« Bibi au gaz » peint à la bombe sur une yeshiva de Tel Aviv
Rechercher

« Bibi au gaz » peint à la bombe sur une yeshiva de Tel Aviv

Les slogans peints sur le bâtiment appelaient également à la mort du ministre de l'Education Naftali Bennett ; l'expression "Zone Antifa" a aussi été écrite

Une yeshiva à Tel Aviv vandalisée dans un apparent crime haineux, le 21 mai 2018 (publié avec autorisation)
Une yeshiva à Tel Aviv vandalisée dans un apparent crime haineux, le 21 mai 2018 (publié avec autorisation)

Un lycée orthodoxe de Tel Aviv a été vandalisé dans un crime de haine présumé, et des slogans peints à la bombe appelant à la mort du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du leader du parti HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett, ont été découverts tôt lundi.

« Bibi au gaz », pouvait-on notamment lire sur les murs d’un lycée-yeshiva d’art et de science Bar Ilan, un lycée religieux pour garçons situé sur le boulevard Rothschild.

Un autre slogan peint en noir indiquait : « Kahane est mort ! », en référence au rabbin-politicien d’extrême-droite Meir Kahane, assassiné en 1990. A côté, en rouge, se trouvait la phrase : « Et Bennett ? »

Parmi les inscriptions, on retrouvait également les mots « Free Palestine », et « Pas de fierté dans l’Apartheid ». Les mots « Zone Antifa » ont également été peints sur le bâtiment, une référence au mouvement de protestation américain d’extrême gauche.

Le président du groupe anti-raciste Tag Meir, le Dr Gadi Gvaryahu (à gauche) plante un arbre avec le directeur de la yeshiva Bar Ilan, suite à un vandalisme, le 21 mai 2018 (publié avec la permission de Tag Meir)

La ministre de la Justice, Ayelet Shaked, membre du parti HaBayit HaYehdui, a accusé les médias de ne pas avoir fait écho de ce vandalisme.

« C’est comme si ce crime de haine appelant à l’assassinat du Premier ministre et du ministre de l’Education sur les murs d’une école de Tel Aviv n’avait pas eu lieu pour les médias israéliens », a écrit Shaked sur Twitter. « Il n’y a pas eu de push [de notifications sur téléphone], pas de couverture médiatique. Pourquoi les crimes de haine ne sont-ils médiatisés que lorsque la victime est de gauche ? »

Le groupe anti-raciste Tag Meir est venu planter un olivier « comme symbole de paix et de tolérance » avec le directeur de l’école, le rabbin Benny Perl, a indiqué le groupe dans un communiqué.

« Nous condamnons tous les crimes haineux et nous sommes venus à la yeshiva de Tel Aviv, tout comme nous viendrions à n’importe quel endroit où un crime haineux et raciste a lieu, afin de condamner, avec dégoût, les assaillants et de renforcer ceux attaqués », a déclaré le président de Tag Meir, Gadi Gvaryahu.

Benny Perl a fait part de son sentiment dans une publication Facebook : « Si nous étions une mosquée, Tag Meir serait venu nous donner une fleur, le président serait venu porter le fardeau de son peuple, les médias auraient été compatissants… mais nous sommes une yeshiva. »

Dans l’immédiat, on ignore si le lycée-yeshiva avait déposé plainte. Des sources ont indiqué que la direction de l’école évaluait actuellement s’il fallait alerter ou non la police suite à ce vandalisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...