Black Cube aurait mis à jour une corruption massive au Panama
Rechercher

Black Cube aurait mis à jour une corruption massive au Panama

Dans des enregistrements obtenus par La Prensa, un avocat au cœur de l'affaire se vante auprès d'agents israéliens de ses liens avec le système judiciaire "mafieux"

Page principale du site internet Black Cube (Capture d'écran)
Page principale du site internet Black Cube (Capture d'écran)

Des agents travaillant pour l’entreprise israélienne privée de renseignement Black Cube ont récemment mis à jour des pratiques de corruption dans le système judiciaire au Panama impliquant des juges de haut rang, a rapporté un journal panaméen.

Dans les enregistrements obtenus par La Prensa, un avocat au cœur de l’affaire se vante auprès d’agents israéliens de ses liens avec le système judiciaire, qu’il a décrit comme une « mafia ».

Selon plusieurs articles publiés dans La Prensa mardi, l’affaire a commencé avec un homme d’affaires panaméen anonyme qui, frustré par ce qu’il considérait être une série de décisions de justice déraisonnables concernant ses intérêts, a eu recours à l’entreprise israélienne pour essayer de savoir si des pratiques de corruption pouvaient expliquer celles-ci.

L’enquête s’est focalisée sur l’avocat Janio Lescure, mêlé à plusieurs cas suspects. Alors que l’homme d’affaires espérait obtenir une confession de malversation de la part de Lescure, la loi panaméenne exige que tout enregistrement d’une personne à son insu soit approuvé par un juge.

L’homme d’affaires s’est donc tourné vers Black Cube, qui a fait les gros titres ces dernières années à cause de ses opérations et pratiques parfois discutables.

Des agents de Black Cube, qui se sont présentés comme des hommes d’affaires russes douteux, ont contacté Lescure pour lui parler de leurs projets de faire venir des femmes au Panama pour mener des activités de prostitution. Ils ont organisé une rencontre en Espagne – où la législation sur les enregistrements est plus laxiste. Là-bas, ils l’ont interrogé sur ses moyens de faire tourner les rouages du système judiciaire, si cela devenait nécessaire.

Selon La Prensa, les agents ont été surpris quand Lescure a joyeusement partagé beaucoup plus d’informations qu’ils ne l’avaient espéré, donnant des détails sur ses liens avec de nombreux juges corrompus, y compris à la Cour suprême du pays, et sur les pots-de-vin qu’il avait versés à d’innombrables occasions pour s’assurer d’une issue favorable au tribunal.

Lescure a expliqué que les juges étaient payés entre plusieurs centaines de milliers et des millions de dollars pour faire basculer leurs décisions. « Cela va dépendre de l’importance du sujet, parce qu’en général ils coûtent assez cher », a-t-il indiqué.

Il a décrit comment les pots-de-vin étaient transférés aux juges corrompus via une tierce personne, en utilisant des comptes offshore ce qui rendait difficile de suivre l’argent. Il a qualifié le système judiciaire du Panama de « mafia ».

Un ancien juge cité par Lescure, Oyden Ortega Duran, a démenti ces accusations et assuré qu’il n’avait jamais entendu parler de lui.

« Aucune somme d’argent ne pourrait acheter une de mes décisions », s’est-il défendu auprès de La Prensa. « Je démens avoir reçu directement ou indirectement toute somme d’argent de sa part ».

Black Cube s’est retrouvé sous le feu des projecteurs du monde entier pour avoir tenté de discréditer des officiels de l’administration Obama ayant participé aux négociations sur l’accord sur le nucléaire iranien, mais aussi pour avoir contribué à la préservation de la réputation du puissant producteur hollywoodien tombé en disgrâce, Harvey Weinstein.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...