Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Baharav-Miara nie avoir empêché le scellement de la maison du terroriste de Jérusalem

Ben Gvir a affirmé que la procureure générale n'avait pas autorisé la mesure punitive qu'il avait demandée ; Aryeh Deri a participé à la réunion du cabinet de sécurité

A gauche, Itamar Ben Gvir, leader d'Otzma Yehudit, une faction d'extrême-droite, pendant une réunion de faction à la Knesset, le 21 novembre 2022 ; à droite, la procureure-générale Gali Baharav-Miara s'exprime à l'université de Tel Aviv, le 28 septembre 2022. (Crédit : Flash90)
A gauche, Itamar Ben Gvir, leader d'Otzma Yehudit, une faction d'extrême-droite, pendant une réunion de faction à la Knesset, le 21 novembre 2022 ; à droite, la procureure-générale Gali Baharav-Miara s'exprime à l'université de Tel Aviv, le 28 septembre 2022. (Crédit : Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a attaqué samedi la procureure générale Gali Baharav-Miara, l’accusant de ne pas avoir autorisé les forces de sécurité à sceller le domicile du terroriste palestinien qui a tué sept Israéliens à Jérusalem la nuit précédente.

L’affirmation a été rapidement démentie par Baharav-Miara, qui devait aborder la question lors d’une réunion du cabinet de sécurité convoquée pour discuter de l’attaque meurtrière à Jérusalem, ainsi que d’une deuxième fusillade terroriste perpétrée dans la capitale samedi matin par un adolescent de 13 ans qui a fait deux blessés graves.

La mise sous scellés des maisons des agresseurs est souvent une alternative à leur démolition. En général, le processus prend plusieurs mois. La maison doit être cartographiée, la Haute Cour doit rejeter les appels de la famille, et les forces de sécurité attendent souvent un moment optimal pour entrer dans les villes palestiniennes pour l’opération.

« Il est possible de sceller la maison immédiatement », a déclaré Ben Gvir aux journalistes à l’extérieur d’un hôpital de Jérusalem après avoir rendu visite aux victimes de l’attentat.

Il a déclaré qu’il s’était entretenu avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu toute la nuit pour examiner la jurisprudence qui permettrait à Israël de procéder immédiatement au scellement de la maison.

« Le Premier ministre a donné son accord, et nous avons pris la décision de sceller immédiatement la maison. Le chef d’état-major et le commissaire de police étaient également d’accord », a déclaré Ben Gvir.

Le ministre d’extrême droite a affirmé qu’à 8 heures du matin, une demande officielle a été adressée à Baharav-Miara pour qu’elle approuve la mise sous scellés de la maison de Jérusalem-Est, mais qu’elle n’y avait pas répondu.

« Il ne s’agit pas d’une démolition, mais d’un simple scellement. J’ai été choqué de constater que, jusqu’à présent, elle ne nous a pas permis de sceller la maison », a déclaré Ben Gvir.

« Selon moi, c’est terrible, ce n’est pas possible, cela nuit aux civils israéliens », a-t-il ajouté.

Répondant à Ben Gvir, Baharav-Miara a contesté sa version des faits, disant qu’elle avait reçu un avis juridique sur la question juste une heure plus tôt et qu’il était actuellement en cours d’examen.

« Comme précisé au ministre Ben Gvir… les décisions opérationnelles de la direction politique doivent être étayées par une base factuelle, qu’elle doit présenter », peut-on lire dans un communiqué de son bureau.

« La procureure générale fera tout son possible pour fournir les outils juridiques qui permettront à la direction politique de réaliser sa politique », ajoute le communiqué.

Ben Gvir s’est déjà opposé publiquement à Baharav-Miara, qui s’est souvent trouvée en désaccord avec le nouveau gouvernement de Netanyahu depuis qu’il a prêté serment le mois dernier, notamment en ce qui concerne ses projets visant à bouleverser le système judiciaire et la nomination du chef du Shas, Aryeh Deri, en tant que ministre, qui a ensuite été annulée par la Haute Cour de justice en raison de ses multiples condamnations pénales.

Bien qu’il ait été limogé de ses postes de ministre, Netanyahu a invité Deri à participer à la réunion du cabinet de sécurité en tant qu’observateur. Une photo publiée ultérieurement par le bureau du Premier ministre atteste de la présence de Deri.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.