Campagne « Bibi ou Tibi » du Likud : l’ADL dénonce la « diabolisation » des Arabes
Rechercher

Campagne « Bibi ou Tibi » du Likud : l’ADL dénonce la « diabolisation » des Arabes

Alors que Netanyahu avertit les Israéliens que Gantz formera un gouvernement avec des partis arabes, la Ligue anti-diffamation juge cette stigmatisation "inacceptable"

Benjamin Netanyahu fait une déclaration aux médias à la résidence du Premier ministre de Jérusalem, le 28 février 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Benjamin Netanyahu fait une déclaration aux médias à la résidence du Premier ministre de Jérusalem, le 28 février 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dimanche, la Ligue anti-diffamation (LAD) a fustigé la rhétorique politique diffamant les Arabes israéliens, en référence aux fréquentes accusations alarmistes du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de ses alliés de droite que leur rivaux auraient l’intention de former un gouvernement avec des partis arabes à la Knesset.

« Le rôle de partis arabes dans la Knesset apparaît de plus en plus comme un argument clef de l’actuelle campagne électorale, alors que plusieurs dirigeants de partis et responsables politiques promettent de ne pas les inclure dans toute coalition future, tout en accusant leurs adversaires politiques de vouloir le faire », a déclaré Carole Nuriel, directrice du bureau israélien de l’ADL, dans un communiqué qui ne mentionnait pas directement Netanyahu.

« Dans certains cas, même la distinction entre les partis arabes et la population arabe s’estompe et ces partis font simplement référence aux ‘Arabes’ ».

« Cette rhétorique anti-arabe est une tendance profondément inquiétante qui, si elle se poursuit, pourrait nuire à la démocratie dynamique qu’est Israël, » a-t-elle ajouté. La représentation des Arabes israéliens à la Knesset a été une source de fierté pour Israël historiquement, mettant ainsi en avant son caractère démocratique, malgré le conflit continu avec ses voisins arabes, et attestant des efforts sincères de considérer la communauté arabe comme des citoyens égaux ».

« Des considérations politiques afin de former des coalitions et la politique politicienne qui entoure ce processus constituent une part légitime de la politique israélienne. Mais cela ne devrait pas comprendre l’utilisation d’une rhétorique qui stigmatise et diabolise la population arabe minoritaire », a poursuivi l’ADL.

Carole Nuriel, directrice par intérim d’ADL Israël (Autorisation)

« Nous appelons tous les responsables politiques israéliens à faire preuve de prudence dans le choix de leurs mots. Stéréotyper et stigmatiser les Arabes israéliens est inacceptable et immoral. Un telle rhétorique n’a aucune place à la Knesset ».

L’argument clef de la campagne que mène Netenyahu contre son principal rival Benny Gantz, l’ancien chef de l’armée israélienne, prend la forme d’allégations selon lesquelles Gantz ne serait pas capable de former une coalition de pouvoir sans l’appui des partis arabes. Ces derniers n’ont jamais siégé dans un gouvernement israélien de coalition, et ils affirment n’avoir aucun intérêt à le faire maintenant.

Gantz a rapidement démenti l’idée, citant son expérience militaire solide de combat contre les groupes terroristes dans la bande de Gaza. Il a également déclaré qu’il ne compterait pas sur le bloc arabe à la Knesset pour former un futur gouvernement.

L’accusation fait toutefois partie d’une stratégie de campagne de Netanyahu qui a déjà fonctionné auparavant.

Le jour de l’élection en 2015, craignant une défaite possible, le Premier ministre avait mobilisé ses soutiens en publiant une vidéo très agitée dans laquelle il affirmait que les électeurs arabes se rendaient « en masse » dans les bureaux de vote. La vidéo, pour laquelle il s’est ensuite excusé, l’a peut-être aidé à renverser la tendance et à lui assurer un autre mandat.

La semaine dernière, le chef du gouvernement et des ministres du Likud ont poussé l’argument plus loin, allant jusqu’à dire que l’élection consistait en un choix entre Benjamin Netanyahu et des élus arabes, avec en premier lieu le député Ahmad Tibi du parti Taal. La rengaine « Bibi ou Tibi », faisant référence au surnom de Netanyahu, a été entendue plusieurs fois ces derniers jours dans la bouche d’officiels du parti.

Dimanche, celui qui dirige également le Likud a eu de vives échanges sur les réseaux sociaux avec une présentatrice populaire de télé-réalité qui a critiqué sa rhétorique anti-arabe, après que la ministre de la Culture Miri Regev a répété samedi, dans un entretien télévisé, que Gantz allait former un gouvernement avec des partis arabes.

La présentatrice télé, mannequin et actrice israélienne Rotem Sela. (Crédit : CC-BY-SA-4.0 דבש סדן/Wikipedia)

« Quel est le problème avec les Arabes ??? », a déclaré Rotem Sela, également mannequin et actrice sur Instagram.

« Bon sang, il y a aussi des citoyens arabes dans ce pays. Quand donc quelqu’un dans ce gouvernement passera le message au public qu’Israël est l’état de tous ses citoyens et que tous les gens ont été créés égaux, et que même les Arabes, les Druzes, les LGBT et – grand choc – les gauchistes sont humains », a-t-elle déclaré.

Netanyahu a répliqué sur son compte : « Chère Rotem, une correction importante : Israël n’est pas un état de tous ses citoyens. Selon la loi sur l’Etat-nation que nous avons adoptée, Israël est l’État-nation du peuple juif – et personne d’autre ».

« Comme vous l’avez écrit, il n’y a pas de problème avec les citoyens arabes d’Israël. Ils ont des droits égaux et le gouvernement du Likud a investi plus que n’importe quel gouvernement dans la population arabe », a-t-il ajouté, avant d’affirmer immédiatement, une fois encore, qu’un gouvernement dirigé par Gantz avec des partis arabes « nuirait à la sécurité de l’État ».

Rotem Sela a déclaré avoir reçu une avalanche de commentaires enragés critiquant sa publication et a fait savoir dans une autre publication que les réponses « dégoûtantes ne m’empêcheront jamais d’exprimer mon opinion ».

La ministre de la Culture a aussi répondu à la présentatrice, déclarant : « Nous n’avons aucun problème avec les Arabes. Nous avons un problème avec l’hypocrisie et avec [Yair] Lapid et Gantz qui essaient de toutes leurs forces de cacher le fait qu’ils sont des gauchistes déguisés en centristes ».

Le député Ahmad TIbi de la Liste arabe unie à l’aéroport Ben Gurion, le 3 septembre 2018 (Capture d’écran : Ynet news)

Des élus arabes sont venus à la défense de l’actrice et ont salué son « courage ».

« Rotem Sela, nous ne nous connaissons pas, mais bravo », a déclaré Ayman Odeh, le président d’Hadash-Taal.

« Le fait même qu’une personnalité médiatique importante comme Rotem Sela ait besoin de courage pour dire que les Arabes sont aussi des humains est une preuve des temps sombres que nous vivons », a déclaré le numéro 2 du parti Ahmad Tibi, qui a été la cible fréquente des attaques de Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...