Autriche: Nouvelles allégations de chants nazis dans l’entourage du gouvernement
Rechercher

Autriche: Nouvelles allégations de chants nazis dans l’entourage du gouvernement

Une corporation étudiante, dont l'un des responsables est un collaborateur du ministre des Transports FPÖ, utilise un livre de chants faisant l'apologie du nazisme

Une croix gammée peinte sur le garage d'une famille juive à proximité de Charlotte, en Caroline du nord, en décembre 2017 (Capture d'écran : WSOCTV)
Une croix gammée peinte sur le garage d'une famille juive à proximité de Charlotte, en Caroline du nord, en décembre 2017 (Capture d'écran : WSOCTV)

Le parti d’extrême droite du vice-chancelier autrichien (FPÖ) est de nouveau mis en cause mardi par des allégations liant un de ses collaborateurs ministériels à un corpus de chants nazis et à la mouvance décriée des corporations nationalistes.

Selon un article de l’hebdomadaire Falter, la corporation étudiante viennoise Bruna Sudetia utilise un livre de chants comprenant un répertoire de morceaux faisant l’apologie du nazisme.

Falter ajoute que l’un des responsables de Bruna Sudetia est Herwig Götschober, proche collaborateur du ministre des Transports FPÖ Norbert Hofer et en charge des réseaux sociaux au sein du ministère.

La découverte d’un livre au credo similaire avait fait scandale en Autriche fin janvier : Falter avait révélé que le chef de file régional du FPÖ en Basse-Autriche, Udo Landbauer, dirigeait une corporation locale diffusant un corpus de chants antisémites.

Herwig Götschober a déclaré au magazine, par l’intermédiaire d’un porte-parole de son ministère, qu’il n’avait aucune connaissance du recueil litigieux et qu’il en rejetait « catégoriquement » le contenu.

La corporation Bruna Sudetia a également rejeté « avec véhémence » les accusations et affirmé tout ignorer d’un tel ouvrage.

Dans cette nouvelle affaire révélée par Falter figure l’un des chants déjà incriminés en janvier qui comporte la strophe : « mettez les gaz, vieux Germains, on peut arriver au septième million ». Une allusion aux six millions de juifs assassinés sous le troisième Reich, notamment dans les chambres à gaz.

Le livre attribué à Bruna Sudetia contient également des chansons écrites par l’Allemand Hans Baumann, compositeur pour les Jeunesses hitlériennes. D’autres textes du livre souhaitent la mort des Juifs et font référence à l’interdiction faite aux Juifs d’intégrer les corporations étudiantes autrichiennes.

L’Autriche compte plusieurs dizaines de « Burschenschaften », des corporations d’étudiants ou d’anciens étudiants exclusivement masculines nées au 19ème siècle et aux rituels établis, comme le duel. Elles sont régulièrement accusées de colporter des idées ultranationalistes pangermanistes et comptent de nombreux membres du FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche) en leur sein.

Heinz-Christian Strache, leader du parti de la Liberté, parti d’extrême-droite autrichien, s’exprime lors de la première session de l’assemblée nationale depuis les élections, le 9 novembre 2017, à Vienne (Photo AFP / APA / Georg Hochmuth)

Le FPÖ du vice-chancelier Heinz-Christian Strache gouverne depuis décembre en coalition avec les conservateurs (ÖVP) du chancelier Sebastian Kurz. Plus d’un tiers des 51 députés FPÖ sont membres de ces corporations, également très représentées dans les cabinets des six ministères FPÖ.

Udo Landbauer, l’élu régional mis en cause fin janvier, avait fini par démissionner au bout de dix jours de polémique.

Le FPÖ, qui rejette vigoureusement toute idéologie neonazie et antisémite, avait annoncé dans la foulée la mise en place d’une commission destinée à remettre à plat l’histoire du parti, fondé par d’anciens nazis.

Udo Landbauer (Crédit photo : page Facebook officielle de Udo Landbauer)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...