Rechercher

Campagne électorale : feu vert pour la hausse de 12,5% du financement des partis

La commission de supervision a déclaré qu'une somme supplémentaire de 20 millions de shekels est nécessaire en raison de l'augmentation des coûts de campagne

Affiches de campagne pour les élections générales israéliennes, à Tel Aviv, le 17 mars 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Affiches de campagne pour les élections générales israéliennes, à Tel Aviv, le 17 mars 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Une commission déterminante a approuvé, mercredi, l’augmentation du financement public des campagnes électorales des partis politiques de 12,5 %.

La Commission publique de financement des partis, un panel de supervision, a autorisé une augmentation qui fait passer l’unité de financement’ de 1,4 millions à 1,6 millions de shekels.

Dans un communiqué, la commission, qui est présidée par la juge à la retraite Ayala Procaccia, a déclaré qu’après avoir entendu les arguments des différentes parties en lice sur ces financements supplémentaires et après avoir étudié les évaluations faites par le département de recherche de la Knesset « et au vu de la hausse du coût des campagne et de la répétition des élections, la commission s’est décidée en faveur de la hausse de l’unité de financement ».

Les unités de financement sont distribuées à tous les partis représentés au parlement en fonction du nombre de députés qu’ils ont à la Knesset.

Cette hausse du financement coûtera aux contribuables 20 millions de shekels supplémentaires, ce qui amène le coût total du financement des formations politiques à environ 200 millions de shekels pour le prochain scrutin.

Cette question du financement qui, à l’ordinaire, aurait été incluse dans le cadre du vote de dissolution de la Knesset, s’est trouvée prise en otage dans les tentatives de marchandage de dernière minute de l’opposition et elle a donc été présentée pour approbation devant la commission. Le vote sur le démantèlement de la Knesset – qui implique l’organisation d’un nouveau scrutin national – était prévu dans la soirée de mercredi, mais il a été reporté dans un contexte de querelles politiques entre l’opposition et la coalition et il devrait se tenir jeudi.

Le parti du Likud, qui a pris la tête de cette campagne en faveur de plus de financement, demandait une augmentation des unités de financement à 1,8 million de shekels, a noté la Treizième chaîne. Un chiffre de 1,66 millions de shekels a été accepté par les autres formations.

Le parti Travailliste et Yisrael Beytenu ont, pour leur part, dénoncé cette hausse de financement et ils ont demandé à leurs membres de voter contre si elle était présentée en séance plénière, selon des sources des deux factions.

Cette demande d’augmentation a été avancée par le Likud qui, dans le passé, a dépassé ses budgets électoraux. En Israël, les campagnes sont principalement financées à l’aide de l’argent public et les dons privés ne peuvent pas dépasser un certain plafond.

Les campagnes des partis sont payées par le biais « d’unités de financement » qui se basent sur la moyenne du nombre de sièges remportés lors des élections précédentes et le nombre de fauteuils gagnés dans les nouvelles (d’autres calculs supplémentaires entrent aussi en jeu).

Le prochain scrutin devrait coûter 2,4 milliards de shekels, selon le ministre des Finances Avigdor Liberman, ne somme qui comprend les coûts directs et les pertes économiques indirectes entraînées par la politique israélienne qui déclare le jour des élections journée comme jour férié et donc, de congé payé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...