Bagarres et arrestations lors du discours d’un dirigeant suprémaciste américain
Rechercher

Bagarres et arrestations lors du discours d’un dirigeant suprémaciste américain

Des adeptes de Richard Spencer, certains faisant un salut nazi, se sont battus contre les manifestants à l'extérieur de la Michigan State University

Le nationaliste blanc Matthew Heimbach se bat avec des manifestants à la Michigan State University alors que lui et d'autres militants de droite tentent d'assister à un discours du nationaliste blanc Richard Spencer le 5 mars 2018 à East Lansing, Michigan. (Scott Olson/Getty Images/AFP)
Le nationaliste blanc Matthew Heimbach se bat avec des manifestants à la Michigan State University alors que lui et d'autres militants de droite tentent d'assister à un discours du nationaliste blanc Richard Spencer le 5 mars 2018 à East Lansing, Michigan. (Scott Olson/Getty Images/AFP)

Les suprémacistes blancs et les néonazis se sont battus avec la police et les manifestants lundi au Michigan alors que les nationalistes blancs de Richard Spencer sont apparus dans une université pour un rassemblement du mouvement dit Alt-right [droite alternative américaine – partie de l’extrême droite].

Plus d’une vingtaine de personnes ont été arrêtées alors que des bagarres éclataient entre une quarantaine de partisans de Spencer et des centaines de personnes manifestant contre sa présence à la Michigan State University à East Lansing, selon les médias locaux.

Spencer est largement dénoncé en tant que néo-nazi et est considéré comme un leader du mouvement raciste d’alt-droite, un groupe de nationalistes blancs vaguement définis qui a pris de l’importance suite à l’élection du président américain Donald Trump.

Parmi les personnes arrêtées figurait Greg Conte, directeur des opérations du Spencer’s supremacist National Policy Institute, a indiqué Reuters.

Le nationaliste blanc Greg Conte se bat avec la police après que lui et d’autres défenseurs de la droite ont été attaqués par des contre-manifestants avant le début d’un discours du nationaliste blanc Richard Spencer, qui a popularisé le terme « alt-right », à la Michigan State University le 5 mars 2018 à East Lansing, Michigan. (Scott Olson/Getty Images/AFP)

La police en tenue anti-émeute a tenté de maintenir le contrôle, mais les combats se sont poursuivis alors que les partisans de Spencer étaient escortés jusqu’à la tribune sur le campus par d’autres policiers.

« C’est pas grave. C’est pour la bonne cause », a déclaré une femme à la « Detroit Free Press » alors qu’elle était emmenée par la police.

Le nationaliste blanc Richard Spencer parle au Curtis M. Phillips Center for the Performing Arts le 19 octobre 2017, à Gainesville, en Floride. (Joe Raedle/Getty Images/AFP)

Un certain nombre de sympathisants de Spencer ont fait des saluts nazis alors qu’ils se rapprochaient des manifestants devant l’université.

À l’intérieur, Spencer s’adressa à une petite foule, accusant les manifestants d’avoir effrayé les gens.

« Nous sommes dans une position où l’identité blanche et la conscience blanche sont considérées comme illégales, si ce n’est pas déjà le cas. C’est le niveau de la démoralisation de notre peuple. Tout ce qui est bon dans le monde est effectivement anti-blanc », a-t-il dit.

Les nationalistes blancs s’affrontent avec les contre-manifestants avant le début d’un discours du nationaliste blanc Richard Spencer, qui a popularisé le terme « alt-right », à la Michigan State University le 5 mars 2018 à East Lansing, Michigan. (Scott Olson/Getty Images/AFP)

Spencer a commencé à prendre de l’importance en novembre 2016, lorsqu’il a été filmé pour la première fois sur cassette vidéo en train de « héler » Trump, tandis que d’autres faisaient un salut nazi.

L’Anti-Defamation League (ADL) dit qu’il est devenu « plus ouvertement antisémite ces dernières années. »

En août dernier, Spencer était un conférencier programmé lors du rassemblement Unite the Right à Charlottesville, en Virginie, qui a mené à une violence meurtrière. Un mélange de nationalistes blancs, de néo-nazis et d’autres extrémistes d’extrême-droite se sont rassemblés pour le plus grand rassemblement de ce genre depuis une décennie, attirant des contre-manifestants. Un homme a lancé sa voiture dans une foule de contre-manifestants, tuant Heather Heyer.

Spencer a popularisé le terme « alt-right » pour désigner un mouvement marginal qui est un mélange de nationalistes, suprémacistes, antisémites et anti-immigrants blancs.

En octobre, des bagarres ont éclaté lorsque Spencer est apparu à l’Université de Floride, où il a été insulté par des contre-manifestants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...