Arrestations après des heurts avec des soldats dans des avant-postes illégaux
Rechercher

Arrestations après des heurts avec des soldats dans des avant-postes illégaux

Trois personnes ont été arrêtées pour être entrées dans une zone militaire fermée et pour avoir attaqué les forces de l'ordre à Maale Shlomo

Les forces de sécurité rasent des constructions illégales à Maale Shlomo, le 5 février 2020. (Honenu)
Les forces de sécurité rasent des constructions illégales à Maale Shlomo, le 5 février 2020. (Honenu)

Mercredi matin, trois personnes ont été arrêtées lors d’affrontements alors que l’armée israélienne retirait deux tentes plantées dans un avant-poste illégal à proximité de l’implantation de Kochav Hashahar dans le centre de la Cisjordanie.

Des dizaines de manifestants se sont opposés à la police aux frontières et aux officiels de l’Administration civile – l’organisme dépendant du ministère de la Défense qui autorise les constructions en Cisjordanie – quand ils sont arrivés à l’avant-poste de Maale Shlomo pour retirer les tentes.

Les trois personnes ont été arrêtées pour être entrées dans une zone militaire fermée et avoir attaqué des forces de l’ordre, a fait savoir la police dans un communiqué.

Les suspects ont été emmenés par la police pour être interrogés.

Le mois dernier, les forces de l’ordre ont rasé plusieurs maisons construites illégalement dans l’avant-poste poudrière de Kumi Ori, qui se situe également dans le nord de la Cisjordanie. Des dizaines de jeunes habitants d’implantations se sont rendus dans l’avant-poste après l’arrivée de forces de l’ordre à 5h30 et ont commencé à s’opposer aux policiers. Ils ont lancé des pierres sur les policiers, et un assaillant a été arrêté pour avoir agressé un officier.

La destruction a eu lieu une semaine après que la Cour suprême a rejeté le recours d’un des propriétaires. Il avait fait valoir l’argument qu’Israël n’avait pas le droit de démolir une structure dans la zone B – la partie de la Cisjordanie sous contrôle civil de l’Autorité palestinienne, selon les Accords d’Oslo de 1995.

Le tribunal a statué que même si Israël n’a pas l’autorité pour délivrer des permis de construire dans la zone, l’État juif pouvait détruire des maisons construites illégalement par des Israéliens là-bas.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...