Israël en guerre - Jour 194

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Aviv Atzili, 49 ans : Peintre, cycliste et amoureux de la Terre

Il a été assassiné et enlevé par le Hamas au kibboutz Nir Oz, le 7 octobre

Aviv Atzili a été assassiné le 7 octobre 2023 et son corps sans vie a été enlevé par les terroristes du Hamas depuis le kibboutz Nir Oz. (Crédit : Boaz Atzili via AP)
Aviv Atzili a été assassiné le 7 octobre 2023 et son corps sans vie a été enlevé par les terroristes du Hamas depuis le kibboutz Nir Oz. (Crédit : Boaz Atzili via AP)

Aviv Atzili, 49 ans, qui habitait le kibboutz Nir Oz, a été assassiné par les terroristes du Hamas lors de leur attaque du 7 octobre.

Aviv a été tué alors qu’il affrontait les hommes armés aux côtés de l’équipe de réponse d’urgence du kibboutz, et son corps sans vie a été enlevé et emmené à Gaza. Son épouse, Liat, a aussi été kidnappée et a été libérée dans le cadre d’une trêve d’une semaine, qui a eu lieu au mois de novembre.

Il laisse derrière lui sa mère, son épouse et leurs trois enfants, Ofri, 22 ans, Neta, 20 ans et Aya, 18 ans.

Aviv tenait le garage qui prenait en charge les machines agricoles du kibboutz.

« Aviv était l’un des principaux piliers de la communauté de Nir Oz », a écrit le kibboutz dans un communiqué émis après sa mort. « Il était peintre, cycliste, il adorait sa Terre. Que sa mémoire soit une bénédiction. »

« Aviv était un homme qui travaillait dur », a expliqué Galia Heller, son amie et son ancienne enseignante. « La plupart du temps, il réparait des tracteurs et il travaillait énormément. »

Aviv était aussi artiste dans son temps libre, peignant des scènes du kibboutz en miniature sur des outils et sur des pièces détachées d’engins agricoles.

« Il ne se prenait pas trop au sérieux dans son art ; il faisait ses créations avec sincérité et cela se ressentait dans son travail », déclare Heller. « Il n’y avait pas d’ego là-dedans. Aviv était un artiste qui ne se définissait pas comme un artiste. Il portait un regard différent sur les choses ; il avait un bon œil et un sens de l’esthétique excellent. »

Shimon Ben-Shabbat, propriétaire d’une galerie nommée Raw Art, avait vu les œuvres d’Aviv, l’année dernière, lorsqu’il se trouvait à Nir Oz. Il en était tombé amoureux et avait permis à Aviv d’exposer et de vendre son travail dans sa galerie.

« Il prévoyait de lancer des projets », raconte-t-il. « Il a continué à créer jusqu’au dernier moment. La publicité autour de son art, la reconnaissance qu’il lui a apporté sont arrivés à un moment où, dans tous les cas, il devait réduire son activité physique, et il m’avait dit quelque chose que je n’oublierai jamais – ‘J’ai eu la chance de pouvoir jusqu’à maintenant travailler de mes mains dans l’agriculture, et aujourd’hui, je vais pouvoir travailler de mes mains, assis dans un fauteuil’. »

Dans un post sur Facebook, au mois de février, le Forum des Familles d’otages et de portés-disparus a écrit qu’Aviv « était un homme pacifique et calme, avec un bon karma », ajoutant que « tout le monde avait le sentiment d’être son meilleur ami, celui vers qui aller pour entendre les bons mots et pour obtenir le bon avis ».

Yuval Mazour, un ami d’Aviv, a confié à Israel Hayom qu’il avait toujours le sourire.

« Il aidait toujours tout le monde dans le kibboutz », a-t-il déclaré. « Il était toujours là pour les personnes âgés, tendant la main ou une épaule. Il disait toujours la vérité. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.