Bennett approuve le plan pluriannuel de Tsahal, mais le budget reste flou
Rechercher

Bennett approuve le plan pluriannuel de Tsahal, mais le budget reste flou

Le ministre de la Défense dit que le plan Momentum rendra l'armée "plus flexible, plus intelligente et plus létale", mais il refuse de commenter la manière dont il va le financer

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats de la nouvelle brigade Faran de l'armée israélienne, qui défendra la frontière égypto-israélienne, participent à un exercice d'entraînement dans le sud d'Israël en novembre 2018. (Armée israélienne)
Des soldats de la nouvelle brigade Faran de l'armée israélienne, qui défendra la frontière égypto-israélienne, participent à un exercice d'entraînement dans le sud d'Israël en novembre 2018. (Armée israélienne)

Le ministre de la Défense, Naftali Bennett, a approuvé dimanche le dernier plan Momentum pluriannuel de l’armée, ouvrant la voie à son acceptation par le cabinet de sécurité, en dépit d’importantes incertitudes budgétaires.

Le plan pluriannuel, connu en hébreu sous le nom de Tenufa, servira de cadre général dans lequel l’armée israélienne construira ses arsenaux et formera ses soldats afin de faire face aux menaces auxquelles elle s’attend dans les années à venir.

Le principe directeur du plan, qui a été élaboré sous la direction du chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, est qu’une future guerre doit être gagnée le plus rapidement possible, ce qui nécessite que les militaires soient en mesure d’avoir constamment à leur disposition une liste concrète de cibles, les armes et les équipements nécessaires pour les frapper, et la capacité de le faire rapidement.

« Le plan pluriannuel Momentum rendra Tsahal plus flexible, plus intelligente et plus létale », a déclaré M. Bennett dans un communiqué.

Le ministre de la Défense Naftali Bennett (à droite) rencontre le chef d’État-major de l’armée, Aviv Kohavi, le 13 novembre 2019. (Crédit : Ariel Hermoni / ministère de la Défense)

« Le plan tire profit des forces de l’État d’Israël et de ses pouvoirs, tout en examinant de manière réaliste les défis et les dangers auxquels il est confronté, au premier rang desquels la menace iranienne », a-t-il déclaré.

Le plan Momentum nécessitera une augmentation significative du budget de la Défense, ce que le gouvernement intérimaire n’a pas été en mesure d’approuver. Le soutien de Bennett n’incluait pas les approbations budgétaires nécessaires à la mise en œuvre du plan, mais plutôt une acceptation des principes sous-jacents du plan, a confirmé son bureau au Times of Israel.

Bennett a déclaré que le plan Momentum serait bientôt présenté au cabinet de sécurité pour approbation officielle.

« Après l’approbation du ministre de la Défense, le plan sera soumis pour approbation avant la prochaine réunion du cabinet de sécurité, et il sera ensuite présenté à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset », a déclaré son bureau.

Le déploiement du plan Momentum, qui est entré en vigueur au début de cette année, a été quelque peu bloqué, en grande partie en raison de l’absence d’un gouvernement pleinement opérationnel pour adopter un nouveau budget de la défense.

En attendant, l’armée israélienne compte sur trois sources de financement : le budget continu de l’année dernière, les réorganisations internes et les changements de financement, ainsi que l’aide militaire fournie par les États-Unis dans le cadre d’un protocole d’accord signé par le président américain Barack Obama en 2016, qui accorde environ 3,8 milliards de dollars à l’armée israélienne chaque année jusqu’en 2028, a déclaré la semaine dernière aux journalistes le porte-parole de l’armée israélienne, Hidai Zilberman.

Le plan Momentum proposé prévoit d’énormes investissements dans le développement des arsenaux de l’armée israélienne, notamment pour accroître sa collection de drones de taille moyenne, obtenir des États-Unis un grand nombre de missiles à guidage de précision et acheter des batteries de défense aérienne supplémentaires.

L’armée va également axer davantage ses exercices d’entraînement sur le combat urbain, car elle estime que ses soldats sont plus susceptibles de combattre dans les villes et les cités que dans les champs ouverts où se déroulent actuellement de nombreux exercices.

Le plan est officiellement entré en vigueur le 1er janvier 2020 et est censé guider l’armée israélienne pour les cinq prochaines années. Il succèdera au plan Gideon de rationalisation et de réduction des coûts, qui a été élaboré par le prédécesseur de Kohavi, le lieutenant général (rés.) Gadi Eizenkot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...