Begin : avec la loi « illégale » sur les caméras, le Likud n’a plus mon soutien
Rechercher

Begin : avec la loi « illégale » sur les caméras, le Likud n’a plus mon soutien

Le fils du fondateur du Likud, qui ne votera pas pour le parti, a fustigé Netanyahu et le cabinet pour le rejet de l'avis de Mandelblit au sujet des caméras pendant le scrutin

Le député du Likud Benny Begin durant une commission des Affaires étrangères et de la Sécurité à la Knesset, le 30 avril 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le député du Likud Benny Begin durant une commission des Affaires étrangères et de la Sécurité à la Knesset, le 30 avril 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Un ancien député de haut rang du Likud a éreinté lundi le gouvernement et le parti au pouvoir qui tentent actuellement de faire adopter à la hâte une loi permettant aux représentants des partis politiques de filmer les électeurs dans les bureaux de vote. Il estime que les ministres sont bien conscients que ce qu’ils font est « illégal » dans la mesure où le procureur général les en a avertis.

Benny Begin, député du Likud à la Knesset pendant 18 ans et fils de l’ancien Premier ministre Menahem Begin, a déclaré à la radio militaire qu’il ne voterait pas pour son ancienne formation lors des élections du 17 septembre en raison de son comportement.

Ces propos tenus par Begin surviennent au lendemain de l’approbation à l’unanimité de la dite « loi des caméras », dans le cadre d’une initiative visant à la faire officiellement adopter par la Knesset avant le scrutin national de la semaine prochaine et ce malgré la forte opposition du procureur-général Avichai Mandelblit, de la commission centrale électorale et du conseiller juridique de la Knesset.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu insiste sur le fait que la législation vise exclusivement à prévenir la fraude électorale. Pour les critiques, elle est un outil d’intimidation à l’encontre des électeurs arabes avant le vote du 17 septembre.

Begin, qui ne s’était pas présenté à sa réélection lors du précédent scrutin du mois d’avril, a déclaré à la station de radio qu’en rejetant l’avis donné par Mandelblit, les ministres disent : « Nous savons que nous sommes sur le point de réaliser par la force quelque chose d’illégal en utilisant la majorité dont nous disposons à la Knesset ».

« Traditionnellement, c’est le procureur général qui souligne la tradition constitutionnelle », a noté Begin. « Le gouvernement est soumis à cet avis constitutionnel. Et ne pas prendre en compte l’avis du procureur général, c’est un phénomène grave ».

Remarquant l’importance des avis juridiques dénonçant le projet de législation, Begin a estimé qu’après son approbation par le cabinet, « il est impossible de ne pas conclure que cette approbation a constitué un mépris flagrant et grossier des responsables en charge de la bonne gouvernance ».

Ce qui exprime « une approche hautaine et dangereuse », a-t-il continué, et porte un prix.

Begin a fait savoir qu’il ne voterait pas pour le Likud, la formation que son père, l’ancien Premier ministre Menachem Begin, avait fondée et qu’il avait porté au pouvoir en 1977, et pour laquelle il a siégé, lui-même, en tant que ministre du cabinet.

« Je ne voterai pas pour le Likud aux prochaines élections », a annoncé Begin. « C’est impossible ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à l’extrême gauche, et le procureur-général Avichai Mandelblit, à l’extrême-droite, lors de la réunion hebdomadaire de cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 8 septembre 2019 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL/Flash90)

Celui qui s’est montré récemment ouvertement critique des politiques du Likud a refusé de dire pour quelle formation il allait voter.

Le député du Likud David Bitan, un allié proche de Netanyahu, a répondu à Begin, disant que l’ex-député ne votait pour le Likud que lorsqu’il se trouvait sur la liste du parti.

« On y est habitués, c’est un fait », a-t-il commenté.

Le député Miki Zohar, autre allié fidèle de Netanyahu qui préside lundi une session particulière à la Knesset afin de préparer le projet de loi pour lecture devant le Parlement, a expliqué à Kan que, ces dernières années, Begin avait « changé tous ses positionnements concernant le Likud ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...