Cérémonie en Ardèche en l’honneur de Justes parmi les Nations
Rechercher

Cérémonie en Ardèche en l’honneur de Justes parmi les Nations

"Je suis juive, je suis israélienne, et je suis ici devant vous parce que vous avez sauvé la vie de ma grand-mère," a déclaré la petite-fille de Rachel Berkowitch Rajzman

Le jardin des Justes parmi les Nations, à Yad Vashem (Crédit : DR)
Le jardin des Justes parmi les Nations, à Yad Vashem (Crédit : DR)

Dimanche dernier, Paulette Merland, Samuel Edouard et Noémie Dejour, ont reçu le titre de Justes parmi les Nations.

La cérémonie était organisée par le Comité français pour Yad Vashem et la municipalité de Saint Sauveur de Montagut en Ardèche, en présence de Pascal Terrasse, député de l’Ardèche, Roger Mazat, maire de Saint Sauveur, Arielle Krief, déléguée du Comité français pour Yad Vashem ainsi qu’Ido Bromberg, directeur des relations publiques près l’Ambassade d’Israël en France.

Grâce à l’OSE, Rachel Berkowitch Rajzman avait été accueillie par la famille Merland, après avoir été détenue au camp de Vénissieux en 1942.

Son père avait été déporté depuis Vénissieux vers Auschwitz, dont il n’est jamais revenu. Sa mère était en Belgique.

La famille Merland, famille protestante ayant quatre garçons, considère dès lors Rachel comme leur fille. Elle se fait appeler Rose, va à l’école et se rend également au Temple protestant.

En 1944, sa mère vient la chercher et la séparation avec sa famille d’accueil est très difficile.

Rachel Berkowitch Rajzman ira vivre en Israël, où elle fondera une famille.

Les enfants et les petits-enfants de cette dernière étaient présents lors de la cérémonie pour rendre hommage à la famille Merland.

La petite fille de Rachel, Faran Raz, a adressé un discours émouvant, à Jean-Claude Merland, fils de Paulette, rapporte le site Cool Israël.

« Mon nom est Faran Raz, et je suis âgée de 17 ans. Je suis juive, je suis israélienne, et je suis ici devant vous parce que vous avez sauvé la vie de ma grand-mère. Aucun mot, dans toutes les langues, peuvt décrire votre bravoure, et ma gratitude envers vous. Merci à vous, ma grand-mère est en vie ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...