Au tour du chef du budget du Trésor de démissionner
Rechercher

Au tour du chef du budget du Trésor de démissionner

Shaul Meridor dénonce le processus décisionnel influencé par des "intérêts étroits", au mépris de décennies de règles budgétaires

Shaul Meridor, chef du département du budget du ministère des Finances, s'exprime lors de la conférence de presse du journal Maariv à Herzliya le 26 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Shaul Meridor, chef du département du budget du ministère des Finances, s'exprime lors de la conférence de presse du journal Maariv à Herzliya le 26 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le plus haut responsable du ministère des Finances a démissionné dimanche de son poste de chef du département du budget du Trésor pour protester contre les récentes politiques économiques du gouvernement, après des mois de querelles intestines avec le ministre des Finances Israël Katz.

Le départ dramatique de Shaul Meridor est intervenu après que des officiels ont, pendant des mois, accusé Katz d’être animé par des motifs politiques en faveur du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du parti Likud. Katz a également été accusé par des officiels du ministère d’étouffer tout dissident.

« Je ne peux pas prêter main forte à la mauvaise conduite menée ces derniers mois, et dont tous les citoyens israéliens paieront un lourd tribut dans les années à venir », a écrit Meridor dans une lettre de démission à Katz publiée par les médias israéliens.

« Ces derniers mois, et surtout ces dernières semaines, ma capacité à mener à bien mon travail s’est avérée impossible », a écrit Meridor à Katz. « Malheureusement, vous ne nous permettez pas, à moi et à de nombreux autres responsables, de faire notre travail. »

Il a dénoncé un processus décisionnel influencé par des « intérêts étroits » et le « mépris flagrant du travail du personnel », alléguant que la boîte à outils financière du ministère avait été piétinée et que des règles vieilles de plusieurs décennies étaient ignorées.

Katz a répondu à la démission en accusant Meridor de s’opposer à sa politique pour des « raisons politiques », alors même qu’un article indiquait que d’autres hauts fonctionnaires du ministère envisageaient également de se retirer. Meridor est le fils de l’ancien ministre Dan Meridor, un ancien pilier du parti du Likud, issu de l’aile plus modérée du parti, qui a perdu de son influence au cours de la dernière décennie.

Meridor a récemment essuyé la fougue de Katz et de Netanyahu pour s’être opposé à leur plan de verser des aides à tous les adultes israéliens, indépendamment de leurs revenus ou de leur éventuelle incidence négative sur la pandémie de coronavirus. En réaction, le fils de Netanyahu, Yaïr, connu pour sa rhétorique incendiaire, a affirmé dans un post Instagram à l’époque que les bureaucrates du Trésor « sabotaient » intentionnellement l’aide aux Israéliens indépendants de plus en plus mécontents « afin de remuer le public ».

Israël est sans budget d’Etat depuis 2019 et finira probablement l’année 2020 sans budget, grâce à une lutte permanente entre le Likud et son partenaire de la coalition Kakhol lavan pour savoir si le budget devrait également inclure l’année 2021. Dans l’intervalle, les ministères ont continué à planifier les dépenses, mais sans le soutien d’un cadre budgétaire solide.

« Chaque semaine, je suis horrifié de découvrir que le cadre budgétaire change sans aucune discussion professionnelle, sans réflexion ordonnée ou sans planification à long terme », a écrit Meridor. « Je me demande depuis un certain temps quelle est la bonne chose à faire.”

« Même lorsque la lutte est devenue personnelle et laide, il m’est apparu clairement que les attaques personnelles contre moi ne sont rien en comparaison de l’importance que j’accorde à ma mission publique en ces temps », a-t-il déclaré.

« Ces derniers jours, de plus en plus de lignes rouges ont été franchies, tout comme les règles élémentaires d’une politique budgétaire et économique correcte. J’ai décidé que je ne peux plus faire partie du système et donner une légitimité à une série de mauvaises décisions, qui ne tiennent pas compte des implications à long terme et de leur effet sur l’économie et la vie des citoyens. »

Le ministre des Finances Israël Katz tient une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem le 1er juillet 2020 (Olivier Fitoussi/Flash90)

Katz a riposté, affirmant qu’il avait apporté un large soutien à Meridor et à d’autres responsables du ministère, accusant Meridor d’être motivé par des « intérêts politiques étroits » et de critiquer publiquement ses politiques économiques. Il a déclaré que la démission de Meridor était donc « juste et nécessaire », tout en promettant de nommer bientôt un remplaçant.

