Rechercher

Attaque à l’arme blanche à Neve Daniel : un blessé grave ; le terroriste abattu

L'assaillant a été abattu par un civil armé qui se trouvait dans le bus au moment de l'attaque, a confirmé l'armée

Le lieu d'une attaque à l'arme blanche, à Neve Daniel, en Cisjordanie, le 31 mars 2022. (Crédit : United Hatzalah)
Le lieu d'une attaque à l'arme blanche, à Neve Daniel, en Cisjordanie, le 31 mars 2022. (Crédit : United Hatzalah)

Un Palestinien a poignardé jeudi un passager dans un bus dans le sud de la Cisjordanie le blessant grièvement, avant d’être abattu par un autre passager, a indiqué l’armée israélienne.

« Un terroriste a poignardé un passager dans un bus près de l’implantation d’Elazar. Le passager a été blessé et il est soigné dans un hôpital. Un civil qui se trouvait dans le bus a tiré sur le terroriste et l’a tué », a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué.

Selon Haaretz, l’assaillant aurait utilisé un tournevis.

Le passager, un Israélien de 28 ans, a été grièvement blessé, un homme de 28 ans, a été transféré à l’hôpital de Shaarei Tsedek à Jérusalem où il est entré en salle d’opération à indiqué l’hôpital.

Il a subi une intervention chirurgicale qui a été qualifiée par l’hôpital de « vitale » et est actuellement pris en charge dans une unité de soins intensifs. Les médecins ont fait savoir que l’homme était encore dans un état grave.

Trois autres personnes en état de choc ont été prises en charge.

Les soldats israéliens et les secours sur les lieux d’une attaque à l’arme blanche, à Neve Daniel, en Cisjordanie, le 31 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère palestinien de la Santé a identifié l’assaillant comme étant Nidal Juma Jaafra, 30 ans.

Le conducteur du bus où s’est produit l’attaque a raconté le moment où il avait réalisé qu’il y avait un problème et où il avait dit aux passagers d’évacuer.

« J’ai fait un arrêt d’urgence, j’ai ouvert la porte et j’ai demandé aux passagers de sortir », a dit Muhammad Said au site d’information Ynet. « Jamais je n’aurais pensé vivre ça un jour ».

Said, qui habite Jérusalem-Est, a été pris en charge à l’hôpital Shaare Zedek de la ville, en état de choc.

De son côté, le père du chauffeur a déclaré à la Douzième chaîne que son fils lui avait raconté ce qui s’était passé.

« De ce que j’ai compris, il était au volant de son bus et il a pris un passager au carrefour d’Elazar. Un arrêt plus tard, au feu de signalisation du carrefour de Neve Daniel, il a tout à coup entendu des tirs. Il a regardé dans le rétroviseur et il a vu un individu avec une arme qui avait ouvert le feu sur quelqu’un. Il a directement ouvert les deux portes de manière à ce que tout le monde puisse vite descendre du bus », a dit le père. « Le terroriste est monté dans le bus au carrefour d’Elazar. Mon fils a eu très peur et ils sont en train de le calmer en ce moment. »

Les troupes israéliennes se sont rendues dans la ville de Tarqumiyah, en Cisjordanie, pour perquisitionner le domicile de Jaafra.

Selon les informations parues dans les médias palestiniens, des affrontements ont éclaté dans le secteur après l’entrée des soldats dans la maison.

Il n’y aurait pas eu de blessé ou d’arrestation de la part des militaires israéliens.

Cette attaque est survenue alors qu’Israël connaît l’une des pires vagues terroristes connues ces dernières années. Onze personnes ont perdu la vie dans des attentats depuis une semaine : Quatre lors d’une attaque au couteau et à la voiture-bélier à Beer Sheva ; deux dans une fusillade à Hardera et cinq lors d’un attentat à l’arme à feu à Bnei Brak.

Les forces de sécurité ont été placées en état d’alerte élevé et elles ont reçu l’ordre de réprimer toutes les cellules terroristes potentielles ainsi que tous les individus considérés comme dangereux au sein de l’État juif et en Cisjordanie.

Les responsables ont fait savoir que le mois du Ramadan, sacré pour les musulmans – un mois qui doit commencer ce week-end – pourrait être susceptible d’aggraver encore les tensions.

De leur côté, les ministres du cabinet israélien ont pris la décision, mercredi soir, de ne pas prendre de mesure de répression particulière à l’égard des Palestiniens pendant le ramadan de manière à ne pas alimenter une escalade des violences.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...