Ben Dahan mécontent que la punition pour le sandwich au porc ait été levée
Rechercher

Ben Dahan mécontent que la punition pour le sandwich au porc ait été levée

Le ministre-adjoint de la Défense a fustigé la décision de l’armée de ne pas punir totalement un soldat qui a mangé un sandwich non casher sur une base de l’armée

Eli Ben Dahan, vice-ministre de la Défense. (Crédit : Flash90)
Eli Ben Dahan, vice-ministre de la Défense. (Crédit : Flash90)

Le soldat d’origine américaine aurait apporté des sandwichs au jambon donnés par sa grand-mère à ses officiers la semaine dernière, violant ainsi les règles de l’armée sur le respect des lois alimentaires juives sur les bases.

Mais la punition infligée de 11 jours de prison a attiré la condamnation de beaucoup qui ont dit que la punition n’était pas adaptée au crime.

Après que la presse a appris la nouvelle, l’armée a annulé la peine de prison mardi pour le soldat et a présenté ses excuses pour son approche de la question du jambon.

Ben Dahan, un député franc du parti nationaliste HaBayit HaYehudi, a déclaré jeudi à la Radio de l’Armée que l’armée aurait dû soutenir la décision du commandant et punir le soldat plutôt que céder à la pression internationale.

Ben Dahan a aussi utilisé les résaux sociaux pour critiquer la décision.

« L’affaire est une question d’identité, a écrit Ben Dahan sur Twitter. Tsahal est l’armée de l’État d’Israël, le seul État juif dans le monde ».

« Les règles de l’armée sont claires et déterminent que dans l’armée du peuple juif, on ne mange que casher, les laïques, les religieux, les traditionnalistes, les soldats haredi », a-t-il déclaré, sans mentionner les soldats non Juifs de l’armée.

« La violation des règles de l’armée, comme dans tout autre sujet, entraîne une punition. Celle-ci a été fixée selon l’avis du commandant et des supérieurs », a-t-il ajouté.

Il a averti qu’annuler la punition d’un soldat pouvait conduire sur une « route glissante » qui pourrait entraîner vers des violations non sanctionnées d’autres ordres.

« Nous ne devons autoriser aucun manque de respect de ordres, et cela quelle que soit leur nature », a-t-il écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...