La Treizième Chaîne a rapporté, sans citer une source, que la directrice générale du ministère des Finances, Keren Terner Eyal, envisageait également de démissionner, même si elle a été spécifiquement assignée au ministère par Katz après avoir dirigé le ministère des Transports sous ses ordres pendant plusieurs années. Le comptable général Roni Hizkiyahu pourrait également être sur le point de partir, selon l’article.

Cette démission a suscité des inquiétudes et des mesures d’alarme de la part des responsables politiques et économiques, dont certains y ont vu un signe du dysfonctionnement du gouvernement d’union.

« C’est une véritable alarme », a déclaré le chef de l’opposition Yaïr Lapid, chef de Kakhol lavan. « La gestion de l’économie dans la crise du coronavirus est un échec qui rivalise avec la guerre du Yom Kippour [1973]. C’est une négligence criminelle de la part d’une bande de politiciens irresponsables qui ne se préoccupent que d’eux-mêmes. »

Le président Reuven Rivlin s’est dit très préoccupé par ce départ.

« Shaul est un professionnel de premier ordre et l’un des fonctionnaires les plus dévoués avec lesquels j’ai eu le privilège de travailler ces dernières années », a déclaré Rivlin dans une déclaration. « En cette période, plus que jamais, Israël a besoin d’une bureaucratie publique professionnelle et forte qui travaille avec l’échelon élu pour sauver le peuple et le pays de la grave crise qui a frappé le monde entier. »

Le président Reuven Rivlin lors d’une réunion avec des hôteliers, des hommes d’affaires et des résidents à Eilat le 6 juin 2020 (Mark Neyman/GPO)

« Shaul Meridor est une personne professionnelle, dévouée et expérimentée qui a grandement contribué à l’économie israélienne dans le cadre de son rôle », a tweeté le ministre de la Défense Benny Gantz. « Il a pris cette décision dans une période économique compliquée et son départ est regrettable. »

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, a remercié Meridor, s’est dit confiant qu’un remplaçant adéquat serait nommé rapidement, et a appelé le gouvernement à adopter rapidement un budget d’État pour 2021.

Le mois dernier, Netanyahu a fustigé les responsables du ministère des Finances qui se seraient opposés à son plan de distribution de l’aide financière à tous les adultes israéliens, une stratégie qui a suscité une réaction virulente – de la part des experts économiques, des dirigeants de l’opposition et des membres du public qui affirment que l’aide devrait aller aux populations en difficulté du pays, et non à celles qui n’ont pas été gravement touchées par la crise du coronavirus.

« Il est inconcevable que des bureaucrates informent les médias des décisions prises par le gouvernement et s’efforcent de les contrecarrer. Nous ne l’accepterons pas », a posté Netanyahu sur Facebook. Le Premier ministre n’a pas nommé les officiels, mais a partagé un message du député Likud Shlomo Karai qui comprenait une grande photo du chef du département du budget Shaul Meridor.

Keren Terner Eyal, alors directrice générale du ministère des Transports, assiste à une audition à la Knesset, le 20 mars 2017 (Yonatan Sindel/ Flash90)

Dans une série de tweets le mois dernier, Keren Terner Eyal a déclaré : “Il est très difficile pour moi de rester indifférent aux critiques sans précédent à l’encontre du personnel mon ministère, et notamment du chef du département du budget Shaul Meridor. »

Elle a déploré « le discours très violent qui s’est propagé contre nous sur les médias sociaux ».

Terner Eyal a déclaré que le rôle de Meridor et des autres était simplement d’appliquer les décisions politiques du gouvernement, soulignant qu’ils n’étaient pas impliqués dans l’élaboration des politiques elles-mêmes.

Katz avait critiqué Terner Eyal à l’époque pour ses déclarations, affirmant qu’elle aurait dû recevoir son autorisation préalable avant de réagir publiquement.

Dans une déclaration, Katz a déclaré qu’il n’appartenait pas à Terner Eyal de mener des combats publics ou de défendre les bureaucrates du ministère, mais d’ « appliquer les décisions du niveau politique ». Il a ajouté que c’était à lui, en tant que ministre, de « défendre résolument la contribution positive des officiels professionnels ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...