Rechercher

Biden choisit son nouvel envoyé-adjoint à la lutte contre l’antisémitisme

Il a désigné Aaron Keyak à ce poste ; pour leur part, les sénateurs républicains bloquent toujours la nomination de l'experte de la Shoah Deborah Lipstadt en tant qu'envoyée

Aaron Keyak, à gauche, avec le vice-président de l'époque, Joe Biden, et la docteure Jill Biden lors d'une réception accueillant les responsables juifs à la Naval Observatory Residence à Washington, le 9 septembre 2015. (Crédit : Official White House Photo by David Lienemann via JTA)
Aaron Keyak, à gauche, avec le vice-président de l'époque, Joe Biden, et la docteure Jill Biden lors d'une réception accueillant les responsables juifs à la Naval Observatory Residence à Washington, le 9 septembre 2015. (Crédit : Official White House Photo by David Lienemann via JTA)

WASHINGTON (JTA) — L’administration de Joe Biden a désigné Aaron Keyak, qui dirigeait la campagne aux élections présidentielles du candidat démocrate en direction de la communauté juive, au poste d’envoyé-adjoint délégué à la lutte contre l’antisémitisme alors que les sénateurs républicains continuent à bloquer la nomination au poste d’envoyée de Deborah Lipstadt, éminente spécialiste de la Shoah.

« Aaron Keyak va rejoindre sous peu le Département pour prendre le poste d’envoyé spécial adjoint à la lutte contre l’antisémitisme », a commenté une porte-parole du Département d’État auprès de JTA dans la journée de lundi. « Aaron jouera un rôle déterminant dans les efforts livrés par le département pour combattre la hausse de l’antisémitisme dans le monde, et il sera un adjoint d’une grande efficacité pour la docteure Deborah Lipstadt une fois qu’elle sera confirmée par le Sénat en tant qu’envoyée spéciale de l’administration Biden-Harris à la surveillance et à la lutte contre l’antisémitisme. »

Le poste d’adjoint n’est pas accompagné du même statut que celui d’ambassadeur et il ne nécessite pas de confirmation de la part du sénat. Le Département d’État a décidé d’exposer de manière inhabituelle le nom de Keyak, ce qui signale que l’administration veut transmettre à la communauté juive le message qu’elle aborde avec sérieux la problématique de l’antisémitisme.

« Je suis heureux d’annoncer la nomination d’Aaron Keyak au poste de nouvel envoyé adjoint à la lutte contre l’antisémitisme au sein du nouveau département d’État », a écrit sur Twitter le porte-parole du département d’État, Ned Price, dans la soirée de lundi. « Aaron assumera un rôle à responsabilité dans les initiatives prises par l’administration pour lutter contre l’antisémitisme croissant dans le monde ».

Les sénateurs républicains ont reporté la désignation de Lipstadt, ces deux dernières semaines, en raison de déclarations passées critiques de ces derniers. Le Congrès a accordé, l’année dernière, à l’envoyé dans la lutte contre l’antisémitisme le même statut que celui dont bénéficient les ambassadeurs, ce qui signifie que les personnes désignées à cette fonction doivent être approuvées par les membres du Sénat. La majorité des ambassadeurs sont nommés par des politiques et un grand nombre d’entre eux ont un passé de déclarations partisanes.

Ce retard accumulé a amené trois organisations juives, qui s’expriment pourtant rarement sur les nominations habituellement, à recommander vivement la prise en compte de la désignation de Lipstadt, citant la hausse récente des attaques antisémites partout dans le monde.

Deborah Lipstadt, historienne basée à Atlanta, à Jérusalem, juillet 2019. (Raphael Ahren/Times of Israel)

Un certain nombre de groupes juifs ont salué la nomination de Keyak.

« Alors que l’antisémitisme continue de se propager sans entrave dans le monde entier, l’expérience acquise par Aaron au Capitole, en politique, auprès des communautés juives et auprès des médias d’information rend sa présence particulièrement adaptée pour aider aux efforts livrés par l’Amérique dans le combat contre ce fléau », a estimé William Daroff, directeur-général de la CoP (Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations), dans un message à la JTA.

Keyak a été, pendant de longues années, un proche conseiller de députés démocrates avant d’établir un partenariat avec Steve Rabinowitz, spécialiste qui a travaillé avec des groupes juifs et avec des organisations libérales, avant de rejoindre la campagne de Biden, l’année dernière.

Au cours d’un entretien, Rabinowitz a expliqué qu’il considérait la nomination de son ancien partenaire comme nécessaire, le temps que le Sénat se prononce sur Lipstadt.

« Jusqu’à ce que Deborah soit confirmée – si Dieu le veut – dans ses fonctions par le Sénat, Aaron sera un appui formidable », a-t-il déclaré. « Il la respecte énormément comme c’est le cas de chacun d’entre nous : elle est incomparable, après tout. Mais dans l’intervalle, il sera également un excellent envoyé américain en exercice lui-même, aussi longtemps que cela sera nécessaire. A mes yeux, c’est une nomination dans une période d’intersession. Je n’ai pas les mots pour dire combien je trouve cette désignation exceptionnelle ».

La nomination de Keyak avait fuité et avait été reprise dans le Forward, la semaine dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...