Rechercher

Bennett : « Jamais je n’aurais imaginé diriger ce genre de gouvernement »

Bennett salue la nature disparate de la coalition après avoir perdu la majorité à la Knesset, et affirme que "tout le monde veut le bien du pays"

Le Premier ministre Naftali Bennett à gauche et le Président Isaac Herzog assistent à un événement pour les soldats exceptionnels, dans le cadre des célébrations du 74e jour de l'indépendance d'Israël, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 5 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett à gauche et le Président Isaac Herzog assistent à un événement pour les soldats exceptionnels, dans le cadre des célébrations du 74e jour de l'indépendance d'Israël, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 5 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a vanté jeudi la nature disparate de la coalition au pouvoir, soulignant le thème de l’unité alors que les Israéliens marquaient le 74e jour de l’indépendance du pays.

« Je dirige un gouvernement dont je n’aurais jamais imaginé qu’il aurait cette composition », a-t-il déclaré lors d’un événement à la résidence du président à Jérusalem. « Tout le monde veut le bien du pays. »

Le gouvernement actuel, qui va du parti nationaliste Yamina de Bennett au parti de gauche Meretz en passant par le parti islamiste Raam, a été formé en juin dernier après que l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses alliés ont à nouveau échoué à obtenir une majorité parlementaire à l’issue des quatrièmes élections en deux ans.

Reconnaissant les divisions du gouvernement, Bennett a insisté sur le fait qu’elles étaient un atout et non un inconvénient.

« La culture du désaccord est une bénédiction… Si nous avons de la bonne volonté et ne mettons pas en doute les intentions des uns et des autres, alors nous pourrons nous concentrer sur les problèmes de fond », a-t-il déclaré.

« La gauche n’est pas moins patriotique que la droite et la droite n’est pas moins désireuse de paix et de droits de l’Homme que la gauche », a ajouté le Premier ministre.

Ses commentaires sont intervenus alors que la coalition est affaiblie après qu’un législateur de Yamina a fait défection pour rejoindre l’opposition, privant le gouvernement de sa courte majorité à la Knesset. Depuis, Raam a suspendu son adhésion à la coalition pour protester contre la réponse d’Israël aux tensions sur le Mont du Temple de Jérusalem, ce qui a porté un nouveau coup à la stabilité du gouvernement.

Malgré l’absence de majorité au sein du gouvernement, il n’y a pas de constellation claire de législateurs qui pourraient remplacer la coalition, qui pourrait continuer à fonctionner jusqu’à la convocation de nouvelles élections.

Au cours de la cérémonie, Bennett a également plaisanté lorsqu’on lui a demandé si son passage au bureau du Premier ministre avait changé sa façon de voir « le puzzle compliqué de l’israélisme ».

« Il ne se passe rien dans le pays. Tout est calme », a-t-il plaisanté, sous les rires du public. « Tout se passe trop bien. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...