Israël en guerre - Jour 57

Rechercher

Biden met en garde l’Iran de ne pas envenimer la guerre de Gaza

Le président américain a aussi affirmé que les États-Unis faisaient "beaucoup" pour ramener les otages chez eux

Le président américain Joe Biden lors d’une rencontre avec les dirigeants de la communauté juive dans la salle des traités indiens de la Maison Blanche, à Washington, le 11 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)
Le président américain Joe Biden lors d’une rencontre avec les dirigeants de la communauté juive dans la salle des traités indiens de la Maison Blanche, à Washington, le 11 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)

Lors d’une rencontre avec les dirigeants de la communauté juive américaine à la Maison Blanche ce mercredi, le président américain Joe Biden a évoqué les récentes informations selon lesquelles des terroristes du Hamas avaient décapité des enfants israéliens lors de leur attaque du week-end.

« Nous avons été clairs avec les Iraniens : Faites attention », a déclaré Biden lors d’une table ronde organisée à la Maison Blanche à laquelle participaient des dirigeants de la communauté juive américaine.

L’attaque massive du Hamas de samedi, qui a tué plus de 1 300 Israéliens, a soulevé des questions sur le rôle et l’implication directe de l’Iran dans l’opération. Les États-Unis ont recueilli des informations suggérant que de hauts responsables du gouvernement iranien ont été pris au dépourvu par l’assaut sur plusieurs fronts, selon un responsable américain qui n’était pas autorisé à discuter de la question publiquement et qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat.

Ces renseignements ont été portés à la connaissance des responsables de la Maison Blanche, qui ont déclaré publiquement qu’ils n’avaient encore vu aucune preuve de l’implication directe de l’Iran dans la planification ou l’exécution de l’attaque du Hamas.

« Nous n’avons rien constaté qui indiquerait qu’ils ont émis des chèques spécifiquement pour soutenir cette série d’attaques, ou qu’ils ont été impliqués dans l’entraînement. Ces terroristes ont clairement dû suivre un entraînement intensif », a déclaré mercredi à la presse John Kirby, porte-parole du conseil de la Sécurité nationale de la Maison Blanche, ajoutant que les États-Unis continueraient à analyser les renseignements « pour voir s’ils nous amènent à une conclusion différente ».

Biden a profité de sa rencontre avec les dirigeants juifs pour réaffirmer son horreur face à l’attaque du Hamas, comme il l’avait déjà fait dans deux discours télévisés prononcés depuis la Maison Blanche depuis l’attentat du week-end dernier.

« Il est important que les Américains voient ce qui se passe. Je fais ça depuis longtemps. Je n’aurais jamais pensé voir… des photos confirmées de terroristes décapitant des enfants », a déclaré Biden.

(La Maison Blanche a néanmoins depuis publié un communiqué dans lequel il est indiqué que Biden et d’autres responsables américains n’avaient pas vu ni pu confirmer de manière indépendante que des terroristes du Hamas avaient décapité des enfants israéliens. Le président avait basé ses commentaires sur les affirmations du porte-parole de Netanyahu et sur les informations des médias israéliens, a-t-il été ajouté.)

« Minimiser les atrocités du Hamas et rejeter la faute sur le peuple juif est impensable », a également déclaré le président durant l’évènement.

 

Il a poursuivi en notant que, malgré les temps très difficiles auxquels sont confrontés Israël et la communauté juive, « certains pays tentent d’aider – y compris les nations arabes ».

Il faisait ainsi probablement référence aux Émirats arabes unis : juste avant la rencontre, Biden a eu un entretien téléphonique avec Mohammed ben Zayed, président des Émirats arabes unis.

Les deux hommes ont évoqué les attaques terroristes contre Israël et Biden a souligné sa condamnation du Hamas tout en « mettant en garde contre quiconque pourrait chercher à exploiter la situation actuelle », selon le communiqué de la Maison Blanche. « Les deux dirigeants ont également discuté de l’importance de garantir que l’aide humanitaire parvienne à ceux qui en ont besoin. »

Nous déployons « beaucoup d’efforts » pour obtenir la libération des otages

Biden a également déclaré qu’il nommerait des experts pour aider à obtenir la libération des quelque 150 otages détenus par le Hamas.

