Bennett hué et traité de nazi pendant la conférence de Haaretz
Rechercher

Bennett hué et traité de nazi pendant la conférence de Haaretz

Le ministre de l'Education a été accosté par un participant et hué durant son discours. Le président a réprimandé le public présent pour sa “conduite inappropriée”

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Naftali Bennett pendant la conférence de l'INSS à Tel Aviv, le 24 janvier 2017. (Crédit : Hen Galili)
Naftali Bennett pendant la conférence de l'INSS à Tel Aviv, le 24 janvier 2017. (Crédit : Hen Galili)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett, président du parti HaBayit HaYehudi, a été accosté lundi en marge de la conférence de Haaretz à Tel Aviv par une participante qui l’a qualifié de « nazi ».

Le politicien de droite avait été chahuté par les personnes présentes dans l’assemblée lors de la rencontre annuelle du journal de gauche.

« Je pense que vous êtes l’homme politique le plus dangereux que n’a jamais, jamais connu ce pays », a déclaré une femme non-identifiée ayant l’accent britannique à Bennett après son discours, selon un enregistrement posté sur Twitter par un journaliste de la chaîne de la Knesset.

« Je vous ai rencontré, j’ai eu une conversation avec vous, et j’ai entendu quel était votre programme, lui a-t-elle dit. Vous m’avez dit que vous ne vouliez pas deux états, vous m’avez dit que vous n’aviez pas de problème… avec l’apartheid. »

« Vous êtes un nazi et vous êtes le politicien le plus horrible que ce pays a jamais connu », a-t-elle conclu.

Bennett, dans son discours, a déclaré que « Jérusalem unifiée est préférable à un accord [de paix] diplomatique », suscitant les sifflets et les huées de l’auditoire.

« Laissez-moi parler comme vous laisseriez s’exprimer [Marwan] Barghouthi », a riposté Bennett, en référence au terroriste palestinien condamné et cadre du Fatah.

Les photos publiées sur les réseaux sociaux ont montré une personne de l’assistance lever la main au cours du discours de Bennett, dans un apparent salut nazi.

« La gauche n’a pas le monopole de la paix. Je veux la paix pas moins que vous ne la souhaitez mais je veux une paix à droite de l’échiquier politique », a-t-il ajouté. La paix, selon lui, ne « viendra pas par le biais de concessions territoriales mais plutôt [d’une position de] force. »

« Nous sommes destinés à vivre avec les Palestiniens, a-t-il continué. Ce n’est pas le grand amour entre nous mais actuellement, ils ne vont nulle part et nous n’allons nulle part. »

S’adressant à la conférence annuelle en fin de journée, le président Reuven Rivlin a réprimandé l’assistance pour avoir chahuté le ministre.

« Les interruptions qui ont été entendues ici contre le ministre de l’Education sont malheureuses et inappropriées. Je veux exprimer mon appréciation aux députés et aux ministres, en particulier à ceux qui se trouvent à droite de la carte politique qui ont affronté tant de pressions mais ont insisté sur leur droit et leur devoir de venir ici, pour écouter et pour être entendus », a dit le président.

Dans son discours, la présidente du New Israël Fund Talia Sasson a également fait référence à la présence de Bennett lors de la réunion.

« La seule chose que je peux dire sur son discours, c’est qu’il est venu et qu’il s’est exprimé à une conférence qui était financée par le New Israël Fund », a-t-elle déclaré.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...