Rechercher

Baharav-Miara refuse la nomination d’un chef de radio militaire avant les élections

La procureure générale a noté que le ministère de la Défense n'avait pas réussi à produire d'arguments justifiant la modification des procédures légales actuelles sur la question

La procureure générale Gali Baharav-Miara à la Cour suprême à Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La procureure générale Gali Baharav-Miara à la Cour suprême à Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La procureure générale Gali Baharav-Miara a déclaré jeudi que la nomination permanente d’un nouveau commandant de la radio militaire devra attendre la fin des élections législatives du 1er novembre.

Répondant à une requête déposée auprès de la Haute Cour de justice sur cette question, Gali Baharav-Miara a déclaré que « le fait que la radio militaire fonctionne depuis si longtemps sans commandant permanent est inapproprié ».

Elle a reconnu que le ministère de la Justice avait demandé au ministère de la Défense d’avancer la nomination avant l’annonce des élections, mais a fait valoir que le processus de recherche d’un nouveau commandant pour la station de radio aurait dû commencer avant que l’ancien commandant, Shimon Elkabetz, ne quitte son poste en août 2021.

Malgré la nécessité de nommer un nouveau commandant, la procureure générale a déclaré qu’une fois la Knesset dissolue et alors que le pays se dirige vers les urnes, le ministre de la Défense n’était pas autorisé à poursuivre le processus de nomination et la position du ministère de la Défense ne pouvait être prise en compte.

Baharav-Miara a noté que le ministère de la Défense n’avait pas réussi à produire des arguments justifiant la modification des procédures légales actuelles sur la question.

Elle a ajouté que le commandant intérimaire de la station, la journaliste Galit Altstein, qui a été nommée par le ministre de la Défense Benny Gantz en août dernier, avait accepté de continuer à servir pour le moment.

Elle a toutefois souligné que le prochain ministre de la Défense du pays devra se pencher sur la question et nommer un commandant permanent « immédiatement » après son entrée en fonction.

Sa décision intervient alors qu’un comité nommé par Gantz en mai, avant le déclenchement des élections, avait déjà choisi une personne pour diriger le poste.

Gantz espérait qu’en nommant un comité externe et professionnel pour choisir le prochain commandant de la station, la nomination serait approuvée car elle ne dépendrait pas de la décision d’un élu.

Le mois dernier, Baharav-Miara a approuvé la demande de Gantz de nommer un nouveau chef d’état-major de Tsahal avant les élections, en invoquant des problèmes de sécurité.

Citant des responsables de la sécurité, le site d’information Ynet a déclaré que la procureure générale avait exprimé des inquiétudes quant à l’approbation d’une autre nomination pendant la saison électorale, craignant que cette décision n’attire les critiques du public.

Selon les informations, la personne choisie par le comité pour être le prochain commandant permanent de la radio militaire serait Or Zelkovnik, qui occupe actuellement le poste de directeur de la radio 103FM.

« Je respecte la décision de la procureure générale en tant qu’interprète qualifié de la loi de ne pas autoriser [la nomination] », a déclaré Gantz en réponse à la décision de Baharav-Miara.

« La commandante intérimaire du poste, Galit Altstein, continuera à occuper son poste et à diriger le poste de manière professionnelle », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi visitent la Cisjordanie, le 2 août 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Depuis plusieurs années, Tsahal cherche à retirer la radio militaire du giron de l’armée et du ministère de la Défense. En janvier 2021, Gantz a annoncé un plan visant à séparer la radio de l’armée de Tsahal, une mesure attendue depuis longtemps mais qui avait été retardée à plusieurs reprises afin d’éviter la fermeture définitive de la station.

Le bureau de la procureure générale a déclaré au début de l’année que Gantz et le chef de Tsahal, Aviv Kohavi, n’avaient pas le pouvoir de fermer la radio militaire de leur propre chef et qu’un projet de loi de la Knesset serait la meilleure méthode pour approuver une telle décision.

Le fonctionnement et le financement par l’armée d’une station de radio avec des journalistes chargés d’enquêter sur Tsahal elle-même, ainsi que sur les politiciens, ont longtemps été considérés comme anachroniques, coûteux et posant un problème éthique.

La position de la station en tant que média a donc toujours été difficile, fonctionnant simultanément, et parfois de manière discordante, comme un organisme d’information indépendant qui peut chercher à critiquer le gouvernement et comme une branche de l’armée israélienne qui se consacre à la couverture des troupes et à la promotion du récit de l’armée.

La radio militaire – l’une des stations d’information les plus écoutées du pays – est composée d’un mélange de jeunes soldats et de journalistes expérimentés.

Emanual Fabian a contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...