« Nous nous occupons de tous les aspects de la crise des otages en Israël, y compris le déploiement d’experts pour donner des conseils sur l’assistance et les moyens de récupérer les otages », a déclaré Biden aux dirigeants juifs.

Il a ajouté qu’il savait qu’il serait pressé de fournir des détails, mais qu’il ne le ferait pas. « Si je vous le disais, je ne pourrais pas les faire sortir », a affirmé Biden. « Nous déployons de nombreux efforts, mesdames et messieurs, et je n’ai pas perdu l’espoir de les voir aboutir. Je n’ai pas perdu l’espoir de ramener ces gens chez eux.

Les familles des Américains qui seraient retenus en otage par le Hamas ont tenu une conférence de presse à Tel Aviv mardi pour exhorter les États-Unis à agir, et Kirby a été assailli de questions sur les otages plus tôt ce mercredi lors d’un point de presse à la Maison Blanche.

À la question de savoir si Biden envisageait d’envoyer des troupes américaines à Gaza pour récupérer les otages détenus par les groupes terroristes dans l’enclave, Kirby a répondu : « Nous ne disposons pas de suffisamment d’informations pour prendre de telles décisions ».

Ce qui indiquerait que les États-Unis ignorent où les otages sont détenus.

« Nous discutons non seulement avec les Israéliens de la manière dont nous pourrions récupérer les otages, mais aussi avec d’autres alliés et partenaires dans la région. Certains pays, comme le Qatar, ont des lignes de communication ouvertes avec le Hamas », a déclaré Kirby, laissant entendre que Washington est en contact avec Doha à ce sujet. « Nous ratissons large, comme on peut s’y attendre. Nous voulons que tous ces otages retrouvent leurs familles, en particulier les otages américains. »

Un soldat israélien à Kfar Aza, le 10 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

« Je refuse de me taire »

Biden a déclaré aux dirigeants juifs qu’il s’engageait à continuer à dénoncer les atrocités commises par le Hamas.

« Cette attaque était une campagne de pure cruauté, pas seulement de haine, mais de cruauté, contre le peuple juif », a-t-il ajouté, qualifiant la journée de jour le plus meurtrier pour les Juifs depuis la Shoah.

Biden a décrit ce qui s’est passé dans le sud d’Israël comme « non seulement du terrorisme, mais un mal absolu ».

« Plus de 1 000 civils massacrés », a-t-il dit.

« Le silence est complicité », a-t-il dit. « Je refuse de me taire. »

Le président s’est montré passionné lorsqu’il a souligné l’importance de lutter plus largement contre la haine et de se souvenir des leçons de la Shoah.

S’énervant et frappant du poing, il a souligné l’importance de lutter contre la haine.

« C’est pourquoi j’ai emmené mes enfants, tous ceux qui avaient 14 ans, un par un, je les ai mis dans un avion et je les ai emmenés à Dachau, je voulais qu’ils voient, entre ces murs, qu’on ne pouvait pas ne pas savoir ce qui s’était passé. »

Il a réitéré son affirmation selon laquelle « sans Israël, aucun Juif n’est en sécurité », répétant à plusieurs reprises qu’il n’y aurait « aucune garantie ».

La table ronde était animée par le deuxième gentilhomme Doug Emhoff, qui a déclaré aux participants : « Comme tous les Juifs, je me sens profondément et viscéralement lié à Israël. »

« Le terrorisme n’est jamais justifié. Il n’y a pas deux faces à la question. Les images que nous avons vues resteront à jamais gravées dans nos mémoires… et pendant ce temps, nous voyons des vidéos de ces terroristes qui se délectent de ces atrocités », a ajouté Emhoff, qui est le premier conjoint juif d’un président ou d’un vice-président.

Le second gentilhomme a joué un rôle actif dans les efforts de l’administration pour lutter contre l’antisémitisme, en plus de servir souvent de liaison avec la communauté juive américaine.

