Autisme: « Hors normes » à Cannes, Toledano et Nakache passent du rire aux larmes
Rechercher

Autisme: « Hors normes » à Cannes, Toledano et Nakache passent du rire aux larmes

Les cinéastes posent cette fois leur caméra sur le monde associatif en se penchant sur deux fondateurs d'associations destinées à aider de jeunes autistes

Eric Toledano (gauche) et Olivier Nakache (Crédit : autorisation)
Eric Toledano (gauche) et Olivier Nakache (Crédit : autorisation)

Ils ont fait rire le monde entier avec « Intouchables » « Tellement proches » et « Nos jours heureux ». Eric Toledano et Olivier Nakache s’apprêtent à nous faire pleurer avec « Hors normes », avec Vincent Cassel et Reda Kateb, sur des associations venant en aide à de jeunes autistes.

Tout juste terminé, le film viendra clore samedi soir une édition cannoise particulièrement relevée et sera présenté en « dernière séance », avant de sortir sur les écrans le 23 octobre.

« Peut-être que ce film est émotionnellement plus fort », concède Eric Toledano à l’AFP. Mais il est « dans la suite de ce qu’on a fait, avec des thèmes qui étaient dans nos films précédents, comme le monde associatif, le monde du travail, le handicap, l’exclusion, la notion de marge et de norme ».

« Hors normes », c’est l’histoire de Bruno et Malik, l’un est juif orthodoxe et célibataire sans enfants quand l’autre se décrit comme musulman pratiquant et père de trois enfants.

Au-delà de leurs différences, ces deux personnages se rejoignent pour avoir monté à la force du poignet, et pour gérer au quotidien, des associations s’occupant d’adolescents autistes et formant des jeunes des quartiers à encadrer ces cas ultra-complexes, parfois violents.

Tandis que Bruno, interprété par un épatant Vincent Cassel, répète en boucle : « Je vais trouver une solution » et ouvre des appartements de nuit pour de jeunes autistes, Malik (impeccable Reda Kateb) passe une partie de ses journées dans son van à les conduire à des activités.

Outrepassant les règles, tirant souvent le diable par la queue, Bruno est sous le coup d’une enquête des Affaires sociales qui va l’obliger à s’interroger sur son rôle.

Une histoire qui s’inspire de faits réels et du travail des associations « Le Silence des justes » et « Le Relais IDF« , respectivement créées par Stéphane Benhamou et Daoud Tatou.

« Ça fait 15-20 ans qu’on connait ces associations, elles comblent un vide dans la pathologie qu’est l’autisme en particulier pour les cas lourds », souligne Olivier Nakache.

Aventure humaine de deux ans

Mais pas question de réaliser un biopic ou un documentaire. Au lieu de cela, ils ont privilégié la fiction, choisissant de réunir acteurs et non professionnels, adultes et enfants.

« Pour incarner ces personnages, il nous fallait deux acteurs charismatiques et puissants. Vincent Cassel et Reda Kateb, on ne les a jamais vu jouer ensemble. Ils ont passé du temps avec leur vrai personnage et avec les enfants », indiquent les deux réalisateurs.

Eric Toledano et Olivier Nakache. (Crédit : Eric Catarina)

La plupart des autistes à l’écran le sont dans la vraie vie, à l’instar de Joseph (Benjamin Lesieur), personnage attachant à qui Bruno tente de trouver un travail, l’accompagnant le matin pour éviter des dérapages (comme tirer la sonnette d’alarme dans le métro, un running gag du film).

Pour ce résultat, Eric Toledano et Olivier Nakache ont passé au crible de nombreuses associations, à la recherche des « bonnes personnes ». « Même les cas lourds, ce sont les vrais », disent-ils.

Au final, une aventure humaine et un tournage parfois compliqué, car « il fallait acclimater certains enfants au monde qui allait les entourer pendant les prises de vue ».

« Après avoir passé deux ans dans ces associations, je ne suis plus sûr de savoir où est la norme, où est la marge », souligne Eric Toledano, heureux de défendre un cinéma généreux.

Il y a des « modèles négatifs mis en avant tous les jours, et qui sont réels, mais ce qui fonctionne mérite aussi d’exister et d’être mis en valeur. Il n’y a pas qu’eux. Il y a plein de gens dans cette énergie, là en France, qui méritent vraiment notre attention ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...