Ce que l’on sait sur la fusillade à Jersey City
Rechercher

Ce que l’on sait sur la fusillade à Jersey City

Au moins quatre personnes ont été tuées, dont Leah Minda Ferencz, propriétaire du magasin, et Moshe Deutsch, tous deux membres de la communauté hassidique, ainsi qu'un policier

Des membres des forces de l'ordre près du lieu d'une fusillade à Jersey City, dans le New Jersey, le 10 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Eduardo Munoz Alvarez)
Des membres des forces de l'ordre près du lieu d'une fusillade à Jersey City, dans le New Jersey, le 10 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Eduardo Munoz Alvarez)

Quatre personnes ont été tuées dans une fusillade qui a duré plus de deux heures mardi au cœur de Jersey City, une ville du New Jersey voisine de New York, ont indiqué les autorités locales.

Michael Kelly, chef de la police de cette ville de 270 000 habitants, a confirmé qu’un policier et trois civils avaient été tués. Les deux suspects soupçonnés d’avoir déclenché la fusillade à la mi-journée ont également été tués.

Les enquêteurs pensent que les tireurs mardi ont délibérément attaqué un supermarché casher du New Jersey, bien qu’il n’y ait eu aucune information immédiate sur leur motif présumé.

« Sur la base de notre enquête préliminaire (en cours), nous pensons désormais que les tireurs actifs avaient ciblé intentionnellement l’endroit qu’ils ont attaqué », a déclaré Steven Fulop, maire de Jersey City.

Les autorités avaient initialement indiqué qu’elles ne pensaient pas que le JC Kosher Supermarket avait été visé. Steven Fulop n’a pas donné davantage de détails sur les dernières conclusions des autorités.

Les autorités n’ont communiqué aucun détail sur l’identité des civils ni des tireurs, mais le mouvement Habad a identifié deux des victimes. Il s’agit de la propriétaire du magasin, Leah Minda Ferencz, et de Moshe Deutsch, tous deux membres de la communauté hassidique locale.

Le policier tué a été identifié comme étant l’inspecteur Joseph Seals, âgé de 40 ans.

Si la fusillade a commencé dans un cimetière, les suspects se sont ensuite « déplacés de façon rapide et continue dans le quartier » pendant plusieurs heures, a précisé le chef de la police.

Aucune raison claire n’a encore été donnée pour expliquer cette fusillade, qui a transformé une zone résidentielle de Jersey City en une scène de guerre pendant plusieurs heures : des centaines de policiers venus de tout l’Etat du New Jersey et de New York ont été déployés dans les rues, souvent armés jusqu’aux dents, et des dizaines de véhicules d’urgence déployés dans plusieurs rues, selon une photographe de l’AFP présente sur place.

Selon des informations des médias locaux non confirmées par la police, les tirs auraient commencé alors que le policier Joseph Seals, qui enquêtait sur un meurtre, s’est approché des suspects dans le cimetière. Il est mort le premier.

Les deux suspects se sont ensuite réfugiés dans une épicerie casher, où la fusillade s’est poursuivie. C’est là qu’ont été retrouvés, après plus de deux heures de tirs, les corps des deux suspects et de trois civils, a indiqué le chef de la police, sans donner plus de précision sur ces trois victimes.

Le maire a assuré qu’il n’y avait aucun signe d’autres menaces, même si des informations antérieures indiquaient qu’un troisième tireur s’était peut-être échappé des lieux et qu’il avait été en contact étroit avec la communauté juive de Jersey City à la suite de cette attaque.

« Je sais que toute la communauté de Jersey City est solidaire de la communauté juive en ces temps difficiles », a-t-il déclaré.

Près du magasin, le seul commerce casher de la région et point de ralliement de la communauté grandissante, se trouvent une yeshiva et une synagogue. Une centaine de familles juives vivent dans le quartier de Greenvills, et la plupart sont arrivées de Brooklyn ces dernières années.

Le rabbin Habad Moshe Schapiro, qui fréquente le supermarché et la synagogue voisine, a dit avoir parlé au propriétaire du magasin, Moishe Ferencz, avant que ce dernier apprenne que sa femme avait été tuée dans la fusillade.

« Il m’a dit qu’il venait de quitter le magasin pour aller à la synagogue à quelques mètres, juste avant les faits, et il n’a pas pu revenir pendant plusieurs heures », a rapporté Moshe Shapiro. « Sa femme était à l’intérieur du magasin. Il a dit : ‘J’espère que ma femme est en sécurité’. »

Le conseiller municipal de New York Chaim Deutsch, membre du caucus juif de la ville, a déclaré que la police new-yorkaise garantirait aux synagogues et autres lieux une sécurité supplémentaire.

L’inspecteur Seals avait été salué par ses supérieurs pour avoir retiré des rues un grand nombre d’armes illégales au cours des dernières années, et il se pourrait qu’il tentait d’intervenir dans un incident impliquant de telles armes quand il a été abattu près du cimetière, selon les autorités.

