Rechercher

Babi Yar : un avocat demande le procès du dernier auteur présumé encore en vie

L'affaire contre Herbert Waller, 99 ans, a été précédemment abandonnée parce qu'il était sur le site de la tuerie ukrainienne en tant qu'infirmier

JTA – Il y a 80 ans, un ravin au nord de ce qui est aujourd’hui la capitale de l’Ukraine s’est transformé en un bain de sang lorsque les nazis, aidés par des collaborateurs locaux, ont abattu des dizaines de milliers de Juifs en deux jours.

À la fin du mois de septembre 1941, des collaborateurs ukrainiens ont amené plus de 33 000 Juifs sur les collines du ravin de Babi Yar à Kiev, où les soldats de l’armée d’Adolf Hitler ont exécuté groupe après groupe des victimes sans défense – des enfants, ainsi que des femmes et des hommes de tous âges.

Les victimes étaient abattues avec des mitrailleuses dans des fosses. Lorsqu’aucune ne restait debout, les auteurs sautaient dans la fosse avec leurs victimes pour achever les mourants et ceux qui faisaient semblant d’être morts. Puis les corps étaient enterrés et un nouveau groupe de victimes était amené à se tenir debout sur la fine couche de terre fraîche qui recouvrait leurs frères.

Les 80 ans du massacre, première fusillade de masse de ce que l’on appelle aujourd’hui « la Shoah par balles », suscite une vague de commémorations, dont une cérémonie en Israël en l’honneur d’un survivant et une pièce commémorative en Ukraine, où les collaborateurs nazis sont malheureusement de plus en plus célébrés aux côtés de leurs victimes.

Elle donne également un nouvel élan à la mission d’un avocat allemand qui souhaite traduire en justice un homme qui, selon lui, pourrait être le dernier auteur de Babi Yar en vie, un Allemand de 99 ans nommé Herbert Waller.

Pour Hans Brehm et ses partenaires, la tentative d’inculper Waller est un effort symbolique et ultime pour corriger des décennies de ce qu’ils considèrent comme une inaction des autorités allemandes à l’encontre de presque toutes les personnes responsables du plus grand pogrom de Juifs de toute la Shoah. Sur les quelque 700 participants, seuls 10 ont été condamnés pour un crime.

Premiers efforts pour localiser et identifier les restes à Babi Yar en 1966. (Crédit : Joseph Schneider via la Bibliothèque nationale d’Israël)

La semaine dernière, Brehm s’est rendu à Kiev pour s’entretenir avec des parents de victimes de Babi Yar. En effet, en vertu du droit allemand, les parties touchées par des crimes majeurs peuvent engager des poursuites pénales contre les accusés, même si les procureurs décident de ne pas les inculper.

« Je veux que cet homme soit traîné devant un juge », a déclaré Brehm à Der Spiegel cette semaine. Il est conscient qu’il y a peu de chances que le tribunal punisse un défendeur aussi âgé, a-t-il ajouté. Brehm a dit qu’il voulait seulement que Waller soit mis en examen, et s’il est reconnu coupable, qu’il soit condamné.

« Il s’agit d’expiation, de justice tardive », a déclaré Brehm.

Le nom de Waller a été signalé pour la première fois en 2014 à l’Office central des administrations judiciaires de l’État allemand pour l’enquête sur les crimes nationaux-socialistes, dans une liste de 80 noms qui leur a été remise par Efraim Zuroff, le célèbre « chasseur de nazis » du Centre Simon Wiesenthal. Ces hommes étaient membres des Einsatzgruppen : les escadrons de la mort de l’armée allemande qui, entre 1941 et 1943, ont abattu plus de 2 millions de Juifs en Europe de l’Est.

Des personnes allument des bougies au mémorial de Minora à Kiev, le 29 septembre 2021, à l’occasion du 80e anniversaire du massacre de Babi Yar, l’un des plus grands massacres de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale (Crédit : Sergei SUPINSKY / AFP).

En 2017, le bureau a commencé à enquêter sur Waller mais a abandonné l’affaire après avoir découvert qu’il était stationné à Babi Yar en tant qu’infirmier et qu’il ne pouvait donc pas être prouvé qu’il avait activement participé aux tueries.

Brehm, 73 ans, ne croit pas à cet argument, a-t-il déclaré à Der Spiegel. « Pourquoi avez-vous besoin d’auxiliaires médicaux dans un massacre ? » a-t-il déclaré.

Zuroff a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency qu’il partageait ce scepticisme. Les Einsatzgruppen fonctionnaient comme n’importe quelle unité militaire, les membres participant collectivement à toutes les missions.

« C’est ridicule. Ce n’est pas comme s’il y avait des Einsatzgruppen tueurs de juifs et des Einsatzgruppen non meurtriers », a-t-il déclaré.

Presque tous les auteurs du massacre de Babi Yar – l’historienne Franziska Davies estime qu’environ 700 hommes étaient impliqués – ont échappé à la justice.

Paul Blobel, SS-Standartenf?hrer, lors du procès des Einsatzgruppen, en octobre 1947. Il est le principal responsable du massacre de Babi Yar à Kiev. (Crédit : Photo AP)

Lors du procès de Nuremberg dans les années 1940, un nazi, Paul Blobel, a été condamné à mort et exécuté pour les crimes commis à Babi Yar, entre autres.

