C’est peut-être le plan de paix de Trump, mais il ne l’a pas encore consulté
Rechercher

C’est peut-être le plan de paix de Trump, mais il ne l’a pas encore consulté

Afin d'éviter les fuites, Jared Kushner et Jason Greenblatt en garderaient secrets tous les détails, et même le président, tenu au courant, n'a pas encore lu le document

Le président américain Donald Trump arrive pour s'exprimer lors de la conférence annuelle de la Coalition juive républicaine au casino The Venetian, le 6 avril 2019 à Las Vegas, Nevada. (SAUL LOEB/AFP)
Le président américain Donald Trump arrive pour s'exprimer lors de la conférence annuelle de la Coalition juive républicaine au casino The Venetian, le 6 avril 2019 à Las Vegas, Nevada. (SAUL LOEB/AFP)

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump n’a pas encore pris connaissance du plan de paix pour le Moyen-Orient qui porte son nom, alors que ses auteurs tentent d’empêcher qu’il ne fuite avant qu’il ne soit officiellement dévoilé, a déclaré un membre de l’administration à l’agence de presse Reuters.

Cette information survient juste après les félicitations adressées par Donald Trump au Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa victoire aux élections législatives, qui devraient, selon Trump, augmenter les chances de réussite du très attendu plan de paix américain.

« Je pense que nous avons une meilleure chance d’aboutir maintenant que Bibi a gagné », a déclaré M. Trump, en évoquant le plan de paix sur lequel ses équipes travaillent depuis son arrivée au pouvoir, et dont le contenu est à ce jour tenu secret.

« Je veux féliciter Bibi Netanyahu (…). Il est peut-être un peu tôt mais il a visiblement gagné », a-t-il déclaré depuis les jardins de la Maison Blanche au lendemain d’élections qui ont placé M. Netanyahu sur la voie d’un cinquième mandat de Premier ministre.

« Je n’ai jamais fait de promesses, mais tout le monde disait qu’il était impossible d’aboutir à la paix au Proche-Orient entre Israël et les Palestiniens. Je pense que nous avons une chance », a-t-il encore dit.

La Maison Blanche avait fait savoir qu’elle ne divulguerait son plan de paix qu’à l’issue des élections israéliennes, mais un reportage de la télévision israélienne a indiqué que le calendrier exact pourrait dépendre des résultats des votes.

Or, l’information publiée par Reuters stipule que si Trump a été régulièrement briefé sur le plan, il ne l’a pas encore consulté, parce que ses auteurs – son gendre Jared Kushner et son envoyé spécial Jason Greenblatt – tentent de ne dévoiler aucun détail avant que le plan ne soit finalisé, par craintes de fuites.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (2e à partir de la droite) reçoit à son bureau de Jérusalem l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Ron Dermer (à droite), le conseiller de la Maison Blanche Jared Kushner (au centre), l’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman (à gauche) et l’envoyé spécial Jason Greenblatt (deuxième à gauche), le 22 juin 2018. (Haim Zach/GPO)

Il est tenu secret « pour garantir qu’il soit accueilli avec un esprit ouvert lors de sa divulgation », a déclaré un responsable à Reuters, ajoutant que seules quatre personnes y ont accès : Jared Kushner, Jason Greenblatt, l’ambassadeur américain David Friedman et l’assistant de J. Kushner, Avi Berkowitz.

« (Trump) est briefé si quelque chose d’intéressant se produit ou s’ils veulent lui soumettre une idée », a déclaré le responsable, mais il n’aurait pas lu les dizaines de pages que contient le document.

Avec plus de 97 % des votes dépouillés, Benjamin Netanyahu, le Likud et les partis de droite devraient jouir d’une franche majorité à la Knesset. Le chef du gouvernement sortant semble être le mieux placé pour former une coalition.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu salue les partisans au siège du parti du Likud, dans la ville côtière de Tel Aviv, lors de la soirée électorale dans la nuit du 10 avril 2019 (Crédit : Thomas Coex / AFP).

Qualifiant Benjamin Netanyahu de « grand allié » et « ami », Trump a déclaré que les élections ont été « une bataille bien menée ».

Le plan devrait être dévoilé mi-juin, selon la Treizième chaîne qui cite une source proche de la Maison Blanche. La date exacte n’a pas été fixée.

Elle dépendra de plusieurs facteurs, notamment le résultat des élections nationales, et la façon dont le Premier ministre formera sa coalition, indique le reportage.

Washington prendrait également en compte les fêtes nationales, les fêtes juives et musulmanes, avant de fixer une date.

Avant le vote de mardi, le Premier ministre a reçu le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, rendu visite à Trump à la Maison Blanche, et obtenu la reconnaissance américaine de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et le classement, par Washington, des Gardiens de la Révolution en Iran sur la liste des organisations terroristes.

En plus de l’incertitude politique en Israël, la Maison Blanche doit aussi prendre en compte la façon dont le plan de paix sera reçu par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui boycotte l’administration Trump depuis la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre dernier, et a promis de s’opposer au plan de paix.

L’administration américaine a supprimé plus de 500 millions de dollars d’aide aux Palestiniens, depuis le début de ce boycott.

Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme capitale de l’État auquel ils aspirent. Le consensus international stipule que le statut de Jérusalem doit être négocié entre les deux parties.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...