Bagdad s’est réveillée sous la neige – deuxième fois en plus d’un siècle
Rechercher

Bagdad s’est réveillée sous la neige – deuxième fois en plus d’un siècle

L'Irak, dont un tiers des 40 millions d'habitants vit de l'agriculture, souffre de sécheresse chronique et les autorités assurent espérer cette année une meilleure saison agricole

Kerbala, en Irak sous la neige, le 11 février 2020. (Crédit : Mohammed SAWAF / AFP)
Kerbala, en Irak sous la neige, le 11 février 2020. (Crédit : Mohammed SAWAF / AFP)

Bagdad s’est réveillée mardi sous la neige, un phénomène rarissime dans ce pays du Moyen-Orient davantage habitué à souffrir de la chaleur extrême et qui n’avait connu qu’un précédent en plus d’un siècle, en 2008.

Il y a 12 ans, il s’agissait de neige fondue, mêlée à des averses de pluie. Cette fois, ce sont plusieurs centimètres de neige qui ont recouvert voitures, trottoirs et palmes des dattiers.

Mardi matin, outre Bagdad, la ville sainte chiite de Kerbala, plus au sud, était aussi recouverte de quelques centimètres de neige. Dans ces deux villes, les enfants s’en donnaient à coeur joie en se lançant des boules de neige dans les rues.

« Cet épisode neigeux va se prolonger mercredi », a indiqué à l’AFP Amer al-Jaberi, directeur du centre météorologique de Bagdad, précisant que cette vague de froid venait du continent européen.

Bagdad sous la neige, le 11 février 2020. (Crédit : SABAH ARAR / AFP)

Le nord irakien, montagneux, est tous les ans enneigé et des stations de ski ont même vu le jour au Kurdistan. Mais dans le sud, où la température dépasse 50 degrés en été, la neige est rarissime.

A Mossoul, la grande ville du Nord, la mosquée al-Nouri, où le « calife » autoproclamé du groupe Etat islamique (EI) avait fait son unique apparition publique, était mardi sous un manteau de neige, de même que les décombres de la Vieille ville ravagée par la guerre contre les jihadistes.

Ailleurs dans le Nord, la neige recouvrait également les tentes des camps des centaines de milliers de déplacés – chassés de leurs maisons par la percée de l’EI en 2014 – ou de réfugiés, venus de la Syrie voisine en guerre.

L’Irak, dont un tiers des 40 millions d’habitants vit de l’agriculture, souffre de sécheresse chronique et les autorités assurent espérer cette année une meilleure saison agricole en raison des pluies qui ont alimenté les fleuves, en partie asséchés par les barrages construits en Turquie et en Iran voisins.

Une femme irakienne se tient à côté d’un véhicule enneigé devant sa maison au début du 11 février 2020 à Bagdad, alors que la capitale irakienne se réveillait recouverte d’une mince couche de neige fraîche, un phénomène extrêmement rare pour l’un des pays les plus chauds du monde. (Crédit : SABAH ARAR / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...