Rechercher

Au moins 20 cas de la sous-souche BA2 d’Omicron détectés en Israël

Selon le ministère de la Santé, rien ne prouve que la nouvelle souche se comporte différemment d'Omicron

Des employés du HMO effectuent des tests sur des échantillons PCR pour le COVID-19 dans un laboratoire des services de santé Clalit à Jérusalem, le 10 janvier 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des employés du HMO effectuent des tests sur des échantillons PCR pour le COVID-19 dans un laboratoire des services de santé Clalit à Jérusalem, le 10 janvier 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Jeudi, le ministère de la Santé a annoncé que plusieurs cas d’un sous-variant de la souche Omicron du Covid-19 ont été recensés en Israël.

Selon le radiodiffuseur public Kan, au moins 20 cas de ce type ont été identifiés dans le pays.

La souche BA2 a déjà été identifiée dans plusieurs pays et porte des mutations supplémentaires à celles de la souche Omicron.

Actuellement, on ne sait pas si BA2 est plus dangereux qu’Omicron.

« Pour l’instant, rien n’indique qu’il se comporte différemment d’Omicron. Le ministère de la Santé informera la population de toute évolution pertinente », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Entre-temps, le variant du virus Omicron s’est répandu en Israël au cours de la semaine écoulée, laissant le pays avec 259 223 patients actifs, dont 228 044 ont été diagnostiqués au cours des sept derniers jours – un taux trois fois supérieur à celui de la semaine précédente. Selon les chiffres du ministère, 188 899 Israéliens ont été placés en quarantaine en raison d’une exposition à une personne infectée.

Des patients atteints par la COVID-19 et hospitalisés à Hadassah Ein Kerem reçoivent une visite de leur famille. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le nombre de patients gravement malades du COVID-19 a augmenté de 90 pour atteindre 289, selon les chiffres quotidiens du ministère de la Santé.

Sur les 882 patients hospitalisés en Israël avec le COVID-19, 89 sont considérés comme critiques et 72 sont sous respirateur artificiel.

Sur les 402 979 tests de dépistage effectués mercredi, 11,99 % – soit 48 311 – ont confirmé l’infection, selon les dernières données, ce qui confirme le taux élevé de positivité observé la semaine dernière. Le nombre de tests est proche du plus haut niveau jamais atteint en une seule journée, qui avait été enregistré en août de l’année dernière, mais à l’époque, le taux de positivité n’était que de 6 % environ.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...