Beer Sheva : La cour condamne l’imprimerie qui avait refusé un groupe LGBT
Rechercher

Beer Sheva : La cour condamne l’imprimerie qui avait refusé un groupe LGBT

Une juge a dit que lorsque les valeurs religieuses entrent en conflit avec la nécessité d'assurer un service à tous, la nécessité l'emporte ; une décision fustigée par un ministre

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des manifestants pour les droits LGBT à Jérusalem, le 22 juillet 2018 (Crédit : Page Facebook Aguda)
Des manifestants pour les droits LGBT à Jérusalem, le 22 juillet 2018 (Crédit : Page Facebook Aguda)

La cour des Magistrats de Beer Sheva a statué, mardi, qu’une imprimerie devrait indemniser un groupe de défense des droits de la communauté LGBT après que le magasin a refusé d’imprimer ses affiches.

L’Association Aguda en faveur de l’égalité LGBT avait déposé une plainte à hauteur de 100 000 shekels contre le commerce, Rainbow Color, trois ans après le refus de l’imprimerie de servir une branche LGBT de l’université Ben Gurion.

« Nous ne prenons pas en charge les contenus de l’abomination. Nous sommes Juifs ! », avait fait savoir le magasin en réponse à la demande d’un devis pour les affiches.

Aguda avait clamé que Rainbow Color avait contrevenu à la loi d’interdiction de la discrimination sur les produits, les services et les entrées dans les espaces publics et de loisirs adoptée par la Knesset en l’an 2000.

Pour sa part, Rainbow Color avait clamé que ses propriétaires, des religieux, avaient l’interdiction d’apporter une aide aux individus offensant la loi juive. Dans leur défense, les propriétaires avaient ajouté les jugements de deux rabbins ultra-orthodoxes qui avaient écrit que, selon la Halakha, la publication de telles affiches était interdite.

Un positionnement qui a été rejeté par la magistrate Orit Lipshitz, qui a ordonné à l’entreprise de verser une somme de 50 000 shekels en indemnisation, en plus du règlement des frais de justice.

« La cour ne cherche pas à pénétrer les consciences des fournisseurs de service… lorsqu’il s’agit de leur opinion subjective à l’égard des autres », a écrit Lipshitz. « La législation ne cherche pas non plus à interférer dans la liberté de religion et de culte qui est réservée à chaque être humain ».

La toute première Gay Pride de Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le 22 juin 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

« Quand les croyances religieuses rentrent en conflit avec la nécessité de fournir un service à tous dans l’espace public, c’est cette nécessité qui l’emporte », a-t-elle conclu.

Saluant ce jugement, le directeur-général d’Aguda, Ohad Hizki, a déclaré qu’il est « inacceptable qu’une entreprise assurant un service public fasse de la discrimination à l’encontre d’une population entière de la société israélienne simplement en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre ».

« A ce jour, des milliers d’entreprises et de membres de la communauté souffrent de la discrimination, de la haine ou de la violence parce qu’ils sont qui ils sont. Nous applaudissons ce jugement clair et juste qui interdit la discrimination injuste et qui permettra de continuer le combat pour que tout un chacun puisse bénéficier de l’égalité des droits », a-t-il ajouté.

Menashe Yado, de l’organisation juridique de droite Honenu qui représentait Rainbow Color, a qualifié ce jugement de forme de « coercition laïque ».

« Si dans l’Etat d’Israël, un juif religieux ne peut pas faire fonctionner son entreprise en respectant son style de vie, alors où pourra-t-il le faire ? Tous les Juifs religieux savent que le peuple d’Israël est parvenu à survivre pendant des milliers [sic] d’années grâce aux enseignements de la Torah d’Israël. La cour a oublié cela ou n’a-t-elle peut-être jamais appris cette leçon », a dit Yado dans un communiqué.

Le ministre des Transports, Bezalel Smotrich, a qualifié ce jugement de « scandaleux » et de « coercition laïque ».

« Le tribunal force un homme religieux à agir contre ses convictions dans son entreprise privée », a-t-il clamé.

Smotrich, dans le passé, avait déclaré être un « homophobe fier de l’être » et il avait été impliqué dans l’organisation d’une « Parade des Animaux » anti-gay à Jérusalem en réponse au défilé annuel de la Gay Pride dans la capitale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...