Brésil : Controverse autour de la lecture du journal d’Anne Frank à l’école
Rechercher

Brésil : Controverse autour de la lecture du journal d’Anne Frank à l’école

Des parents s'opposent à la lecture des passages sexuels - dans la majorité des versions, sa description des organes génitaux et son attirance pour les femmes ont été supprimées

A la page 95 du "Journal intime d'Anne Frank", elle parle de "l'extase" ressentie lorsqu'elle voit un nu féminin. (Crédit : Anne Frank Fonds/Calman Levy/via JTA)
A la page 95 du "Journal intime d'Anne Frank", elle parle de "l'extase" ressentie lorsqu'elle voit un nu féminin. (Crédit : Anne Frank Fonds/Calman Levy/via JTA)

JTA — Des parents, au Brésil, protestent contre l’étude scolaire du fameux journal intime écrit par Anne Frank pendant la Shoah, citant ce qui, selon eux, s’apparente à des contenus sexuels inappropriés pour les élèves de 5e.

Dans un courrier envoyé aux administrateurs de la branche de Sao Paulo d’Escola Mobile, un réseau d’écoles privées, plus de 90 parents ont déploré les descriptions faites par l’adolescente des organes génitaux féminins et d’une certaine attirance pour les femmes, selon le magazine Revista Oeste.

Les parents ont dénoncé des passages figurant dans l’édition la plus récente du journal intime officiel d’Anne Frank – une adolescente juive qui a raconté ses deux années de vie dans la clandestinité à Amsterdam avant que sa famille ne soit trouvée, déportée et assassinée pendant la Shoah.

Le père de Frank, qui a été le seul survivant de la famille, avait supprimé ces passages en 1947 quand il avait fait paraître Le Journal intime d’une jeune fille, un livre basé sur plusieurs journaux et sur plusieurs écrits laissés par Anne. Otto avait été embarrassé par ces contenus, a fait savoir la Fondation Anne Franck à Veja, un magazine de Sao Paolo, la semaine dernière. En 2017, la Fondation a publié une nouvelle version, sous forme de roman illustré, qui a réintégré ces passages.

Anne Frank. (Crédit : Domaine public)

Parmi ces contenus, les descriptions faites par Frank de la découverte de son propre corps et de son attirance pour des filles au début de son adolescence, juste avant d’aller vivre dans la clandestinité avec sa famille, au lendemain de son 13e anniversaire. « Je dois l’admettre, à chaque fois que je vois un nu de femme, je m’extasie. J’aimerais avoir une petite amie », écrit ainsi Frank. Elle se rappelle également dans ses textes avoir suggéré à une amie, lors d’une nuit passée chez elle, que les deux adolescentes se montrent leur poitrine en signe de leur amitié.

Les parents brésiliens ont écrit dans la lettre reconnaître « l’importance des écrits d’Anne Frank concernant l’enseignement de la Shoah. Mais nous sommes en désaccord avec l’étude d’une version comportant des pages dont les contenus sexuels sont inappropriés pour des élèves de douze ans – et qui, pour eux, relèguent au second plan la thématique principale du livre qui est la Shoah ».

La Fondation Anne Frank, propriétaire des archives de la famille, déclare que la version complète du journal intime est importante pour comprendre qui était cette adolescente dont la destinée et le meurtre sont devenus des symboles de la tragédie de la Shoah. « Les temps changent et il y a un désir croissant de connaître les nombreux aspects de la véritable Anne Frank – et c’est la raison pour laquelle il a été décidé de publier le journal tout entier après la mort d’Otto, avec y-compris les passages qu’Otto avait enlevés la première fois », a indiqué Veja.

Les passages en question ont été initialement publiés il y a plus de trois décennies dans un livre écrit pour les spécialistes et intitulé : Le journal d’Anne Frank : l’édition critique et réexaminée, a fait remarquer la Fondation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...