Avec la poussée du terrorisme, les frictions dans la coalition augmentent aussi
Rechercher

Avec la poussée du terrorisme, les frictions dans la coalition augmentent aussi

Attaqué de tous les côtés, le Premier ministre essaie de créer un gouvernement d'unité

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion du cabinet à Jérusalem le 6 septembre 2015 (Crédit photo: Ohad Zwigenberg / Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion du cabinet à Jérusalem le 6 septembre 2015 (Crédit photo: Ohad Zwigenberg / Pool)

Tandis que la vague actuelle d’attaques terroristes se poursuit sans relâche, la pression sur le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’intensifie, le forçant à agir – pas seulement dans le domaine de la sécurité, mais aussi dans l’arène politique, où il pourrait avoir à prendre des décisions qui pourraient changer radicalement le visage de l’actuel gouvernement.

Netanyahu est passé en mode crise avant même son retour en Israël de la visite de la semaine dernière à New York, convoquant d’innombrables réunions de sécurité et en annonçant des mesures visant à freiner la violence et à rétablir le calme.

Jusqu’ici, cependant, ses mesures n’ont pas donné de résultats significatifs, avec des coups de couteau et d’autres tentatives d’attaques terroristes perpétrées sur une base quasi-horaire mercredi et jeudi.

À la lumière de la situation de sécurité qui dégénère, le Premier ministre a été attaqué par des hommes politiques de gauche et de droite, de l’opposition mais aussi au sein de sa propre coalition.

L’interdiction de Netanyahu imposée aux politiciens leur interdisant d’entrer sur le mont du Temple, qui a été annoncée mercredi soir, a particulièrement irrité les membres du parti HaBayit HaYehudi, qui veut voir l’accès au site juif sacré accru et non réduit.

Son refus inébranlable de construire de nouvelles implantations en Cisjordanie, ou même d’étendre les quartiers existants à Jérusalem-Est, exaspère encore plus le parti du ministre de l’Éducation, Naftali Bennett.

Les députés d’HaBayit HaYehudi attendent de l’aile droite purement religieuse du gouvernement actuelle de fournir une « réponse sioniste appropriée » à la vague actuelle de terrorisme – qui, à leur avis, permettrait encore de cimenter l’emprise d’Israël sur la terre d’Israël par la construction au-delà de la Ligne verte.

Netanyahu a jusqu’ici résisté à cette pression, invoquant des préoccupations au sujet de la position d’Israël dans la communauté internationale.

D’abord, il a indiqué aux membres du cabinet que l’administration américaine a menacé de soutenir une résolution dirigée par les Français qui sera présentée au Conseil de sécurité des Nations unies appelant à un retrait israélien rapide de la Cisjordanie. Washington a nié avoir émis une telle menace.

Netanyahu a alors recouru à l’annonce israélienne que l’expansion des implantations pourrait compliquer sérieusement sa prochaine rencontre avec le président Barack Obama, au cours de laquelle il a l’intention de discuter de l’augmentation d’une aide militaire versée par les Etats-Unis à Israël à la suite de l’accord sur le nucléaire iranien. (Pendant des mois, le Premier ministre a refusé d’aborder ce sujet avec Washington, arguant que cela pourrait être interprété comme une approbation tacite de l’accord avec l’Iran. Apparemment, ces préoccupations ne sont plus pertinentes.)

Il y a donc trois scénarios possibles dans l’avenir immédiat de la configuration politique d’Israël.

Une grande coalition.

De plus en plus gêné par les plaintes constantes de la gauche, le centre et la droite sur son incapacité à assurer la sécurité des citoyens d’Israël, Netanyahu pourrait tenter de construire un gouvernement d’unité nationale. En remplaçant HaBayit HaYehudi avec l’Union sioniste du centre-gauche, il permettrait d’atteindre l’insaisissable stabilité politique, l’augmentation de la majorité de la coalition qui est à l’heure actuelle de 61 sièges – une majorité très mince dans une knesset à 120 membres – à une majorité beaucoup plus confortable de 77 sièges.

Netanyahu n’a jamais été en bons termes avec Bennett et sa confidente, la ministre de la Justice, Ayelet Shaked (avec qui le Premier ministre n’a pas tenu une seule réunion de travail en tête-à-tête depuis qu’il a pris ses fonctions en mai). Il pourrait donc se délecter et se débarrasser de ce parti, ce qui pose un des plus grands défis sur le camp national d’Israël.

En incluant l’Union sioniste, dirigée par Isaac Herzog et Tzipi Livni, Netanyahu gagnerait beaucoup de crédit sur la scène internationale.

Herzog a violemment attaqué le gouvernement pour son inaction apparente sur le front palestinien, mais il n’a jamais déclaré explicitement qu’il n’allait jamais le rejoindre.

La vague actuelle de terrorisme exige l’unité, et la nécessité de relancer les négociations de paix avec les Palestiniens est plus que jamais pressante, pourrait expliquer Herzog à son parti, pour préciser pourquoi il veut devenir ministre des Affaires étrangères de Netanyahu dans une grande coalition.

De nouvelles élections.

Si Herzog et son parti refusent de rejoindre un gouvernement d’unité nationale, et si Bennett et ses hommes ne reçoivent pas ce qu’ils veulent, Israël pourrait à nouveau se diriger vers les urnes. C’est un scénario peu probable mais pas tout à fait farfelu.

Bennett, dont le parti a recueilli que huits décevants sièges à la Knesset lors des élections en mars, peut calculer qu’il a tout à gagner avec de nouvelles élections, en particulier celles organisées dans le contexte d’une vague de terrorisme, où les électeurs ont tendance à affluer vers la droite.

Si Netanyahu ne cède pas aux demandes de HaBayit HaYehudi – des mesures plus drastiques contre les émeutiers et les terroristes, un accès juif amélioré au mont du Temple et l’expansion des implantations – il pourrait constituer une menace redoutable pour son règne. Même le chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, avec ses six sièges à la Knesset, ne pourrait pas l’aider.

Si Bennett part, seule l’Union sioniste, ou le parti centriste Yesh de Atid dirigé par Yaïr Lapid, pourraient sauver le 34ème gouvernement d’Israël. Compte tenu des critiques très dures de Lapid au sujet de la direction de Netanyahu, et ses propres ambitions pour devenir Premier ministre, son entrée au gouvernement semblerait peu probable.

Status quo.

Les impressionnantes compétences en survie politique de Netanyahu lui ont valu le surnom de « magicien », et il est possible qu’il réussira, une fois de plus, à sortir indemne de la crise actuelle. Malgré le mécontentement de plus en plus de son flanc droit, il pourrait être en mesure de convaincre les critiques au sein de sa propre coalition que quiconque secoue la cage aide réellement l’ennemi.

Après plusieurs jours de rapports incessants concernant des attaques terroristes et des tentatives attaques terroristes, personne n’a encore sérieusement menacé d’une crise majeure dans la coalition.

Si la vague de violence actuelle ralentit dans les prochains jours, il y a des chances que tout reste en place et que le quatrième mandat de Netanyahu au poste de Premier ministre continue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...