Deux autres ont été condamnés à des peines de prison. Un procès en 1968 s’est conclu par des peines de prison de 4 à 15 ans pour sept accusés ; trois hommes ont été acquittés lors de ces procès, les derniers de tous les auteurs de Babi Yar.

« Le traitement inadéquat des [crimes] de Babi Yar est indigne d’un État constitutionnel », a déclaré Brehm.

D’après son expérience, Babi Yar, également appelé Babyn Yar, ne signifie rien pour les Allemands d’aujourd’hui, quel que soit leur âge. « Quand je demande aux gens s’ils le connaissent, ils me demandent si c’est le nom d’une ville de Mongolie », a-t-il déclaré à Der Spiegel.

En Ukraine, Babi Yar est également relativement obscure, en partie en raison du refus des autorités communistes de le commémorer pendant des décennies. Ce refus s’inscrivait dans le cadre d’une politique plus large qui minimisait les souffrances des Juifs pendant la Shoah, en les intégrant dans le récit soviétique du sacrifice patriotique dans la lutte contre le nazisme.

Pour corriger cette erreur, des philanthropes, des militants et les autorités ukrainiennes ont créé un nouveau musée et un centre commémoratif sur le site, le Babi Yar Shoah Memorial Center. Diverses initiatives visant à commémorer les victimes de Babi Yar n’ont jamais abouti et, pendant des décennies, le seul souvenir de la tragédie était constitué de quelques petits monuments négligés dans des zones où des meutes de chiens erraient le jour et où des ivrognes se rassemblaient la nuit.

La banque centrale d’Ukraine a émis une pièce commémorative pour le 80e anniversaire, la première fois qu’une telle initiative a lieu en Ukraine.

Le site de Babi Yar à Kiev, en Ukraine, est composé de dizaines de ravins et de fossés où les forces nazies et leurs alliés ont tué des dizaines de milliers de Juifs et de non-Juifs en septembre 1941. (Crédit : avec l’aimable autorisation du Centre commémoratif de la Shoah de Babyn Yar via JTA)

En Israël, la Knesset s’est réunie la semaine dernière pour marquer cet anniversaire ; le président de la Knesset, Mickey Levy, a remis une médaille à Michael Sidko, l’un des derniers survivants connus des meurtres perpétrés à cet endroit. Il avait 6 ans à l’époque. Dans une vidéo produite à l’occasion de cet anniversaire, il rappelle comment un collaborateur ukrainien a battu sa sœur à mort devant sa mère, qui tenait son petit frère de 4 mois. Sa mère s’est effondrée et le collaborateur a également tué le bébé. « Je me souviens de tout. Jusqu’aux moindres détails. Mais je ne veux pas me souvenir. C’est trop douloureux », a-t-il dit.

Le 6 octobre, le gouvernement ukrainien organisera une cérémonie à Babi Yar, auxquels participeront le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, qui est juif, ainsi que le président Isaac Herzog et le président de l’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier.

Pourtant, alors que l’Ukraine est de plus en plus sensibilisée à la question de Babi Yar, le pays voit également se multiplier les célébrations des actions des collaborateurs locaux qui ont facilité et parfois participé aux meurtres perpétrés par les nazis.

Ces dernières années, de nombreuses rues ont été baptisées en Ukraine du nom de Roman Shukhevych. Ses troupes sont soupçonnées d’avoir tué des milliers de Juifs. Lui et un autre nationaliste ukrainien, Stepan Bandera, font partie des hommes célébrés en héros aujourd’hui pour avoir fait équipe avec l’Allemagne nazie contre l’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des Ukrainiens tiennent des torches enflammées alors qu’ils se rassemblent à Kiev, en Ukraine, le 5 mars 2010, pour marquer le 60e anniversaire de la mort de Roman Shukhevych, homme politique, chef militaire et collaborateur nazi ukrainien. (Crédit : AP Photo/Sergei Chuzavkov)

À Kiev, les autorités municipales ont annoncé leur intention d’installer des panneaux commémorant le maire de Kiev pendant la guerre, Vladimir Bagaziy, en tant que victime des massacres de Babi Yar.

Bagaziy a été tué à Babi Yar, avec des dizaines de milliers d’autres non-Juifs, mais quelques mois après le massacre des Juifs locaux et seulement après avoir initialement collaboré avec l’occupation nazie. Selon certains témoignages, Bagaziy a été vu observant, le meurtre des Juifs à Babi Yar alors qu’il était encore un allié des nazis. L’intention de l’honorer en rapport avec Babi Yar a provoqué les protestations du Comité juif ukrainien, l’un des nombreux groupes représentant les intérêts des Juifs ukrainiens.

Les deux tendances – commémorer les victimes tout en célébrant certains auteurs – « ne vont pas ensemble », a prévenu Zuroff, citant les protestations des diplomates israéliens, polonais, allemands et américains.

M. Zelensky a clairement fait savoir qu’il n’appréciait pas la vénération de personnes comme Bandera, mais il ne l’a pas interdite et n’est pas intervenu contre elle – des actions qui n’aideraient probablement pas sa popularité en chute libre ni ses projets de réforme économique.

« Les Ukrainiens finiront par devoir choisir leur position sur ce sujet », a déclaré M. Zuroff. « Je crois qu’ils feront le bon choix ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...