Les coups de feu ont éclaté au début de l’après-midi dans cette ville située de l’autre côté de l’Hudson River, face à New York City. Seals, qui travaillait dans une unité appelée Cease Fire, a été tué vers midi et demi. Les tireurs ont ensuite embarqué à bord d’une camionnette de location volée et ont pris la direction d’un autre quartier, donnant lieu à une course-poursuite

Des centaines de coups de feu ont été échangés, d’après la chaîne NBC.

Kelly a déclaré que lorsque que la police est arrivée près de l’épicerie casher, les policiers « ont été immédiatement attaqués par des tirs de fusils de grande puissance ».

« Nos officiers ont été sous les tirs pendant trois heures », a déclaré le chef de la police.

Dans le magasin, les forces de l’ordre ont retrouvé, après plus de deux heures de tirs, les corps des deux suspects et de trois civils, qui s’y trouvaient lorsque les assaillants sont arrivés, selon les autorités. La police affirme que les civils ont été tués par les tireurs et non par la police.

Un policier repousse des piétons de la scène d’une fusillade à Jersey City, New Jersey, 10 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Seth Wenig)

Les écoles et hôpitaux des environs ont été bouclés dès les premiers coups de feu signalés, comme c’est la règle aux États-Unis en cas de fusillade. Les parents n’ont été autorisés à venir récupérer leurs enfants dans les écoles que vers 17H00 heure locale.

Les équipes du SWAT, la police de l’État et les agents fédéraux se sont immédiatement mobilisés sur les lieux, et la police a bouclé la zone, qui comprenait, outre l’école et le supermarché, un salon de coiffure et d’autres magasins. Des dizaines de piétons se sont pressés contre la barrière installée par la police pour filmer les événements sur leurs téléphones portables, certains hurlant quand des rafales de feu ont retenti.

Une vidéo tournée par des résidents a enregistré de violentes volées de coups de feu qui se sont répercutés le long d’une des rues principales de la ville et a montré une longue file d’agents des forces de l’ordre pointant des armes à feu en avançant, criant aux spectateurs : « Dégagez la rue ! Dégagez le passage ! »

Le président américain Donald Trump a déclaré qu’il avait été notifié des événements décrits comme une « horrible fusillade », ajoutant que la Maison Blanche suivait de près la situation et aidait les autorités locales.

« Nos pensées et nos prières vont vers les victimes et leurs familles durant ces moments difficiles et tragiques », a écrit Trump sur Twitter.

Phil Murphy, gouverneur du New Jersey a déclaré : « Nos pensées et nos prières vont vers les hommes et les femmes du département de la police de Jersey City, notamment avec les policiers touchés par cette fusillade, et les résidents et les enfants actuellement cloîtrés. »

Et d’ajouter : « J’ai confiance que les forces de l’ordre garantiront la sécurité de la communauté et résoudront la situation ».

Des policiers arrivent sur les lieux d’une fusillade à Jersey City, New Jersey, le 10 décembre 2019. (Crédit : Kena Betancur/AFP)

Une organisation-cadre juive, la Conférence des présidents des grandes organisations juives, a diffusé un communiqué mardi exprimant sa « solidarité avec la communauté juive et les résidents de Jersey City, où il semble que des membres de la communauté ont été touchés par des tirs, tout comme l’ont été les policiers qui ont répondu aux tireurs. Nous ignorons, à ce stade, si le supermarché casher dans lequel ils ont tiré était une cible intentionnelle. Nous prions pour la sécurité de toutes les personnes impliquées ».

Le consul-général d’Israël à New York, Dani Dayan, a salué l’officier assassiné, pour son « sacrifice ultime ».

« Sa vie était très inspirante. Sa mort était héroïque. On se souviendra de lui », a commenté Dani Dayan.

Jonathan Greenblatt, président de l’Anti-Defamation League, a déclaré qu’il avait « le cœur brisé par la perte de vies ».

Halie Soifer, directrice-exécutive du Conseil démocrate juif d’Amérique s’est dite « profondément attristée par les atroces pertes ».

Linda Sarsour, la militante palestino-américaine originaire de New York et partisane du mouvement de boycott contre Israël, a fait savoir qu’elle « prie pour que ce ne soit pas un acte haineux. Malheureusement, il y a eu des cas ces derniers temps qui imposent à nos communautés une vigilance extrême, notamment pour la communauté juive ».

Cory Booker, candidat démocrate à la présidentielle et sénateur du New Jersey, a déclaré qu’une « fois de plus, nous sommes face à des scènes de carnage, de peur et de perte. C’est inadmissible qu’en Amérique, les civils soient tués en faisant leurs courses ».

Elizabeth Warren et Andrew Yang, également candidats à la présidentielle, ont aussi condamné cette attaque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...