Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Bagdad et Ryad veulent accroître leur coopération économique

Le ministre des Affaires étrangères irakien a plaidé pour une coopération accrue avec l'Arabie saoudite, notamment dans les domaines des investissements et de l'électricité

Le ministre irakien des Affaires étrangères Fouad Hussein, à droite, écoutant son homologue saoudien Faisal bin Farhan lors d'une conférence de presse conjointe, à Bagdad, le 2 février 2023. (Crédit : Ahmad aL-Rubaye/AFP)
Le ministre irakien des Affaires étrangères Fouad Hussein, à droite, écoutant son homologue saoudien Faisal bin Farhan lors d'une conférence de presse conjointe, à Bagdad, le 2 février 2023. (Crédit : Ahmad aL-Rubaye/AFP)

Le ministre des Affaires étrangères irakien Fouad Hussein a plaidé jeudi pour une coopération accrue avec l’Arabie saoudite, notamment dans les domaines des investissements et de l’électricité, lors de la visite à Bagdad de son homologue saoudien.

A l’occasion d’un point presse au ministère, les deux ministres n’ont cependant pas évoqué une éventuelle reprise des négociations entre Ryad et Téhéran, les deux poids lourds régionaux qui ont rompu leurs relations diplomatiques en 2016. Bagdad, proche allié de Téhéran, joue le rôle de médiateur dans ces pourparlers avec l’Arabie saoudite, qui piétinent depuis plusieurs mois.

« Cette visite est importante, elle intervient à un moment marqué par de nombreux défis (…) par conséquent il est important de dialoguer et de discuter de ces défis qui concernent la région dans son ensemble », a indiqué Fouad Hussein, lors d’une brève allocution au côté de Fayçal ben Farhane.

Le ministre irakien a salué la « coopération totale » avec l’Arabie saoudite concernant la « politique pétrolière », notamment dans le cadre de l’OPEP.

Ryad « est disposé à soutenir les entreprises saoudiennes à investir dans l’économie irakienne et de notre côté nous sommes heureux d’accueillir les entreprises saoudiennes et les investissements saoudiens », a ajouté M. Hussein.

« Nous espérons la fourniture à l’Irak d’électricité, que ce soit via le réseau saoudien, ou celui du Golfe », a ajouté M. Hussein. L’Irak, pays immensément riche en pétrole, souffre d’infrastructures et de services publics en déliquescence en raison de décennies de conflit et d’une corruption endémique.

Très dépendant du gaz et de l’électricité de son voisin iranien, Bagdad cherche à diversifier ses sources d’approvisionnement et à consolider son réseau électrique défectueux.

De son côté, le chef de la diplomatie saoudienne a appelé au lancement « de nombreux projets » via un « conseil de coordination » entre les deux pays, soulignant les opportunités importantes existant « pour la coopération entre les secteurs privés » des deux voisins.

« L’Irak connaît un développement économique positif et cela crée de nombreuses opportunités », a-t-il souligné.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.