Attentat Hariri : l’accusation fait appel du jugement du TSL
Rechercher

Attentat Hariri : l’accusation fait appel du jugement du TSL

Quatre membres présumés du Hezbollah ont été jugés par contumace pour leur implication supposée dans l'attentat-suicide à Beyrouth qui avait coûté la vie au milliardaire sunnite

Rafic Hariri, ancien Premier ministre libanais assassiné par le Hezbollah en 2005. (Crédit : domaine public/Département de la Défense américain)
Rafic Hariri, ancien Premier ministre libanais assassiné par le Hezbollah en 2005. (Crédit : domaine public/Département de la Défense américain)

Les procureurs du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) ont annoncé mercredi faire appel du jugement formulé dans l’affaire de l’assassinat en 2005 de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, qui avait vu trois hommes acquittés et un reconnu coupable.

« Le procureur Norman Farrell du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a déposé un acte d’appel devant la Chambre d’appel du TSL, alléguant des erreurs de droit et des erreurs de fait dans le jugement de la Chambre de première instance, rendu le 18 août 2020 », a déclaré le bureau du procureur dans un communiqué.

« Le procureur a fait valoir que ces erreurs invalidaient le jugement et entraînaient un déni de justice », a-t-il précisé, sans donner plus de détails sur les erreurs en question.

Tous membres présumés du groupe terroriste chiite du Hezbollah, les quatre hommes ont été jugés par contumace par le TSL pour leur implication supposée dans l’attentat-suicide à Beyrouth qui avait coûté la vie au milliardaire sunnite Rafic Hariri, ainsi qu’à 21 autres personnes.

Salim Ayyash (Autorisation)

Salim Ayyash, 57 ans, a été le seul reconnu coupable, notamment d' »homicide intentionnel ». Il a ensuite été condamné à la perpétuité, bien qu’il n’ait jamais été remis au tribunal. Les trois autres suspects ont été acquittés.

Le procureur a indiqué demander au TSL « d’accueillir l’appel et de prononcer des déclarations de culpabilité contre les personnes faisant l’objet de cet appel », ajoutant être « convaincu que la Chambre d’appel examinera ce recours de manière exhaustive et rapide ».

Le TSL, qui siège à Leidschendam, près de La Haye, n’a pas indiqué de date quant à une éventuelle audience sur l’affaire.

Rafic Hariri, Premier ministre libanais jusqu’à sa démission en octobre 2004, a été tué en février 2005, lorsqu’un kamikaze a fait sauter une camionnette remplie d’explosifs au passage de son convoi blindé, faisant 226 blessés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...