Charnier communiste de Huda Jama : la Slovénie commence le transfert des dépouilles
Rechercher

Charnier communiste de Huda Jama : la Slovénie commence le transfert des dépouilles

Quelque 15 000 Croates et Slovènes ont été exécutés pour avoir supposément collaboré avec les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale

Josip Broz Tito de Yougoslavie (à droite) et le Commandement suprême des Partisans, en mai 1944 (Crédit : Domaine public / Wikipedia)
Josip Broz Tito de Yougoslavie (à droite) et le Commandement suprême des Partisans, en mai 1944 (Crédit : Domaine public / Wikipedia)

La Slovénie a commencé lundi à transférer les dépouilles d’un charnier géant découvert en 2009 dans une mine de l’est du pays et contenant les corps de centaines de collaborateurs de l’occupant nazi exécutés par le régime communiste, selon la présidence.

Les dépouilles doivent être transférées au mémorial de Dobrova, près de Ljubljana, après des prélèvements d’ADN en vue de leur identification, a précisé la présidence dans un communiqué.

Le charnier avait été découvert en mars 2009 dans la mine désaffectée de Huda Jama, près de Lasko, à 80 km à l’est de la capitale Ljubljana.

Quelque 800 corps partiellement momifiés ont été mis à jour mais le charnier pourrait contenir au total « de 2 200 à 2 500 cadavres », selon Mitja Ferenc, un expert de la Commission slovène chargée des charniers de la Seconde Guerre mondiale.

Selon les historiens, ces corps sont ceux de Slovènes et de Croates collaborateurs présumés du régime nazi exécutés de façon extra-judiciaire par les forces de Tito au printemps 1945.

« La réconciliation n’est possible qu’à partir du moment où l’on est prêt à pardonner et à admettre la vérité, même si elle est douloureuse, difficile et infamante », a déclaré le président slovène Borut Pahor lors d’une cérémonie religieuse en présence de descendants de victimes, à Huda Jama.

Les corps, nus et sans blessure par balle, avaient été découverts après que les enquêteurs eurent abattu plusieurs murs de béton qui scellaient la grotte.

Les massacres ont été imputés à l’Ozna, un service de sécurité du régime dont le chef était directement subordonné à Tito.

La Commission d’enquête a identifié 700 charniers potentiels sur le territoire slovène. Ils sont susceptibles de contenir quelque 15 000 corps de collaborateurs des nazis – dont des Oustachis du régime fasciste croate d’Ante Pavelic – mais aussi de simples Slovènes de langue allemande et d’opposants au communisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...