Bob Dylan recevra son prix Nobel à Stockholm ce week-end
Rechercher

Bob Dylan recevra son prix Nobel à Stockholm ce week-end

Le Nobel de littérature a accepté de recevoir ce week-end à Stockholm son diplôme et sa médaille, mais sans donner son discours de réception

Bob Dylan donne un concert en l'honneur de Michael Douglas, au studio Sony Pictures à Culver City, en Californie, le 11 juin 2009. (Crédit : Kevin Winter/Getty Images for AFI)
Bob Dylan donne un concert en l'honneur de Michael Douglas, au studio Sony Pictures à Culver City, en Californie, le 11 juin 2009. (Crédit : Kevin Winter/Getty Images for AFI)

Bob Dylan, prix Nobel de littérature qui se faisait prier depuis des mois, a accepté de recevoir ce week-end à Stockholm son diplôme et sa médaille des mains de l’Académie suédoise, mais sans donner son discours de réception.

« L’Académie suédoise et Bob Dylan sont convenus de se rencontrer ce week-end » à Stockholm où le chanteur américain doit donner un concert, a écrit la secrétaire perpétuelle de l’Académie Sara Danius sur son blog.

Le lauréat avait prévu de longue date deux concerts dans la capitale suédoise samedi et dimanche soir. Et il avait jusque-là fait mystère de ses intentions vis-à-vis de l’Académie, qui n’avait eu cesse de le contacter dans l’espoir de les connaître.

« Cela se fera en petit comité et dans l’intimité, et aucun média ne sera présent ; seuls Bob Dylan et des académiciens seront présents, conformément aux souhaits de Dylan », a précisé Danius.

Bob Dylan au Stade Kezar à San Francisco, le 23 mars 1975. (Crédit : Alvan Meyerowitz/Michael Ochs Archives/Getty Images via JTA)
Bob Dylan au Stade Kezar à San Francisco, le 23 mars 1975. (Crédit : Alvan Meyerowitz/Michael Ochs Archives/Getty Images via JTA)

Une question reste non résolue : le discours de réception, aussi appelé « leçon Nobel », que tout lauréat doit rendre dans les six mois suivant la cérémonie de remise du prix, soit avant le 10 juin.

Ce ne sera pas encore pour cette fois-ci. « Aucun discours Nobel ne sera prononcé. L’Académie a de bonnes raisons de penser qu’une version enregistrée sera envoyée à une date ultérieure », a expliqué Danius en anglais.

En suédois, elle l’a dit autrement : « L’Académie a été informée qu’un enregistrement […] était à attendre ».

Un enjeu important se cache derrière, celui du chèque de huit millions de couronnes (837 000 euros) normalement remis quand la leçon Nobel a été reçue.

L’auteur de « Blowing in the Wind » ou « Mr. Tambourine Man » gagne très confortablement sa vie, grâce au succès de sa musique en plus d’un demi-siècle d’une carrière prolifique, et ne parle jamais d’argent.

Bob Dylan (Crédit : capture d'écran YouTube)
Bob Dylan (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Pas sa tasse de thé »

Le seul lauréat qui n’ait pas donné de leçon Nobel a été le Français Jean-Paul Sartre, qui avait refusé le prix en 1964. Ce philosophe qui rejetait honneurs et distinctions n’avait donc pas touché la somme rondelette qui lui était promise.

« Des leçons Nobel enregistrées sont données de temps à autres, dont la dernière fut celle de la lauréate du prix Nobel de littérature Alice Munro en 2013 », a rappelé Danius. La nouvelliste canadienne n’avait pu faire le voyage vers la Suède en raison d’une santé trop fragile, à 82 ans.

Stockholm est la première date d’une tournée européenne de Bob Dylan, 75 ans, à l’occasion de la sortie d’un triple album de reprises de Frank Sinatra.

Le 10 décembre à l’occasion du traditionnel banquet Nobel à Stockholm, il avait transmis un discours de remerciements, lu par l’ambassadrice américaine en Suède, où il confiait son étonnement de voir son nom aux côtés de ceux d’auteurs comme Rudyard Kipling, Albert Camus ou Ernest Hemingway.

Bob Dylan, infrared, Woodstock, New York, 1968. (Crédit : Elliott Landy/Press License, Landy - Le musée du peuple juif de Beit Hatfutsot/via JTA)
Bob Dylan, infrared, Woodstock, New York, 1968. (Crédit : Elliott Landy/Press License, Landy – Le musée du peuple juif de Beit Hatfutsot/via JTA)

L’attitude de Bob Dylan depuis que le prix lui a été décerné, et notamment son silence là-dessus lors d’un concert à Las Vegas donné le jour même, n’a cessé de dérouter, mais reste conforme à sa discrétion.

« Un prix remis des mains du roi, le frac, la plus belle fête au monde et un long et ennuyeux dîner retransmis à la télévision, prononcer un discours de remerciements : pas sa tasse de thé », disait à l’AFP la critique littéraire suédoise Maria Schottenius.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...