Bennett : La vague de COVID-19 peut être vaincue en augmentant les vaccinations
Rechercher

Bennett : La vague de COVID-19 peut être vaincue en augmentant les vaccinations

Le Premier ministre exhorte les parents à faire vacciner leurs enfants et a déclaré que les voyages sans autorisation dans les pays où l'infection est élevée seront interdits

Le Premier ministre Naftali Bennett dans un centre de vaccination des jeunes à Holon, le 29 juin2021. (Crédit: Marc Israel Sellem/POOL/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett dans un centre de vaccination des jeunes à Holon, le 29 juin2021. (Crédit: Marc Israel Sellem/POOL/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré mardi qu’une résurgence des infections à la COVID-19 pouvait être combattue sans soumettre le pays à de nouvelles restrictions, et a exhorté à la vaccination des jeunes.

Ses remarques sont intervenues alors que le nombre quotidien de cas d’infections continuait de grimper, atteignant 283 la veille, un niveau jamais atteint depuis avril. Les infections ont augmenté régulièrement au cours des deux dernières semaines, alors qu’elles ne concernaient que quelques dizaines de cas par jour.

M. Bennett, qui était accompagné du ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, et du nouveau directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a visité un centre de vaccination pour jeunes à Holon, dans le cadre des efforts visant à encourager la vaccination des enfants, maintenant que le pays a rendu les vaccins accessibles aux jeunes de 12 à 15 ans.

« Nous pouvons battre la vague actuelle de coronavirus sans restrictions », a déclaré Bennett. « Les vaccinations au lieu des enfermements, les masques au lieu des restrictions. »

Il a néanmoins déclaré que le gouvernement s’efforcerait de sévir contre les Israéliens qui se rendent dans des pays interdits figurant sur une « liste rouge » où le risque d’infection par la COVID-19 est élevé. Les autorités sanitaires ont imputé le récent pic d’infections à des voyageurs qui ont ramené de l’étranger de nouvelles variantes du virus et qui n’ont pas respecté la quarantaine à leur arrivée.

« Nous travaillons pour interdire complètement les vols vers les pays rouges », a déclaré Bennett. « Cela constituera une violation de la loi. »

Il a noté que des efforts étaient faits pour combler les failles à l’aéroport international Ben Gurion, qui permettaient auparavant à certains voyageurs rentrant dans le pays de ne pas effectuer de test.

« Nous sommes en train de combler ces lacunes », a déclaré M. Bennett. « 100 % des personnes sont contrôlées mais il y a encore des problèmes que nous corrigeons et vérifions. »

Le Premier ministre a lancé un appel aux parents qui hésitent à faire vacciner leurs enfants, déclarant : « Le variant Delta peut nuire à ceux qui ne sont pas vaccinés, et ce sont les enfants », en référence au variant du virus qui a été identifiée comme étant à l’origine de la plupart des infections récentes.

Le Premier ministre Naftali Bennett à droite, et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz, à gauche, dans un centre de vaccination à Holon, le 29 juin 2021. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL/Flash90)

M. Bennett s’est fixé pour objectif de vacciner 30 000 jeunes par jour pendant les dix prochains jours.

« C’est ambitieux mais possible », a-t-il déclaré. Donnant l’exemple, sa fille, Michal Bennett, 14 ans, a ainsi été vaccinée ce mardi à Raanana sous le regard de sa mère, Gilat, a rapporté le Premier ministre sur Twitter.

M. Bennett a également fait remarquer que les stocks actuels de vaccins dépasseront leur date d’expiration d’ici la fin du mois de juillet et qu’il fallait trois semaines entre la première et la deuxième injection.

« Il nous reste donc dix jours pour administrer la première dose », a-t-il déclaré. Il a noté que dimanche, 18 000 personnes se sont fait vacciner, le chiffre le plus élevé depuis des mois.

L’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières, en collaboration avec le ministère de la Santé, a annoncé plus tôt dans la journée que huit citoyens israéliens avaient tenté d’embarquer sur un vol à destination de la Russie, un pays figurant sur la liste rouge, sans avoir obtenu l’autorisation requise pour ce voyage auprès d’un comité spécial. Les passagers, qui voyageaient avec des passeports étrangers, ont été arrêtés à la porte d’embarquement et remis à la police.

Bien qu’une amende de 5000 shekels soit infligée aux Israéliens qui se rendent dans des pays figurant sur la liste rouge sans autorisation, les passagers pourraient ne pas avoir à payer car ils n’ont pas réellement quitté le pays, a rapporté Kan.

En début de semaine, le ministère de la Santé a introduit une réglementation exigeant que tous les Israéliens quittant le pays signent un formulaire en ligne déclarant qu’ils ne se rendront pas dans les pays figurant sur la liste rouge. Les autorités s’assurent que les passagers ont bien rempli le formulaire, auquel cas ils pourraient être condamnés à une amende pour fausse déclaration.

Les pays où les Israéliens sont actuellement interdits de voyage, selon les ordres du ministère de la Santé, sont l’Argentine, le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Mexique et la Russie.

Avec l’augmentation des infections quotidiennes, le pays compte 1 537 patients atteints de la COVID-19, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés mardi. Parmi eux, 21 se trouvent dans un état grave.

Dans le cadre de son système dit de « feux tricolores » permettant de classer les municipalités en fonction de la gravité de la morbidité qui y sévit, le ministère de la Santé a déclassé mardi matin deux autres localités qui avaient connu une recrudescence des infections.

Kfar Saba et l’implantation de Zufim ont rejoint Binyamina et Kohav Yair en tant que localités rouges présentant les taux d’infection les plus élevés.

Modiin reste orange, tandis que Herzliya, Tel Aviv, Ramle et Pardes Hanna sont en jaune.

Des voyageurs à l’aéroport international de Ben Gurion, le 23 juin 2021. (Crédit : Flash90)

Le cluster à Binyamina, première propagation importante du virus en Israël au cours des derniers mois, a apparemment commencé par un étudiant qui est entré en contact avec une personne infectée récemment arrivée de l’étranger.

La variante Delta du virus, identifiée pour la première fois en Inde, est plus contagieuse que les autres variantes et pourrait mieux contourner les vaccins, mais elle ne provoque apparemment pas d’infection grave chez les vaccinés. La transmissibilité de la variante Delta par rapport à la souche originale est d’environ 40 %, selon l’agence de santé publique du Royaume-Uni. L’efficacité de deux doses de vaccin est de 96 % pour la protection contre l’hospitalisation, selon l’agence.

Depuis le début de l’épidémie de virus dans le pays l’année dernière, 841 319 cas de COVID-19 ont été détectés et 6 429 personnes sont décédées de la maladie.

Malgré la recrudescence apparente des cas Delta en Israël, les cas graves et les hospitalisations dans le pays sont restés relativement stables.

Vendredi, Israël a réimposé son obligation de porter un masque dans les espaces clos. Le ministère de la Santé a également appelé les Israéliens à se couvrir le visage lorsqu’ils participent à des rassemblements de masse en plein air, et a exhorté les personnes appartenant à des groupes à risque ou qui ne sont pas vaccinées à éviter les rassemblements. Les autorités examineraient également la possibilité de recommander le port de masques à l’extérieur et d’imposer des restrictions sur les rassemblements.

Lors des précédentes vagues d’infection virale, des restrictions ont été imposées sur la vie publique et les rassemblements, conduisant à des périodes de confinement quasi total de la population.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...