Rechercher

Bitan demande à ses collègues de défendre Ohana face à l’homophobie de rabbins

Si David Bitan s'est exprimé, le nouveau président de la Knesset, attaqué par les rabbins et par certains députés, a déclaré préférer garder le silence

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le nouveau président de la Knesset  Amir Ohana et les enfants de ce dernier lors de la cérémonie d'investiture du nouveau gouvernement israélien à la Knesset, le 29 décembre 2022. (Crédit :  Oren Ben Hakoon/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le nouveau président de la Knesset Amir Ohana et les enfants de ce dernier lors de la cérémonie d'investiture du nouveau gouvernement israélien à la Knesset, le 29 décembre 2022. (Crédit : Oren Ben Hakoon/POOL)

Le député du Likud, David Bitan, a vivement recommandé aux autres membres du parti au pouvoir de défendre leur collègue, Amir Ohana, le nouveau président de la Knesset qui a essuyé les attaques répétées des rabbins et des députés homophobes en raison de son orientation sexuelle.

Bitan a indiqué au cours d’une réunion de faction qui s’est déroulée à huis-clos que les députés du Likud « ne doivent pas faire de calculs de coalition » s’agissant d’apporter leur soutien à Ohana. Le nouveau président de la Knesset a fait savoir, de son côté, qu’il ne parlerait pas des attaques verbales dont il a été la cible en restant fidèle à son principe « de ne pas s’en prendre aux rabbins ». Les propos tenus ont fuité et ont été repris par la Douzième chaîne et par d’autres médias israéliens.

Quelques rabbins orthodoxes très importants avaient dénoncé, la semaine dernière, la nomination d’Ohana à la présidence de la Knesset. Il était ainsi devenu le premier homosexuel à occuper ce poste de toute l’Histoire d’Israël.

Le grand rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar, avait estimé dimanche qu’il était « insupportable » qu’une personnalité ouvertement gay assume cette fonction prestigieuse au Parlement, critiquant vivement les députés religieux qui avaient apporté leur soutien à cette nomination.

Samedi, le rabbin Meir Mazuz, un rabbin haredi influent et étroitement lié à d’importants membres du nouveau gouvernement, avait déclaré que le nouveau président de la Knesset était « contaminé par une maladie », et insinuant que la catastrophe meurtrière survenue sur le mont Meron, en 2021, avait été causée par l’orientation sexuelle d’Ohana.

Ohana n’a pas réagi suite à ces critiques, se contentant d’écrire dimanche sur Twitter qu’il préférait aimer ses compatriotes israéliens plutôt que faire se propager une haine sans fondement.

Le rabbin Shlomo Ammar en janvier 2013 (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Par ailleurs, le chef du parti Shas, Aryeh Deri, aurait accusé lundi le Premier ministre Benjamin Netanyahu de l’avoir « piégé » avec la nomination surprise d’Ohana.

Selon le site d’information Kikar Hashabbat Haredi, Deri aurait dit à huis-clos à ses députés : « Netanyahu m’a piégé avec la nomination d’Amir Ohana, nous pensions qu’il choisirait Yoav Kisch ou David Amsalem [deux députés du Likud]. »

Deri a a aussi laissé entendre que les députés haredim auraient dû témoigner plus de dédain que cela n’a été le cas lors du discours prononcé par Ohana. Plusieurs députés orthodoxes ont baissé la tête de manière à ne pas regarder le nouveau président pendant le discours qu’il a prononcé pour son investiture.

« Nous nous sommes trompés concernant notre conduite en plénière, je suis sorti immédiatement après le discours et je ne peux pas comprendre les députés haredim qui sont allés lui donner l’accolade après l’allocution.

Deri avait toutefois serré dans ses bras Ohana plus tôt dans la journée, après la nomination de ce dernier au poste de président de la Knesset.

Shas MK Nissim Zeev (photo credit: Miriam Alster/Flash90)
Le député du Shas, Nissim Zeev (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Pour sa part, également lundi, Nissim Zeev, ancien député du Shas, a condamné la décision prise de nommer Ohana au poste de président du parlement, disant que plutôt que de démissionner, ce dernier devait « fonder une famille casher et épouser une femme ».

« Dans quel pays du monde y a-t-il un président du parlement gay ? », s’est étonné Zeev au micro de la station de radio 103FM. « Pas de haine ici, mais c’est une déviation du chemin enseigné par la Torah. Il faut protester ».

« Amir Ohana peut servir dans n’importe quel rôle, mais pas en tant que président de la Knesset – il faut faire preuve de sensibilité », a-t-il ajouté. « C’est une personne respectable mais il n’est pas un modèle ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.