il déclaré.

« Nous devons construire quelque chose de nouveau. Tout le monde veut quelque chose de nouveau (…) que de nouvelles personnes entrent en politique (…) Nous ne pouvons pas continuer avec les 120 membres [actuels] de la Knesset (…) qui ne font presque rien pour nous », a-t-il ajouté.

« Nous devrons peut-être descendre dans la rue pour réclamer des élections », a-t-il averti. « J’espère que ce ne sera pas nécessaire. »

« Et si les gens [lorsqu’ils voteront] veulent la même coalition (…) qu’il en soit ainsi. Et si le peuple veut du changement, il y aura du changement. »

En mars de l’année dernière, la Histadrout avait annoncé une grève générale dans le cadre de manifestations de masse, alors que la coalition tentait de faire passer au Parlement plusieurs projets de loi visant à réformer radicalement le système judiciaire du pays.

Des militants anti-refonte manifestant devant la Cour suprême, à Jérusalem, le 11 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Cette grève n’avait duré qu’une seule journée, car Netanyahu avait rapidement interrompu le projet de loi pour permettre des discussions avec les représentants des partis d’opposition.

Bar-David a par la suite résisté aux pressions de l’opposition en faveur de nouvelles grèves, alors que le conflit national sur la refonte se poursuivait tout au long de l’année. La guerre qui a débuté en octobre et la décision de la Haute Cour en janvier d’invalider un élément central de la refonte ont pour l’instant interrompu les efforts du gouvernement.

Même avant la guerre, Israël a connu « la pire année de son histoire, une année de polarisation, de division et de révolution judiciaire », a rappelé Bar-David, en faisant référence à la tentative de polarisation de la coalition pour réduire le pouvoir judiciaire. « Quelqu’un a fait de nous des ennemis les uns des autres, quelqu’un a monté un secteur contre l’autre ; c’était écrit. »

Il a dénoncé l’accent mis avant la guerre sur la refonte judiciaire, alors qu’Israël aurait dû se concentrer sur ses ennemis extérieurs.

Bar-David a également semblé accuser Netanyahu de retarder la conclusion d’un accord sur la libération des otages restés à Gaza pour des raisons politiques.

« Il y a une date butoir. Nous devons libérer les otages et parvenir à un accord, si cela ne se produit pas parce que cela ne convient pas à quelqu’un sur le plan politique, le gouvernement s’effondrera », a-t-il déclaré.

Bar-David s’est également montré très critique à l’égard de la conduite économique du gouvernement, déclarant que la récente décision de Moody’s d’abaisser la note d’Israël était « un scandale » de la part du gouvernement.

« C’est quelque chose que nous aurions pu éviter si le gouvernement et le ministre des Finances avaient pris les bonnes mesures (…) Je leur en ai parlé. S’ils avaient pris les bonnes mesures, pas très compliquées, nous aurions pu stabiliser l’économie, stabiliser la confiance du public dans le gouvernement, qui est aujourd’hui presque inexistante. »

Le ministre des Finances et chef du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, dirigeant une réunion de faction ,à la Knesset, à Jérusalem, le 12 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Ils auraient dû préparer un budget beaucoup plus sérieux, plus serré, plus intelligent, tourné vers l’avenir, pour comprendre que nous avons un problème avec le monde et que notre crédit est en train de s’épuiser. »

Il a ajouté que les économistes du monde entier n’étaient pas dupes de l’incapacité d’Israël à prendre de telles mesures.

« Il y avait là une occasion unique de changer le paradigme du pays », a-t-il déclaré en faisant référence aux récentes mises à jour du budget dans le contexte de la guerre. « Ils auraient dû supprimer tous les ministères superflus, ils auraient dû supprimer tous les fonds discrétionnaires de la coalition et tout consacrer à l’armée, à la guerre et à la sécurité d’Israël. Cela n’a pas été fait et cela n’a échappé à personne. »

Il a ajouté que tout cela n’avait pas été fait parce que Netanyahu était surtout préoccupé par sa survie politique.

« Il y a eu erreur sur erreur et cela nous a causé de terribles préjudices. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.