Rechercher

Attaque de Jérusalem: un rabbin blessé revenait du Kotel au moment des faits

Zeev Katzenelnbogen déclare depuis son lit d'hôpital que sa survie est "un cadeau de Dieu"

Le rabbin Zeev Katzenelnbogen parle depuis son lit à l'hôpital Hadassah Ein Kerem après avoir été blessé dans une attaque terroriste dans la vieille ville de Jérusalem, le 21 novembre 2021. (avec l'aimable autorisation de l'Hôpital Hadassah)
Le rabbin Zeev Katzenelnbogen parle depuis son lit à l'hôpital Hadassah Ein Kerem après avoir été blessé dans une attaque terroriste dans la vieille ville de Jérusalem, le 21 novembre 2021. (avec l'aimable autorisation de l'Hôpital Hadassah)

Dimanche matin, une fusillade a éclaté dans la Vieille Ville de Jérusalem. Le terroriste a été neutralisé après avoir tué un homme et blessé trois personnes. Parmi elles, le rabbin Zeev Katzenelnbogen, 46 ans et père de huit enfants.

Depuis son lit d’hôpital, il a livré un témoignage bouleversant. Il rentrait chez lui après la prière du matin au mur Occidental et portait encore ses phylactères et son châle de prière lorsque l’attaque a commencé.

« Je n’ai pas vraiment compris ce qui se passait… en une fraction de seconde, j’ai ressenti une douleur très forte dans le bras, juste à l’endroit où se trouvaient les tefilin » [phylactères], a-t-il déclaré aux journalistes depuis son lit d’hôpital à Jérusalem.

Pris de panique et modérément blessé, l’homme a déclaré avoir ensuite rebroussé chemin en direction du Kotel pour trouver un bâtiment où se réfugier.

« Je comprends le grand miracle, la bonté que Dieu a eue envers moi. En une seconde, j’aurais pu perdre la vie et je l’ai reçue comme un cadeau », a-t-il dit. « Il est écrit que les tefilin sont reliées au cœur… Il y a une connexion avec Dieu et on le sent, on se sent couvert, on se sent protégé », a ajouté le rabbin.

Le terroriste, un résident de Jérusalem-Est, originaire du camp palestinien de Shuafat, que le Hamas a identifié comme l’un de ses membres, a été abattu par les forces de sécurité.

Les autres blessés dans l’attaque sont le rabbin Aaron Yehuda, qui a été hospitalisé dans un état grave à l’hôpital Shaare Zedek, et deux policiers légèrement blessés qui ont reçu des soins à l’hôpital Hadassah Ein Kerem et ont ensuite été libérés.

L’homme tué ce dimanche – le premier civil israélien tué par la violence palestinienne depuis le conflit de 11 jours dans la bande de Gaza en mai dernier – a été identifié comme étant Eliyahu David Kaye, 25 ans, un oleh hadash d’Afrique du Sud.

Eliyahu David Kay, tué dans une attaque terroriste à Jérusalem le 21 novembre 2021. (Facebook)

Lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, le Premier ministre Naftali Bennett a noté que la fusillade est survenue plusieurs jours après une attaque à l’arme blanche dans la Vieille Ville, dans laquelle deux gardes-frontières ont été blessés.

« J’ai ordonné aux forces de sécurité de se préparer en conséquence et d’être en état d’alerte. Nous devons être en état d’alerte maximale et empêcher de futures attaques », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a déclaré qu’il avait été informé de la fusillade par le ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, et a exprimé ses condoléances à la famille de la victime.

Des policiers sur les lieux d’une fusillade dans la vieille ville de Jérusalem, le 21 novembre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a félicité les policiers, déclarant qu’ils « ont agi avec rapidité et détermination et ont déjoué une attaque beaucoup plus grave. » « Nous continuerons à combattre la terreur partout où elle lève la tête », a averti Benny Gantz sur Twitter.

Peu après l’attaque, Omer Barlev s’est rendu sur les lieux de l’attaque avec des responsables de la police.

« [Le tireur] s’est déplacé dans les allées et a tiré plusieurs fois. Heureusement, la ruelle était en grande partie vide, car sinon – Dieu nous en préserve – il y aurait eu plus de victimes », a-t-il déclaré.

Selon lui, l’attaque semble avoir été préméditée.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a revendiqué l’attaque, affirmant qu’il s’agissait du « prix » des actions d’Israël à Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...