Des signes de soutien américain à Israël ont été observés à travers toute l’administration : Le secrétaire d’État Antony Blinken s’est rendu en Israël pour des réunions, Joe Biden a dénoncé l’antisémitisme en Amérique et l’armée américaine a envoyé un deuxième porte-avions en Méditerranée pour éviter que la guerre ne dégénère en un conflit régional plus dangereux.

Kirby a déclaré que l’USS Dwight D. Eisenhower et ses navires seraient « disponibles » en cas de besoin. L’USS Gerald R. Ford, le porte-avions le plus avancé de la marine, et son groupe d’attaque sont déjà entrés en Méditerranée orientale.

Blinken en Israël avec un message simple : « Nous les soutenons »

S’adressant aux journalistes avant de monter à bord d’un avion à la base conjointe d’Andrews mercredi, Blinken a déclaré qu’il se rendait en Israël avec « un message très simple et très clair au nom du président des États-Unis et au nom du peuple américain, à savoir que les États-Unis soutiennent Israël ».

Il a indiqué qu’il rencontrerait le premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Isaac Herzog et d’autres hauts responsables dès son atterrissage jeudi.

Blinken a réaffirmé que les États-Unis étaient déterminés à faire en sorte qu’Israël ait les moyens de se défendre, que d’autres acteurs ne se joignent pas à la guerre contre Israël et que les otages de Gaza soient localisés et libérés.

Blinken se rendra ensuite à Amman vendredi, où il rencontrera de hauts responsables jordaniens ainsi que le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, qui voyagera avec une délégation comprenant le chef des services de renseignement de l’AP, Majed Faraj, et le secrétaire général du comité exécutif de l’OLP, Hussein al-Sheikh, selon un responsable palestinien.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken à la base aérienne d’Andrews (Maryland), en route vers Israël, le 11 octobre 2023. (Crédit : Photo AP/Jacquelyn Martin)

Linda Thomas-Greenfield : « ’Plus jamais ça’, c’est maintenant. Am Yisrael hai »

Entre-temps, jeudi, l’ambassadrice américaine à l’ONU Linda Thomas-Greenfield a rejoint les diplomates de près de 60 autres pays lors d’un rassemblement new-yorkais de solidarité avec Israël organisé par l’American Jewish Committee (AJC).

Thomas-Greenfield a prononcé un discours passionné lors de cet événement, dans lequel elle a souligné l’importance de relater les récits des victimes du Hamas.

« Mais ces chiffres [d’Israéliens tués], aussi choquants soient-ils, ne rendent pas justice à la profondeur des horreurs… Les vies humaines ne se résument pas à des chiffres », a-t-elle déclaré. « Nous devons raconter les histoires de ceux qui ont été exécutés, violés, kidnappés.

Elle a appelé la communauté internationale à se joindre à elle pour soutenir Israël et à s’abstenir de  » faire de fausses équivalences entre les attaques scandaleuses du Hamas et le droit inhérent d’Israël à l’autodéfense… Nous ne pouvons pas émettre de faibles condamnations qui ne dénoncent pas sans équivoque le Hamas par son nom « , a affirmé l’ambassadrice des États-Unis.  »

L’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, s’adresse à un rassemblement de soutien à Israël à New York, le 11 octobre 2023. (Crédit : Andrew Weinstein/Mission des États-Unis auprès de l’ONU/X)

« Depuis trop longtemps, Israël est injustement ciblé par le système des Nations unies, et cela doit changer. Le moment est venu d’être solidaire avec Israël », a-t-elle déclaré.

Appliquant les leçons de la Shoah aux attaques du Hamas du 7 octobre, Thomas-Greenfield a déclaré : « ‘Plus jamais ça’, mes amis, c’est maintenant. Les yeux du monde sont tournés vers nous. Les yeux de l’histoire sont tournés vers nous. Nous devons condamner cette violence barbare et combattre le fléau de l’antisémitisme », a déclaré Thomas-Greenfield. »

« Puissions-nous éviter le mal et faire le bien. Et puissions-nous rechercher la paix. Am Yisrael Hai », a conclu l’ambassadrice.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.